Congrès de Romanistik (Würzburg)

IMG_3733Du 23 au 25 septembre 2013 s’est tenu à l’Université de Würzburg (Allemagne) le 33ème congrès des romanistes allemands (« Romanistik – Herausforderungen und Chancen »), à l’initiative du DRV (Deutscher Romanistenverband). Ce congrès a réuni des chercheurs en grande majorité allemands, travaillant sur des littératures et langues romanes, principalement le français, l’italien, l’espagnol et le portugais. Ludger Scherer (Université de Bonn et de Cologne) et Roland  Iβler (Université de Bonn) ont proposé une section « Kinder- und Jugendliteratur der Romania », ayant constaté que la recherche en littérature d’enfance et de jeunesse est encore peu développée dans le champ de la Romanistik allemande.

Première surprise pour la chercheuse française que je suis: j’avais dans l’idée que la recherche en littérature pour la jeunesse était infiniment plus en avance en Allemagne qu’en France. Il n’est que de penser aux activités et à l’importance d’un institut comme celui de l’Université de Francfort, à son rayonnement international, sans oublier les nombreux collègues dans d’autres universités, qui développent des programmes de recherche et peuvent enseigner, depuis longtemps et à tous les niveaux, la littérature de jeunesse. Il faut pourtant avoir conscience que ce développement, impressionnant et enviable pour les chercheurs français, est restreint à la Germanistik, c’est-à-dire la littérature et la langue allemandes. Pour être honnête et complet, il faut ajouter l’Anglistik qui, travaillant sur les littératures anglo-saxonnes, s’intéresse aussi de près et depuis longtemps à la littérature pour la jeunesse. Toutefois, rien ou presque du côté de la Romanistik, et c’est bien un nouveau champ de recherche que veulent ouvrir nos collègues Iβler et Scherer. Pour ce faire, ils m’avaient invitée afin que je puisse présenter un panorama de la recherche actuelle sur la littérature de jeunesse, en France. Laurent Bazin (Université de Versailles-Saint-Quentin) a complété cette entrée en matière en présentant une poétique très fine et très convaincante du roman pour adolescents contemporains. Hans-Heino Ewers (Université de Francfort) est intervenu pour rendre compte de ses conceptions de la littérature de jeunesse comme objet de recherche et pour proposer ce que la Germanistik peut offrir en ce domaine à la Romanistik. Les détails de ces interventions ainsi que de l’ensemble des contributions de cette section feront l’objet d’un prochain compte rendu qui sera proposé à la revue Strenae. Dans un premier temps, ce billet vise à remettre en perspective nos idées, parfois partiellement faussées, sur notre champ de recherche et son rapport avec la recherche à l’étranger, en l’occurrence en Allemagne. Je proposerai quelques petites réflexions et remarques.

Je dois préciser que je ne connaissais pas auparavant les deux collègues qui m’ont invitée: Roland Iβler et Ludger Scherer se sont tout simplement renseignés sur la recherche actuelle française et, très vite, via les moteurs de recherche sur internet, ils ont découvert les activités de l’Afreloce. Si cette association n’a pas la prétention de représenter toute la recherche en littérature de jeunesse en France, elle regroupe toutefois un nombre non négligeable de chercheurs et ses activités ont désormais, grâce au web, une visibilité certaine. On ne louera donc jamais assez ce que les carnets d’Hypothèses peuvent apporter: en effet, les outils de communication sont indispensables à la vie scientifique d’une association telle que l’Afreloce. Il ne s’agit pas seulement de publicité pour la publicité: la visibilité permet des échanges (comme ceux que j’ai pu avoir à Würzburg), des collaboration et des projets de recherche, le développement de nouvelles idées, une meilleure connaissance mutuelle, etc. Le carnet de recherche et la revue Strenae, s’ils ont contribué dans un premier temps à structurer l’Afreloce et à créer des échanges au sein de l’association (diffusion de nos travaux, échanges d’informations, rencontres lors du séminaire mensuel), jouent également un rôle en terme de visibilité internationale. Notre idée de publier davantage d’articles en anglais et en allemand (et pourquoi pas dans d’autres langues) et de développer les traductions d’articles me semble donc plus que jamais pertinente. Une association de chercheurs peut rassembler les plus brillants qui soient, elle ne peut vivre durablement et efficacement si elle ne se dote pas d’outils de communication efficaces.

Nos activités ont également une visibilité dans la mesure où elles échappent au cloisonnement. On peut critiquer le rassemblement de chercheurs sous la forme d’association: aucun rattachement institutionnel académique, aucun financement, entre autres. Pourtant, cela nous accorde une certaine liberté tout en nous plaçant dans une démarche pluridisciplinaire: nous n’appartenons pas à telle section du CNU mais les chercheurs de l’association en représentent plusieurs, nous ne sommes pas rattachés à telle unité de recherche mais pouvons les faire dialoguer entre elles. Le cloisonnement fort qui oppose la Germanistik à la Romanistik, au point que la littérature de jeunesse y est représentée de façon totalement déséquilibrée, n’entre pas en jeu. Par ailleurs, la littérature pour la jeunesse a notamment trouvé sa place en France et sa légitimité dans le champ des études comparatistes, échappant à l’opposition littérature française/littératures étrangères. Il semble que cela ne soit pas le cas en Allemagne, où la Komparatistik n’est pas aussi développée qu’en France.

Ne nous réjouissons toutefois pas trop vite: il suffit de se demander quelle place les études germaniques françaises accordent à la littérature pour la jeunesse. Le répertoire des thèses, s’il indique une thèse en littérature de jeunesse en basque et une en breton celtique, n’en mentionne aucune en études germaniques (avec au moins deux exceptions, les doctorats de Bérénice Zunino et de Pauline Pujo, mais qui relèvent de l’histoire et non de la littérature).

Le dialogue entamé pendant ces trois jours à Würzburg ne peut donc que nous être bénéfique. Voyageons, communiquons, traduisons, mettons nos travaux en ligne, et remercions le CLEO!


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *