Appel à contributions pour Strenæ: Rythmes et temporalités de l’album pour la jeunesse

Un numéro proposé par Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaïotti.

« Les albums de Jean de Brunhoff sont des livres lents qu’il faut lire lentement »[1] : cette remarque d’Isabelle Nières-Chevrel peut servir d’amorce à la réflexion que nous souhaitons engager dans ce nouveau dossier de Strenae portant sur les rythmes et les temporalités de l’album. En effet, l’article dont elle est issue porte explicitement sur le traitement de l’espace comme élément fondamental de ce que nous pouvons considérer comme les premières formes modernes de l’album pour enfants. Toutefois, les notions de temps, de temporalité et de rythme y apparaissent comme des éléments tout aussi incontournables.

Depuis cet article, de nombreuses études ont mis l’accent sur le caractère fondamental de la notion d’espace dans l’album[2]. Mais les études sur la temporalité elle-même sont plus rares. On souhaite donc les développer, en s’attachant notamment à la création et à la réception d’albums à dominante narrative, c’est-à-dire à des formes brèves, qui produisent un récit en texte et surtout en image, sans pour autant exclure des formes particulières d’imagiers ou encore de livres-listes.

C’est donc bien la notion de temporalité(s) que ce dossier de Strenae invite à explorer. En effet, face à la traditionnelle opposition, entre un texte « apte à dire le temps » et une image « inapte à le figurer »[3], il s’agirait de voir en quoi l’album permet, à travers des jeux de configurations et reconfigurations temporelles et rythmiques singulières, des expériences du temps qui lui sont propres.

Les propositions de contributions peuvent  adopter plusieurs perspectives, non exclusives :

Du côté de la création

– une perspective historique qui envisagerait les essais de « spatialisation du temps », du rythme et du mouvement ou qui permettrait de penser les liens circonstanciés entre les contraintes techniques et le processus créatif.

– une perspective poétique qui ferait apparaître des expérimentations temporelles et rythmiques à partir d’un corpus monographique ou éditorial ou même à partir d’albums singuliers qui font figure d’hapax mais ont joué un rôle dans l’invention de formes nouvelles.  Les potentialités des albums numériques aujourd’hui pourront ici être envisagées.

– enfin, une perspective théorique concernant la question du rythme entre texte et image.

Du côté de la réception

Sans doute cette approche est plus complexe car elle met en jeu la lecture d’albums qui sollicitent un double lectorat, pour ne pas dire ici un double lecteur.

– la temporalité peut être envisagée du côté du lecteur « modèle », supposé et donc en lien avec les sollicitations de l’album lui-même.

– la durée, la cadence, le rythme de la lecture (par l’adulte ou par l’enfant ou par les deux conjointement) s’inscrivent par ailleurs dans des expériences singulières et pluri-sensorielles de l’album : le temporalité et le rythme sont liés au parcours du regard, aux déploiements des gestes et aux mouvements des voix. Chaque lecture est alors une « manière de fluer »[4] et constitue une dynamique à chaque fois renouvelée, mais dont on peut essayer de rendre compte dans un contexte captif (lecture scolaire, lecture collective) ou dans un contexte de lecture privée.

–  On peut également envisager la question du temps de la lecture, ainsi que des relectures auxquelles l’album invite non seulement par sa forme brève, mais aussi par le lectorat auquel il s’adresse.

Les propositions d’articles (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 10 septembre 2014 à la revue Strenae : strenae@revues.org

Les propositions seront examinées par les responsables scientifiques du dossier et par le comité de rédaction de la revue. Les auteurs seront rapidement prévenus de l’acceptation ou non de leur proposition. Les articles seront à remettre pour le 15 mars 2015.

La publication est prévue pour octobre 2015.


[1]      Isabelle Nières, « Jean de Brunhoff, inventer Babar, inventer l’espace ». Revue des Livres pour Enfants, 191, février 2000.

[2]      Cf.  les récents travaux de Christophe Meunier sur  ou encore Cartes et plans, paysages à construire, espaces à rêver,  Cahiers Robinson, 28, 2010, D.Dubois-Marcoin et Eléonore Hamaide-Jager (dir.).

[3]      Formules empruntées à Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Didier jeunesse, 2009, p. 134-135.

[4]      Cf. Lucie Bourassa, « La forme du mouvement (sur la notion de rythme)  », Rhuthmos, 1er janvier 2011 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article234


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *