La littérature de jeunesse russe et ses modèles

Nous diffusons cet appel à communications, transmis par Katia Cennet.

Journée d’études organisée par l’ILCEA/CESC et le CELIS

à l’université Stendhal Grenoble 3, le vendredi 17 mai 2013

date limite : 24 mars 2013

Cette journée d’études est le deuxième volet d’un cycle de recherches consacré à l’étude de la littérature et de la culture de jeunesse russes. Ce projet, mené conjointement par le CELIS et l’ILCEA/CESC, a été initié lors de la journée d’études organisée le 04 juin 2012 à Clermont-Ferrand par Katia Goloubinova-Cennet et intitulée « Littérature et culture de jeunesse dans le monde russe : enjeux et héritages ». Il a pour vocation de déboucher sur un colloque international au printemps 2014. Cette deuxième journée d’études se donne pour objectif d’interroger la notion de modèles dans la littérature de jeunesse. Il s’agira d’étudier aussi bien les modèles que la littérature de jeunesse cherche à imiter, que ceux qu’elle prend pour objets de représentation et, enfin, ceux qu’elle produit.

Parmi les modèles que se donne la littérature de jeunesse, la littérature « pour adultes » est peut-être le plus impérieux. Ces deux domaines de la littérature suivent-ils les mêmes évolutions, peuvent-ils êtres soumis à la même périodisation, utilisent-ils les mêmes procédés ? Selon quelles modalités la littérature de jeunesse s’inspire-t-elle de la littérature « adulte » pour répondre à un de ses objectifs : expliquer le monde des adultes aux enfants, mais à travers des images et des sujets divertissants qui répondent à leur goût pour le jeu ? Telles sont les questions qui peuvent ici se poser à nous.

En Russie, ce phénomène se double d’une autre source d’imitation : la littérature européenne, qui, dès le XVIIIe siècle, a servi de modèle lors de la constitution de la littérature russe moderne. Au XXe siècle, le modèle européen reste omniprésent dans la littérature de jeunesse russe. Dès lors, faut-il parler d’imitation pure et simple, ou plutôt d’appropriation de sujets européens par la culture russe ? La littérature de jeunesse ayant souvent eu en Russie pour mission d’éveiller chez l’enfant des sentiments patriotiques, on peut se demander quelle est, dans ces œuvres, la part d’emprunt au modèle étranger, et celle d’apport purement national.

Premier genre de la littérature pour enfants, le conte est un autre modèle toujours pertinent pour les écrivains contemporains. Après l’avoir exclu des bibliothèques enfantines dans les années 1920, le pouvoir soviétique, sur la suggestion de Gorki, en fait le genre par excellence d’une littérature de jeunesse vouée à former les futurs bâtisseurs du socialisme. Dès lors, comment continuer à emprunter à ce genre une fois l’URSS disparue ? Et comment concilier conte et mondialisation ? Les contes modernes ont-ils gardé la structure, les motifs, du conte traditionnel sont-ils toujours des récits initiatiques ?

Mais les modèles de la littérature de jeunesse ne sont pas à chercher uniquement dans ses influences. En effet, par sa fonction didactique, tout un pan de la littérature de jeunesse prend pour modèle la réalité, qu’on cherche à reproduire afin d’expliquer à l’enfant le monde dans lequel il grandit. En Russie, ce phénomène a été accentué par l’orientation réaliste donnée à la littérature, y compris de jeunesse, au XIXe siècle (qu’on songe à l’œuvre de Tolstoï destinée aux enfants), et reprise par le réalisme socialiste à l’époque soviétique. Comment ce modèle réaliste s’est-il accommodé de l’influence du conte évoquée précédemment ? Les écrivains choisissent-ils de dépeindre la réalité sans fard, au risque de choquer les jeunes esprits, ou de les préserver en masquant certains travers de nos sociétés ?

Cette question du réalisme se pose avec une acuité toute particulière lorsqu’il s’agit de représenter l’Histoire. Comment aborder avec l’enfant les traumatismes de l’histoire : sans fard, dans un souci de vérité, ou avec pudeur, afin d’épargner la sensibilité enfantine ? Dans un XXe siècle particulièrement marqué par les idéologies et leur fin, quelle place pour l’historiographie et la fiction ? Peut-il y avoir synthèse entre ces deux modèles parfois contradictoires ? Et comment inventer une nouvelle façon de raconter l’histoire après l’époque soviétique ?

Enfin, à travers les œuvres qu’elle produit, la littérature de jeunesse est elle-même source de modèles. Quelles sont les valeurs véhiculées par ses héros ? Evoluent-elles en fonction des époques et des régimes ? La littérature de jeunesse constitue un répertoire de sujets, de personnages, de formules, un socle culturel qui permet de multiples adaptations (théâtrales, cinématographiques, audiovisuelles), des transpositions parodiques et des satires politiques.

Recenser les modèles proposés à et par la littérature de jeunesse russe, étudier les relations d’émulation et de dépassement qu’ils suscitent, en découvrir les modalités, tel sera donc l’objet de notre journée d’étude. Les propositions de communication (un intitulé, un bref résumé de votre communication et votre statut universitaire) sont à envoyer à Laure.Thibonnier@u-grenoble3.fr avant le 24 mars.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.