Appel à contribution : Lectures d’enfance et vocation d’écrivain

date limite : 15 décembre 2009

responsables : Brigitte Ouvry-Vial et Sylvie Servoise,

Université du Maine

Laboratoire 3 LAM

Avenue Olivier Messiaen, 72000 Le Mans

En vue de la journée d’étude : « Lectures d’enfance et vocation d’écrivain », le 26 mars 2010

« J’ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres ». Ces propos de Sartre dans Les Mots pourraient s’appliquer à nombre d’auteurs évoquant leur enfance et leur trajectoire d’écrivain. L’apprentissage de la lecture et la découverte de la littérature constituent de fait une sorte de passage obligé, pour ne pas dire un véritable topos, du récit d’enfance de l’écrivain. L’illusion rétrospective n’est sans doute pas étrangère à un tel phénomène, la tentation étant forte – pour l’auteur comme pour le lecteur – de voir se dessiner, derrière la figure de l’enfant dévoreur de livres, celle du grand écrivain noircissant les pages de son cahier.

Pourtant, aussi attendu soit-il et quelle que soit la part de reconstruction et, peut-être, de mauvaise foi, en jeu, ce retour accompli par les écrivains à leurs lectures de jeunesse ne manque pas d’intérêt, chacun y trouvant et dévoilant au lecteur ce qui l’a mené à la littérature : les livres d’enfance réveillent ainsi par exemple, pour Graham Greene, la nostalgie d’un contact « innocent » avec la littérature et d’un avenir ouvert à tous les possibles, ils constituent aux yeux de Proust « les seuls calendriers que nous ayons gardé des jours enfuis » ou encore incarnent, pour Sartre, les prémisses d’une « névrose » dont  il ne guérira plus. Dans tous les cas, les lectures d’enfance ont joué un rôle essentiel dans la formation de l’homme et de l’écrivain.

L’étude des traces, contextes et niveaux variables de l’activité de lecture préalable à l’écriture, soulignerait ainsi la dimension nécessaire, suggérée par Roland Barthes, du Désir ou du refoulement, de la loi et des canons établis sur lesquels elle repose, qui la structurent et conditionnent le type de plaisir ou d’aventure qu’elle procure et que, peut-être, l’écriture à venir cherchera à reproduire : rapport fétichiste aux mots, impatience inverse de la narration, du suspense ou encore plaisir, désir d’écrire dont la lecture produit la sensation et la promesse.

La réflexion sur l’articulation entre lectures d’enfance et vocation d’écrivain peut être conduite dans plusieurs directions :

1) Les œuvres évoquées : on relève la présence de références récurrentes à certains auteurs ou genres (romans d’aventures, d’espionnage…). Quelle signification lui donner ? Et que penser au contraire des récits mettant en avant la singularité des choix de  l’enfant lecteur ?

2) Comment sont figurées les scènes de lecture ? Si certains topoi sont identifiables (la lecture clandestine et solitaire, l’enfermement dans la bibliothèque ou la chambre),  on peut se demander dans quelle mesure leur reconduction est volontaire (imitation ou parodie ?) et si d’autres représentations ne sont pas possibles.

3) Quelle place et quelles valeurs sont accordées à ces scènes de lecture dans  l’économie particulière du récit d’enfance ? S’inscrivent-elles forcément dans le cadre d’une révélation croissante de la vocation ? N’y a-t-il pas des lectures « égarantes », qui détournent le futur écrivain de sa vocation ?

4) On pourra s’interroger sur la représentation et les enjeux du passage de la lecture à l’écriture, qui est une étape essentielle de l’affirmation de la vocation d’écrivain.

5) Le regard porté par les écrivains sur leurs lectures d’enfance : si certains retrouvent avec émotion dans les lectures passées la trace de leurs écrits futurs, d’autres en revanche s’appliquent à souligner la rupture entre leur goûts de lecteurs et d’écrivains.

6) Plus largement, on peut se demander dans quelle mesure les lectures d’enfance façonnent la conception même de la littérature d’un écrivain et dont témoignent, à des degrés divers, ses œuvres. A cet égard, on pourra se pencher sur des exemples d’écrivains non lecteurs, faisant état d’un refus ou déni ou inexpérience préalable de  la lecture.

7) Enfin, la qualité et valeur littéraires, variables, des lectures d’enfance des écrivains, qu’elles contribuent à l’émergence de modèles ou de contre-modèles, peuvent-elles éclairer les débats actuels sur la littérarité de la littérature destinée à la jeunesse et sa place dans la littérature en général ?

La journée d’études est ouverte à des communications sur des corpus de toutes langues et littératures, française et étrangères.

Les propositions sont à adresser avant le 15 décembre 2009 à bouvry@univ-lemans.fr et sylvie_servoise@hotmail.com

La journée d’études se tiendra dans la salle Pierre Belon, de 9 heures à 17 heures, Université du Maine, Avenue Olivier Messiaen, 72000 Le Mans.

http://www.univ-lemans.fr


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *