La face cachée de l’oeuvre de Georges Chaulet

Ce billet nous a été proposé par Baptiste Coulmont, que nous remercions.

L’on sait aujourd’hui que le co-créateur de Superman, Joe Shuster, réutilisait les traits de ses personnages (Clark Kent, Lois Lane…) dans des aventures sado-masochistes. Ses dessins ont été réunis dans Secret Identity, the Fetish Art of Superman’s co-creator Joe Shuster.
Il est loin d’être le seul “clean cartoonist” à avoir aussi eu une œuvre pour adultes : un ouvrage, Clean Cartoonists’ Dirty Drawings recense même ces écarts à la morale réalisés par les créateurs de Picsou, de Bugs Bunny ou de
Spider-Man… En France, l’illustrateur du Club des cinq et de Alice détective, deux séries de romans de la Bibliothèque rose / verte, n’est peut-être pas connu de tous sous son nom (Jean Sidobre), mais ses dessins ramèneront sûrement à la mémoire des souvenirs d’enfance :
sidobre-jean

Et Sidobre, comme Shuster, eu une longue carrière, qui ne se limita pas à l’illustration pour enfants: comme de nombreux artistes, il eu au moins une une double vie. Sous le pseudonyme de G. Lévis, il est lui aussi l’auteur d’une ample œuvre pornographique. Voici une des illustrations de Liz et Beth :

levis

Sous les traits bien connus de “Claude” (la “garçon manquée” du Club des cinq) ou de “Alice” (la jeune détective blonde), se retrouvent dessinées des femmes aux aventures bien différentes…

Comment comprendre ces œuvres déconnectées ?

En France, l’après Seconde guerre mondiale voit naître une double autonomisation. D’un côté l’autonomisation très forte de la littérature pour la jeunesse, soumise à un dispositif de régulation spécifique issu de la loi n°49-956 du 16 juillet 1949. L’autonomisation du marché pornographique de l’autre, générée par l’article 283 du Code pénal définissant l’outrage aux bonnes mœurs. Mais c’est une double autonomie interactive, car Commission de surveillance et de contrôle issue de la loi du 16 juillet 1949 censure aussi la presse et la librairie pour adultes (article 14). En désignant comme interdit aux mineurs certains textes et certaines représentations, la loi de 1949 agit en support de l’article 283 du Code pénal.

Il y eu donc intersection entre ces deux espaces autonomes. Pas uniquement sur le plan du droit. On le voit avec l’oeuvre multiple de Sidobre. On peut le constater aussi avec un autre collaborateur de la Bibliothèque verte / rose, Georges Chaulet, l’auteur de Fantômette, décédé il y a un an. L’œuvre obscène de Chaulet n’est pas encore bien connue — c’est un euphémisme — et je n’ai trouvé aucun texte qui la mentionne. À l’heure actuelle, seules quelques traces indirectes nous indiquent son existence.

Aux Archives de Paris, à la cote 33W439, se trouve un document court, mais intéressant : une condamnation pour “outrages aux bonnes mœurs”, prononcée le 22 février 1968 par la 17e chambre.

Rappelons tout d’abord en quoi consistait le délit d’outrage aux bonnes mœurs :

Code pénal, Article 283 (D.-L. du 29 juillet 1939,
Ord. 58-1298 du 23 décembre 1958)
Sera puni d’un emprisonnement
d’un mois à deux ans et d’une amende de 360 F à 30.000 F quiconque
aura : Fabriqué ou détenu en vue d’en faire commerce, distribution,
location, affichage ou exposition […] ; Affiché, exposé ou projeté
aux regards du public ; […] Tous imprimés, tous écrits, dessins,
affiches, gravures, peintures, photographies, films ou clichés,
matrices ou reproductions phonographiques, emblèmes, tous objets ou
images contraires aux bonnes mœurs […]

Ces outrages aux bonnes mœurs (ou “OBM” en langage policier) sont donc des délits de représentation, des délits de presse. Ce ne sont pas des “outrages à la pudeur” (exhibition…) avec victimes individuelles, mais des délits contre une idée censée être partagée par société toute entière, sans victime individuelle.

Voici le jugement :

Le Procureur de la République c. CHAULET Georges, né le 25 janvier
1931 à Paris 10° arrondissement, fil de Albert Emile et de Louise,
Magali B***, demeurant 71 rue ** ** à Chatenay Malabry, marié, un
enfant, écrivain, classe 1951, Paris.
OUTRAGES AUX BONNES MOEURS
Le Tribunal après interrogatoire d’identité et lecture de la
procédure. Ouï le prévenu en ses explications, le Ministère Public en
ses réquisitions, le prévenu en ses moyens de défense et après avoir
délibéré le tout conformément à la loi. Statuant publiquement,
contradictoirement et en premier ressort. Attendu que Chaulet est
prévenu d’outrages aux bonnes moeurs. Attendu qu’il résulte des
documents de la cause et des débats la preuve que dans le courant des
années 1965 et 1966, en tout cas dans le ressort du Tribunal de Grande
Instance de Paris et depuis temps non prescrit, Chaulet a fabriqué et
offert même à titre gratuit, même non publiquement des photographies
et diapositives contraires aux bonnes moeurs et a projeté aux regards
du public des films de 8 m/m contraires aux bonnes moeurs. Attendu que
Chaulet reconnait les faits.
Attendu que dans le délai de cinq ans, Chaulet n’a pas encouru de
condamnation à l’emprisonnement ou à une peine plus grave pour crime
ou délit de droit commun, qu’il parait digne d’indulgence.
PAR CES MOTIFS: Dit constant et établi le délit de outrages aux bonnes
moeurs reproché à Chaulet et en déclare celui-ci convaincu et
coupable.
En application des articles 283 289 et 290 du Code Pénal, 734, 735,
736, 737 du code de procédure pénale. Vu l’article 463 du code pénal
et modérant la peine en raison des circonstances atténuantes.
Condame CHAULET Georges à SIX MOIS d’emprisonnement et à DEUX MILLE
CINQ CENTS FRANCS d’amende.
Dit qu’il sera SURSIS à l’exécution de la peine d’emprisonnement, le
condamne en outre aux dépens du présent jugement lesquels avancés par
le Trésor sont liquidés à 255 francs 79 [centimes] plus 6 francs pour
droits de poste.
Ordonne la confiscation et la destruction des photographies,
diapositives et films saisis.
Fixe au minimum la durée de la contrainte par corps.
Signé Monzein et Anesi
Fait et jugé par Monsieur Monzein, Vice-président, Monsieur Brin Juge,
monsieur Samy, Juge, en présence de monsieur Dontenwille Substitut de
Monsieur le Procureur de la République, assistés de Maître Anesi
Greffier.

[Source : Archives de Paris, Chambres correctionnelles : jugements
correctionnels, Jugement du 22 février 1968, cote 33W439, document
librement communicable
]

Cette face cachée de l’œuvre de Georges Chaulet, photographies, diapositives et films “contraires aux bonnes mœurs” a sans doute disparu, le Tribunal ayant « ordonn[é] la confiscation et la destruction des photographies, diapositives et films saisis ».

Pour quelles raisons mentionner alors ici cette face cachée ?

Je mentionne cette condamnation pour plusieurs raisons. Raison biographique d’abord : il me semble que le succès populaire qu’a rencontré Fantômette devrait inciter à mieux connaître son auteur. Raison plus générale ou historique : Chaulet ne fut pas le seul écrivain à être jugé pour OBM. L’on sait que ce délit servit au cours du XIXe siècle: Flaubert fut acquitté, mais Baudelaire fut condamné puis réhabilité. Chaulet est de plus condamné à la même époque que plusieurs éditeurs parisiens, comme Régine Deforges, Eric Losfeld, Tchou ou encore Pauvert. Sa condamnation est à prendre comme signe d’une participation au développement d’une culture pornographique invisible, bien vivante au cours des années soixante, avant la libéralisation des années Giscard.

Enfin il me semble possible de mentionner ce jugement sans porter atteinte à la mémoire ou à la réputation de l’auteur de Fantômette. Certes en 1968, au moment de sa condamnation, Chaulet risquait sa carrière. Si ce jugement avait été connu, il aurait couru un véritable danger professionnel : aurait-il pu continuer à écrire “pour la jeunesse” ? Des générations entières de petites lectrices et de petits lecteurs auraient perdu une source d’inspiration réelle. Mais aujourd’hui, la combinaison d’une oeuvre pour enfants et d’une oeuvre pornographique est possible (il suffit de voir ce que peut dessiner Zep). Et la découverte de la personnalité complexe de Chaulet pourrait contribuer à voir en Fantômette autre chose qu’une pâle héroïne un peu désuète.

