Un carnaval sans nègres pour la petite sorcière?

  Plusieurs sites français, notamment Livres Hebdo et Libération, se sont fait l’écho d’une polémique qui agite le monde de la littérature et de l’édition pour la jeunesse en Allemagne. A l’occasion de la réédition des romans pour enfants d’Otfried Preussler, écrivain classique de la littérature allemande pour la jeunesse depuis plus d’un demi-siècle, les éditions Thienemann ont annoncé qu’elles procèderaient à des modifications dans le texte de Die kleine Hexe (La petite sorcière), roman paru en 1957 et récompensé en 1958 du prestigieux Deutscher Jugendbuchpreis. Il s’agit de retirer le mot « nègre » afin de moderniser le texte. Depuis cette annonce, le débat s’est enflammé dans les médias et sur la toile: l’éditeur est accusé de moralisme excessif, de censure et de dénaturer l’oeuvre au profit du politiquement correct. L’éditeur se défend en mettant en avant le caractère raciste du mot « nègre » et justifie sa démarche par un souci de pédagogie et de respect envers l’enfant, qui doit être préservé dans cette période de l’existence si cruciale, où se construisent les systèmes de valeur. L’éditeur affirme avoir reçu de nombreuses plaintes de lecteurs à propos de ce mot depuis plusieurs années et recevoir actuellement de non moins nombreuses lettres de soutien. Il souligne également qu’il agit avec l’accord de l’auteur, qui fêtera en 2013 ses 90 ans.

Ce type de polémique reparaît régulièrement mais il me semble qu’elle prend un aspect particulier quand il s’agit de littérature pour enfants. En 2009, l’éditeur de Pippi Langstrumpf (Fifi Brindacier), la célèbre héroïne suédoise imaginée par Astrid Lindgren, avait retiré du roman les mots « Neger » (nègre) et « Zigeuner » (tsigane):

http://www.oetinger.de/verlag/haeufige-fragen/neger-und-zigeuner.html

En 2011, c’est l’oeuvre du non moins classique Mark Twain qui a été touchée. David Murray parlait alors de « purge lexicale » pour qualifier la publication de nouvelles versions des aventures de Tom Sawyer et d’Huckleberry Finn, où le mot « nègre » est remplacé par « esclave », entre autres modifications:

http://www.librairiemonet.com/blogue/2011/le-monde-du-livre/vous-avez-dit-%C2%AB-negre-%C2%BB/

Je ne reviendrai pas sur les arguments qui s’opposent à ces pratiques. Il est évident que si l’on se mettait à réviser toute la littérature mondiale selon ces principes, l’entreprise de grand nettoyage serait à la fois absurde et infinie. Ce qui m’intéresse davantage, ce sont les arguments évoqués pour justifier ces pratiques d’adaptation du texte, notamment quand il s’agit de textes destinés à la jeunesse (récits d’Otfried Preussler ou d’Astrid Lindgren) ou lus de fait par la jeunesse (cas de Mark Twain). Dans un cas comme dans l’autre, le jeune public est perçu comme n’étant pas capable de faire la part des choses ni de resituer l’oeuvre dans un contexte. C’est donc faire oeuvre de pédagogie et de protection de la jeunesse que de supprimer ou de modifier ces termes. On pourrait utiliser à l’inverse le même argument: c’est en lisant ces textes qu’une explication pédagogique est possible, que l’enfant lecteur peut s’interroger sur ce terme qui n’est pas censé faire partie de son vocabulaire courant (ce qui n’est pas le cas à la fin du XIXe siècle ou dans les années 1950). L’argument du respect de l’enfant comme personne en construction ne vaut pas davantage: c’est sans doute faire preuve de plus de respect à l’enfant que de le juger apte à être un lecteur à part entière, digne d’avoir entre les mains des textes littéraires qui, eux aussi, ont droit au respect. Sous prétexte que les textes sont destinés à la jeunesse, ils seraient modifiables à loisir.

Revenons sur l’objet de la polémique. Le passage en question dans Die kleine Hexe est le suivant:

« Wie kamen die beiden Negerlein auf die verschneite Dorfstrasse? Und seit wann gab es Türken und Indianer in dieser Gegend? Türken mit roten Mützen und weiten Pluderhosen – und Indianer, die greulich bemalte Gesichter hatten und lange Speere über den Köpfen schwangen?

« Sie werden vom Zirkus sein », meinte der Rabe Abraxas.

