Appel à contributions: Text/ures: les objets livres du papier au numérique

Text/ures: les objets livres du papier au numérique
, Colloque international
 avec le soutien du Labex Arts-H2H, de l’EA 1569, et de Paragraphe (EA349), Université Paris 8, en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, et
 l’École nationale des Arts Décoratifs.

19, 20, 21 novembre 2014 (Paris et Pierrefitte-sur-Seine)

Ce colloque bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01)


Text/ures: les objets livres du papier au numérique est un projet international et transdisciplinaire qui envisage d’explorer la gamme d’objets hybrides que sont les livres d’artistes, les livres animés, les ouvrages composites de la littérature contemporaine, les livres sculptures ainsi que les nouveaux livres numériques, qui chacun à leur façon, par leur appartenance à la fois au domaine littéraire et à la culture graphique ou plastique échappent à toute tentative de classification. Par text/ures, on entend explorer le rapport entre le texte et sa matière, la façon dont il est mis en relief, voire activé par des mécanismes papier ou numérique. A qui s’adressent ces objets livres ? Quelle(s) temporalité(s) de lecture nécessitent ces ouvrages? Quels modes d’accès au sens convoquent-ils? Plus largement, sont-ils voués à être vus, lus, exposés, dépliés, manipulés, collectionnés, conservés ? L’idée est de travailler au cœur de la matière pour explorer aussi bien les assemblages du texte que ses déploiements haptiques.

Cette conférence souhaite faire apparaître des zones de contacts entre littérature de jeunesse, littérature contemporaine et livres d’artistes à travers leur histoire commune, vers une matérialité nouvelle. Si nous encourageons les regards croisés sur les différentes formes possibles de texture dans les objets-livres, les suggestions thématiques suivantes pourront être abordées:


Les textures de la littérature de jeunesse


Les livres à surprise, folioscopes, tunnel books, carrousels pourront être traités sous un angle historique. Les objets livres, par essence hybrides, offrent une dynamique de lecture qui confronte mode de l’enfance et monde de l’art en une infinité d’expérimentations plastiques, mécaniques, permettant de présenter des fééries origamiques, ou des sculptures typographiques. Quelles sont les stratégies mises en place par le lecteur pour cheminer dans le livre ? Comment l’architecture, la cinétique, la photographie, le cinéma ont-ils pu influencer la texture des objets livres ? Quelles sont les limites entre jouet et objet ? Quelles peuvent être les textures d’influence entre livres d’enfants et livres d’artistes ? Le pop-up est-il un objet à sensations ? un objet tactile ? un livre sonore ? La texture facilite-t-elle l’accès à la connaissance ? Du point de vue de la remédiatisation, comment la texture de l’objet peut-elle s’adapter à d’autres supports (ebooks, applis) et, inversement, comment expliquer que certaines applications opèrent un retour à la texture d’origine en format papier ?

Textures et écritures contemporaines


On entend explorer des œuvres dont le travail sur la matière, le grain et la graphie, les place dans un rapport de porosité avec les thématiques abordées par le livre d’artiste. Il s’agira d’interroger l’étoffe du poétique dans sa matérialité même, en s’attachant aux ouvrages et livres ouvragés dont la texture renégocie le rapport à l’écriture comme mode purement textuel. Que l’on pense aux différentes formes d’entrelacs textuels et visuels (VAS de Steve Tomasula)— les « imagetextes » que définit W .J. T Mitchell dans Picture Theory— ou aux effets de superpositions (Tom Phillips A Humument) ou d’évidement (Tree of Codes Jonathan Safran Foer), ou encore au travail de couture ou de tissage (Jen Bervin, Mark Z. Danielewski The Fifty Year Sword), il s’agira d’examiner les modes de sens qui affleurent et s’instaurent dans la texture de l’objet livre.

On s’intéressera aussi à la manière dont les écritures contemporaines retravaillent la notion
de livre (que faut il entendre par page, par feuillet ? qu’est qu’un “livre” numérique? ) et interrogent en retour l’acte de lecture. Pour Johanna Drucker les livres ont une temporalité de lecture distincte de celle des œuvres plastiques : “books are time-based media. They unfold in sequence (fixed or not) over time, require a certain amount of attention, and can’t be taken in in the ‘all at once glance’ mode we have come to believe is the correct way of viewing visual art” (Figuring the Word). L’objet livre doit-il se parcourir comme une œuvre visuelle ou faut-il l’envisager comme un nouveau type de séquençage narratif? Comment dès lors lire la texture de l’objet livre?

Conserver la texture : exposer, diffuser et restaurer les objets livres


Le relief de l’objet livre, à travers son architecture de formats infinis, invite également à réfléchir aux problématiques de conservation. “La consignation” telle que la définit Jacques Derrida “tend à coordonner en un seul corpus, en un système ou une synchronie dans laquelle tous les éléments articulent l’unité d’une configuration idéale” (Mal d’archive). On pourra à cet égard se demander comment consigner l’hétérogénéité du livre-objet. Plus précisément, comment conserver le sens pluriel qui se tisse dans le volume, le toucher, les plis du texte, ou qui émerge de l’éphémère d’une lecture-performance ? Quelles sont les différentes pratiques des bibliothèques ? On pourra enfin s’attacher à la remédiatisation de la texture dans son passage du papier au numérique, ou s’interroger sur le portage d’un format numérique vers un autre.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à adresser en anglais ou en français sur easychair (https://www.easychair.org/conferences/?conf=t2014) avant le 30 avril. Elles comporteront un résumé de 300 à 400 mots un titre, une notice biographique et les coordonnées des intervenants.

 

Porteurs du projet « Text/ures » :

Anne Chassagnol et Gwen Le Cor (Université Paris VIII, Département des études anglophones, EA1569).

textures@univ-paris8.fr

Site web : http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/text-ures-l-objet-livre-du-papier.html


Lieux :


– Les Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine)

– Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, Paris)

– École nationale des Arts Décoratifs (Paris).

Conférenciers:


David A. Carter (artiste pop up, USA), Bertrand Gervais (UQAM, Montréal), Jerome Fletcher (Falmouth University, UK), Steve Tomasula (University of Notre Dame, USA).

Comité d’organisation :


Anne Chassagnol (Université Paris 8, Département des études anglophones, EA1569).

Claudine Hervouët (BNF)

Gwen Le Cor (Université Paris 8, Département des études anglophones, EA1569).

Jacques Vidal-Naquet (BNF)

Comité scientifique :


Cécile Boulaire (Université de Tours/ Afreloce)

Anne Chassagnol (Université Paris 8)

Claudine Hervouët (BNF)

Gwen Le Cor (Université Paris 8)

Marine Planche (BNF)

Arnaud Regnauld (Université Paris 8)

Stéphane Vanderhaeghe (Université Paris 8)

Jacques Vidal-Naquet (BNF)

Yann Potin (Archives Nationales)

Emmanuel Mahé (EnsAD)

Emmanuel Cyriaque (éditions HYX)

Télécharger l’appel à contributions

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search