Je me suis déjà amusé à y voir une héroïne sexualisée, sexuée et ligotée. Symbolisme sado-maso, “bondage”, tortures acceptées avec plaisir… sont le quotidien de cette pré-adolescente qui laisse, en “juste-au-corps” apparaître son corps. L’une des méchantes est Diabola (“Domina”?). Et l’un des méchants est “le Furet”, qui, comme dans la chanson-contrepêterie, court toujours. Sur-interprétation ? Peut-être, mais il est possible, aussi que, sublimant le risque de la “lettre écarlate” sous la forme d’une “lettre volée” à la Edgar Poe, l’œuvre de Chaulet expose, depuis toujours, aux yeux des lecteurs, un sous-texte sexualisé.

Signalons pour terminer que l’outrage aux bonnes mœurs est mouvant : non seulement parce que ce qui constitue outrage en 1969 n’est plus outrageant dès 1973, mais aussi parce que l’OBM lui-même, au cours des années 1970, est abandonné puis définitivement retiré du Code pénal en 1992. Les œuvres pour lesquelles Chaulet fut condamné ne constituent alors plus de délit.

Notes : J’ai découvert ce jugement vers 2007. Il était (et il est toujours) librement communicable à toute personne visitant les Archives de Paris. Mais comme Chaulet n’a — à ma connaissance — jamais mentionné cette condamnation, j’ai attendu qu’un an passe après son décès avant d’en parler.

Baptiste Coulmont
http://coulmont.com

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Article très intéressant et je ne connaissais pas du tout cet aspect-là de l’oeuvre de Chaulet. Mais Fantomette, une ‘pale héroine un peu désuète’? on parle bien du meme personnage? je ne pense pas que la littérature jeunesse ait connu depuis Chaulet une héroine plus spirituelle, forte tete, intelligente et drole!

    quant aux connotations sexuelles ou du moins sensuelles du personnage, elles sont en effet nombreuses et d’ailleurs Chaulet le reconnait dans le livre assez intéressant qu’il a publié récemment sur Fantomette, où dans une aventure exclusive elle finit d’ailleurs par ‘sortir’ (toujours chastement) avec Eric, le fils du Masque d’Argent. Mais Chaulet dit bien que pour la Bibliothèque c’était impossible qu’il se passe quoi que ce soit de tendancieux dans les livres, d’où le vouvoiement avec Oeil de Lynx, etc. Mais c’est surtout le travail des différents illustrateurs qui met en lumière différents aspects du personnage – certain/es la sexualisent plus que d’autres, qui conservent un aspect écolière plus sage. Chaulet en parle d’ailleurs très bien et dit qu’il a adapté le texte pour correspondre aux illustrations.

    Enfin, la sexualisation des jeunes héroines est quand meme quelque chose d’assez fréquent en LJ quand on pense par exemple aux fameux Martine.

    Merci pour cet article. J’aimerais savoir s’il existe en ce moment un corpus de recherches étendu sur Fantomette en France? Il ne me semble pas en entendre assez souvent parler.

  2. Anne Larue dit :

    Très intéressante analyse. Je suis bien d’accord sur le fait que la fameuse “littérature de jeunesse” est le prétexte même du SM, qui en exploite ludiquement le filon. J’avais remarqué que les dessinateurs pour la jeunesse, parmi les plus grands (Nicole Claveloux, Toni Ungerer…) avaient “parallèlement” une oeuvre SM. C’est curieux, tout de même ! Comme si le lien secret entre littérature de jeunesse et SM ne cessait jamais d’être tissé.
    Dans un livre sur le masochisme, publié en Belgique il y a des années (et dont je peux fournir le pdf à qui voudra, l’éditeur ayant cessé depuis bon temps ses activités)j’avais même soutenu que le ressort secret du SM était l’enfance et sa culture : ligotages, souffrances à la fois ludiques, héroïques et volontaires, goût du scénario et des histoires, jeu scénarisé, “play” au lieu de “game” pour reprendre la distinction de Duvignaud dans Le Jeu du jeu, dame Fichini armée de fouets, enfants confinés dans des geôles, bref c’est Histoire d’O pour les 7-15 ans !