Aber die beiden Negerlein waren nicht vom Zirkus, und ebensowenig die Türken und Indianer. Auch die kleinen Chinesinnen und der Menschenfresser, die Eskimofrauen, der Wüstenscheich und der Hottentottenhäuptling stammten nicht aus der Schaubude. Nein, es war Fastnacht im Dorf! Und weil Fastnacht war, hatten die Kinder am Nachmittag schulfrei bekommen und tollten verkleidet über den Dorfplatz. »

Je cite la traduction publiée par Hachette en 1978, par Lisa Rosenbaum (Une délicieuse petite sorcière):

« Que faisaient deux petits Nègres sur la route enneigée du village? Et depuis quand y avait-il des Turcs et des Indiens dans la région? Des Turcs en bonnet rouge et pantalon bouffant et des Indiens aux visages bariolés qui brandissaient de longs javelots?

« Des saltimbanques, sans doute », dit Abraca.

Mais ni les petits Nègres, ni les Turcs, ni les Indiens ne venaient d’un cirque. Pas plus que les Chinoises, l’ogre, les Esquimaudes, le cheik arabe et le chef zoulou. Non! C’était Mardi gras! Les enfants n’avaient pas classe. Ils s’étaient déguisés et jouaient sur la place du village. »

On remarquera d’emblée que ni les « Nègres » ni les « Turcs », menacés eux aussi par la réédition de Thienemann, ne sont de « vrais » Nègres ni de « vrais » Turcs: ce sont des enfant déguisés. On est donc déjà bien dans un jeu de travestissement, dans une prise de distance comique avec le réel, dans un moment de désordre (c’est Mardi gras et il n’y a pas classe, exceptionnellement). Dans le groupe d’enfants costumés, une petite fille déguisée en sorcière va rencontrer la « vraie » sorcière, Rita, l’héroïne du roman, qui fait aux enfants médusés une petite démonstration de ses pouvoirs (vol sur le balai, pluie miraculeuse de beignets et de friandises). Là encore, réel et imaginaire jouent l’un avec l’autre: c’est la sorcière (produit de l’imaginaire de l’auteur, dont l’enfant sait pertinemment qu’elle n’existe pas dans la réalité), qui devient la référence, la véritable sorcière, par opposition à l’enfant déguisé. Dans ces rebondissements constants entre réel et imaginaire, où la fiction semble se moquer d’elle-même, gageons que les enfants lecteurs comprendront très bien que le mot « nègre » n’est qu’un cotillon et une pacotille de plus. Le texte ne délivre aucun message raciste: nègres, turcs, chinoises, sorcières, esquimaudes, pirates ou ogres, les enfants sont tous égaux dans leurs jeux. Il en irait autrement dans plus d’une oeuvre bien pensante de la littérature de jeunesse contemporaine, où le racisme est certes dénoncé comme une valeur à proscrire à tout prix (être raciste, ce n’est pas bien) mais où il est bien plus rarement montré comme une valeur construite sur une idéologie sans fondement (le racisme, c’est faux). Après avoir travaillé pendant plus de quatre ans sur les productions de la maison Mame, dans le cadre du programme de recherche soutenu par l’ANR et dirigé par Cécile Boulaire (http://mameetfils.hypotheses.org/), je crains fort que le moralisme et le didactisme soient encore fortement présents dans la littérature pour la jeunesse contemporaine.

Qui donc sera le prochain objet de la polémique? On s’interrogera sur le sort de tous ces textes recommandés par l’Education Nationale, des Dix petits nègres d’Agatha Christie au Nègre de Surinam de Voltaire, en passant par Les petits contes nègres pour les enfants des blancs de Blaise Cendrars. En tout état de cause, les éditions Thienemann bénéficient d’une campagne de publicité gratuite.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Clémentine dit :

    Pour Dix Petits Nègres, c’est déjà fait – en Angleterre, terre natale du bouquin, il ne s’appelle plus comme ça!

    Après, il y a des pays qui ont des approches différentes quand il s’agit des livres pour enfants. Tintin au Congo a une ‘bannière’ rouge dans l’édition anglaise et n’est pas vendu au rayon jeunesse. Il faut prendre en compte les différences culturelles dans les pratiques éducatives, je pense. Ca m’étonnerait que quelque chose comme ça arrive en France.

    Merci pour cet article très intéressant comme toujours.

    Clémentine

  2. Alice dit :

    Très intéressant!
    Les enfants sont terriblement sous-estimés. Et les adultes ont une vision trop pédagogique de la littérature jeunesse.
    J’apprécie particulièrement votre nuance entre les textes jeunesse moralisateurs qui assènent des « ce n’est pas bien » et ceux qui démontrent le faux fondement de l’idéologie

  3. Le mot « nègre » dans son acception contemporaine est largement controversé dans les pays où il est utilisé pour désigner spécifiquement les individus à la peau noire. Dans les pays ayant été impliqués dans le commerce triangulaire , « nègre » conserve un sens péjoratif fort, qui renvoie à une image biaisée de la population africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *