Soutenance de thèse: Sylvie Dardaillon, « Les albums de Béatrice Poncelet à la croisée des genres »

Sylvie DARDAILLON a soutenu le 3 décembre 2009, à l’Université François-Rabelais de Tours, une thèse intitulée « Les albums de Béatrice Poncelet à la croisée des genres: expériences de lecture, enjeux littéraires et éducatifs, implications didactiques ».

Le jury était composé de Mmes Véronique CASTELLOTTI (directrice de recherches) et Catherine TAUVERON, de MM. Didier de ROBILLARD, Francis MARCOIN, Jean-François MASSOL.

Voici le résumé de cette thèse de doctorat:

« À la croisée entre deux logiques disciplinaires, les études littéraires et la didactique de la littérature, cette thèse s’inscrit dans une problématique générale de la littérature de jeunesse comme lieu d’exigence et d’émergence des formes, lieu d’entrée de l’enfant en littérature. Ancrée par son histoire dans un projet éducatif, la littérature de jeunesse s’inscrit néanmoins de plain-pied dans l’aventure littéraire, portée par des auteurs qui choisissent pour la plupart de s’y exprimer comme dans un espace de liberté, voué à un lecteur exigeant. L’étude porte sur l’album contemporain, lieu d’élaboration des styles et d’une création, sans clôture avec le monde de l’art, terrain d’expérimentation pour les artistes et plus spécifiquement sur l’œuvre foisonnante de Béatrice Poncelet, novatrice tant par ses modes de dialogue « texte-image » que par ses choix énonciatifs. L’album, s’il paraît à première vue relever du narratif, a aussi à voir avec le poétique, voire même le théâtral, du fait de sa plasticité, de ses jeux avec la matérialité de la langue, comme autant d’indices de la modernité de cette littérature contemporaine.

Développant son propre système critique à la croisée des genres, l’album complexe ouvre à des expériences de lecture et des interprétations plurielles. Dans une perspective didactique et face au décalage parfois évident entre les goûts des lecteurs experts, des enseignants et des enfants, nous nous interrogeons ici sur la réception par les enfants et les adultes des albums de Béatrice Poncelet, sur la nécessaire médiation de l’adulte et sur la vocation de l’école à amener les enfants vers ce genre de production. Nos expériences de lecture menées auprès d’élèves et d’enseignants de l’école primaire et de SEGPA nous conduisent alors à faire l’hypothèse que c’est précisément la rencontre avec les supports complexes qui permet aux élèves, y compris disqualifiés en lecture, de se constituer comme sujets lecteurs et, partant, à envisager des dispositifs de formation à la littérature et par la littérature, pour les élèves et pour les maîtres.

On s’aperçoit tout au long de ce travail que la transmission n’est pas seulement une pratique pédagogique de lecture ; c’est aussi la clé de la lecture littéraire. Dans les albums de notre auteure se joue la transmission de gestes humains, mais aussi celle d’une culture artistique, d’une culture littéraire en mouvement. Ce qui se transmet là, ce n’est pas un regard construit sur une culture élaborée mais un mode de lecture et d’approche des textes toujours à refaire, une lecture appropriative et créative. Ces observations nous conduisent à repenser la pédagogie de la lecture littéraire : nous avons tenté de proposer quelques pistes permettant de développer de telles pratiques, à partir de l’exemple des albums de Béatrice Poncelet, proposant un parcours qui articule des activités de réception et de production, qui mette en jeu la sensibilité et le jugement esthétique des participants, leur activité cognitive et métacognitive mais également leur voix, leur corps pour mieux interroger l’œuvre littéraire.

C’est toute une écologie de la réception du texte littéraire de l’interprétation, de la production, de la mutualisation et de la construction du sujet en propre – qui se fait jour à travers nos expériences de lecture, en même temps que la remise en jeu, par la littérature, de la question difficile de la professionnalisation des maîtres. Faut-il la penser uniquement en termes de « gestes professionnels » ou la poser en termes plus artistiques et philosophiques, l’un n’excluant pas l’autre ? Dimension philosophique d’abord, puisque la littérature et la formation à la littérature permet un questionnement sur soi, sur l’autre, sur la langue, qui représente un investissement primordial pour l’enseignant. Il s’agit de faire prendre conscience aux maîtres que la littérature permet de penser soi et le monde et donc les habituer à penser la littérature. Dimension artistique ensuite, car il s’agit pour nous de former enfants et enseignants à une pratique vivante du texte. Un des enjeux premier d’une formation réussie des maîtres à la littérature serait sans doute de prendre le temps de la lire, relire, partager en passant en particulier par la voix pour donner à entendre la voix de l’auteur, oraliser pour soi, oraliser pour l’autre. Les textes littéraires, en particulier ceux de Béatrice Poncelet, ont besoin d’être donnés à entendre et il faut, de notre point de vue, renouer d’urgence avec la dimension physique et orale de la littérature. »

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eléonore Hamaide dit :

    Un questionnement très actuel avec la réforme de la formation des maîtres proposée récemment…

  2. Perrot bruno dit :

    Une professeure de Français qui a débuté au collège Beaulieu de Châteauroux. Grande dame qui fait aimé la langue et la littérature. Maintenant, j’ai 41 ans, et comme vous le voyez,je ne l’ai pas oublié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search