  3. Cécile Boulaire dit :

    Je nuancerais pour ma part. Fantômette, comme les histoires du Club des cinq, sont des aventures policières. Le genre lui-même suppose de la violence, or on n’imagine pas, surtout à l’époque, infliger des souffrances physiques aux jeunes héros. Reste une seule possibilité: les empêcher d’agir, en les ligotant. Y voir un motif SM relève d’une projection d’adultes — un peu comme s’interroger sur les petites culottes de Martine, au fond assez anodines pour qui se souvient qu’à une époque, les jupettes des filles étaient vraiment très, très courtes (ce qui permettait, par exemple, de faire du vélo).
    Merci à Baptiste Coulmont pour ce billet stimulant. Il me semble que le parallèle avec Baudelaire et Flaubert ne va pas de soi: leur condamnation ne visait pas des œuvres pornographiques mais leur création littéraire “principale”, ce qui n’est pas le cas de Chaulet, qui savait très bien qu’une partie de sa production le mettait “en dehors des clous”. De même, je me demande si le rapprochement avec Pauvert est si évident: à cette époque Pauvert réclame le droit de réhabiliter des auteurs du passé, pour leur valeur qu’il juge littéraire; ce n’est pas exactement la démarche de Chaulet.
    Pour poursuivre le débat, je me permets de renvoyer à un article que j’avais trouvé très juste: “Fantômette, l’anti-héroïne de mon enfance”, de Thomas Clerc, paru dans Libération le 1er novembre 2012 (http://www.liberation.fr/culture/2012/11/01/fantomette-l-antiheroine-de-mon-enfance_857561).

  4. Baptiste dit :

    @ Clémentine Beauvais : “un corpus de recherches étendu sur Fantomette en France…” Pas vraiment (la fiche wikipedia n’a qu’une biblio restreinte http://fr.wikipedia.org/wiki/Fantômette) et je n’ai rien trouvé d’autres. On peut ajouter des mentions par-ci, par-là dans divers textes, et les paragraphes plus fournis dans “le Masochisme” d’Anne Larue.

    @ Anne Larue : étrange en effet, ces relations entre SM et LJ !

  5. Baptiste dit :

    @ Cécile Boulaire : les rapprochements que je fais ne le sont que sur la base de la qualification juridique d’outrage aux bonnes moeurs… qui va porter, concrètement, sur des projets littéraires et culturels distincts, je l’accorde.

  6. Anne Larue dit :

    On commence à être assez nombreux pour faire une petite journée d’étude sur Fantômette, non ? Pour ma part, tout ce qui est féministe m’intéresse. Contrairement à Thomas Clerc, qui parle en lecteur, je pense qu’il faut revenir sur ce qui a charmé notre enfance ; et je suis d’accord avec lui sur la le rôle déterminant des lectures d’enfances sur la vie intellectuelle de l’adulte.
    Quant au SM, Cécile, pour moi cela va “dans l’autre sens” : j’ai cherché quel pouvait être l’univers symbolique du SM. La religion ? Non. La domination sociale transposée ? Non. Les rapports de genre ? Non. Tout le monde parlait du “jeu”. J’ai fini par comprendre que c’était les lectures de jeunesse qui étaient “en jeu”. La gaîté, l’énergie, la joie de vivre du SM sont connectées aux lectures de jeunesse. Comme dans Fantômette on est sur le mode du tremblement et de l’extrême menace, mais il n’arrive “rien”, rien de “grave”.
    Fantômette m’a appris qu’on pouvait écrire avec humour et je n’ai jamais oublié la leçon. Dans le désert des fictions que je ne savais pas alors être traduites péniblement de l’américain, Alice, Les Soeurs Parker, elle était une pépite d’humour et c’était merveilleux. Mon jeune beau-fils a moins aimé, parce qu’il est à l’époque du renforcement de la division des genres : pour les filles, pour les garçons. Le témoignage de Thomas Clerc est précieux : il parle d’une époque où cela jouait moins. Intéressant !

  7. bauer marie dit :

    Une petite précision: je prépare actuellement une thèse intitulée “Poétique du simulacre dans la série Fantômette de Georges Chaulet”. Il y a donc bien de la recherche, certes très peu, sur l’œuvre de Chaulet, qui est décidément bien surprenant!

  8. Add dit :

    Un article vraiment très intéressant, merci. Son éditeur Hachette n’a rendu public la nouvelle que plus d’un mois après sa disparition. http://www.avis-de-deces.com/deces-celebrites/1401/Georges-CHAULET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.