La culture médiatique des préadolescents : entre transmission parentale et normes des pairs

Synthèse de l’intervention de Sophie Jehel (Université de Paris 8, Laboratoire CEMTI) lors du séminaire de l’Afreloce à l’ENS, samedi 18 octobre 2014

Ce compte rendu a été rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

2708Cette recherche s’appuie sur les résultats d’une enquête menée en 2006-2007 en Ile de France et dans 4 autres régions, auprès de plus de mille élèves de CM2 et de 6ème, dont 42% en ZEP, et de leurs parents (questionnaires puis entretiens avec les enfants par petits groupes non mixtes ; les parents de tous les milieux ont répondu très volontiers, 780 réponses).

Depuis l’enquête, les pratiques médiatiques des jeunes ont changé. Le temps passé par les 4-14 ans devant la TV  reste stable entre 2005 (2h10) et 2013 (2h09), alors que la place relative de la télévision dans les pratiques a nettement baissé (pour les 13-24 ans entre 2008 et 2013, radio + TV passent de 46% à 32%, Internet + téléphone mobile de 27% à 43%) (Source : Médiamétrie pour le CSA, 2014).

Poids des médiations parentales dans les pratiques médiatiques des préadolescents

L’enquête a d’abord porté sur l’attention à la signalétique (faite par les chaînes, sous le contrôle a posteriori et ponctuel du CSA), que 93% des parents jugent utile, de même que 89% des enfants. Dans deux cas sur trois, ils tiennent compte de la signalétique soit pour ne pas regarder les émissions signalées (rejoignant en général la consigne des parents), soit pour demander l’autorisation aux parents. La médiation de la signalétique est très différenciée socialement (les enfants milieux favorisés y sont plus attentifs) et surtout en genre (les filles sont plus surveillées et adoptent plus volontiers des démarches d’autoprotection). L’attitude des préadolescents vis-à-vis de la signalétique est très corrélée à celle de leurs parents.

Selon le type de médiation parentale, l’équipement télévisuel (et téléphonique) varie considérablement. On note une sorte d’inversion de la « fracture médiatique » : 40% des enfants scolarisés en ZEP ont plus de cinq médias à eux, 27% hors ZEP ; en ZEP la majorité des préadolescents ont la TV dans leur chambre (53%), ce qui est le cas d’une minorité hors ZEP (33%). Cela tient à la fois à la taille des fratries, au partage des chambres et à la disposition des parents plus confiante à l’égard de la TV.

Poids des normes des pairs et émergence d’une culture « violente »

Interrogés sur deux programmes regardés la veille, les préadolescents citent des séries (Un dos tres, Plus belle la vie, Veronica Mars, Prison Break, Charmed ; majoritairement des programmes tous publics), des jeux vidéo (pour les garçons, PES, Fifa ; pour les filles : Nintendogs, Sims). Mais dès le CM2 se développe une culture médiatique violente, renforcée par le partage avec les pairs.

À partir de la 6ème, les préados développent un goût majoritaire pour les programmes violents en 6ème ZEP (à 45%, vs 31.5% hors ZEP), citant surtout des films d’horreur (Saw, Chucky, Scream, Freddy, Terminator, Resident Evil). GTA est le plus cité comme « jeu violent ». Contrairement aux psychologues, les enfants considèrent les films et non le JT comme le genre le plus violent. Ainsi se construit, très tôt, une culture de la transgression, qui paradoxalement devient la norme en 6ème ZEP.

Peut-on parler d’une tyrannie de la majorité ? En ZEP, les goûts des filles se rapprochent de ceux des garçons et d’un goût affirmé pour la violence. L’exact inverse se produit hors ZEP, où le goût des garçons tend vers celui des filles. Ceux qui aiment les programmes violents ont également un certain mépris pour ceux qui ne les aiment pas, y voyant surtout une marque de faiblesse. Plusieurs indices montrent que les jeunes se constituent ainsi, selon la formule de Thomas Sauvadet, un « capital guerrier ». Pour l’expliquer, l’hypothèse du rite de passage n’est pas  adéquate, car il est fait pour brider les instincts (Goguel d’Allondans, Malinovski) et faire accéder à un autre statut, ce qui n’est pas le cas ici.

Les industries médiatiques jouent un rôle ambivalent en utilisant la signalétique tout en favorisant un marketing axé sur la promotion des contenus violents. Pour les préadolescents, la mise à distance des contenus d’horreur est particulièrement délicate. La mention « Tiré d’une histoire vraie » favorise une confusion entre réalité et fiction.

Conclusion

L’enquête montre combien les médiations sont liées, et combien celle parents est fondamentale dans la construction de la relation des préadolescents avec les médias. La signalétique, tardivement clarifiée pour la TV (2002), n’existe pas sur le web, malgré les recommandations de la Commission européenne.

Le désinvestissement des institutions en la matière a coïncidé avec le développement du web. Depuis 2000 (Lisbonne), le numérique doit favoriser la croissance économique, que limiterait une régulation. La directive européenne Service médias audiovisuels (2007, 2010) et la Recommandation européenne pour la protection des mineurs préconisent une règlementation a minima sur le web, qui devrait être équilibrée par la mise en place d’une « éducation aux médias ». Mais celle-ci se fait aujourd’hui avec des moyens réduits pour la formation des éducateurs et l’attention que lui porte l’Union européenne reste faible.

Bibliographie

Sophie Jehel, Parents, médias, qui éduque les préadolescents ? Enquête sur leurs pratiques Télévision, Radio, Jeux vidéo, Internet. Paris, Erès, 2011.

Sophie Jehel « Contenus médiatiques à risque et construction identitaire des préadolescents » Société et Jeunesse en difficulté revue en ligne, 30p.

Thomas Sauvadet, Le Capital guerrier : Solidarité et concurrence entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin, 2006.

Thierry Goguel d’Allongans, Rites de passage, rites d’initiation. Lecture d’Arnold van Gennep, Québec, Presses de l’université Laval, 2002.

CSA Adolescents/jeunes adultes et médias : le séquençage des pratiques médias des 13-24 ans, juin 2014, consultable sur le site www.csa.fr.

 

 

 

 

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 novembre 2014

    […] Synthèse de l’intervention de Sophie Jehel (Université de Paris 8, Laboratoire CEMTI) lors du séminaire de l’Afreloce &agr…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.