Héritages iconographiques dans les livres d’images militaires allemands (1909-1920)

En ce début d’année, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS innove: la séance du 19 janvier a proposé, suite à l’intervention d’Olivier Caïra, la première session d’un « atelier doctoral », donnant la parole à de jeunes chercheurs.

Des livres d’images (Bilderbücher)

Bérénice Zunino (Paris IV Sorbonne – Freie Universität Berlin) a présenté ses travaux de doctorat dans une communication intitulée : Héritages iconographiques dans les livres d’images militaires allemands (1909-1920). Elle commence par justifier et préciser la terminologie de « livres d’images », traduction de la notion allemande de « Bilderbücher ». Il s’agit d’analyser la littérature illustrée pour enfants comme « signalétique de guerre » (pour reprendre les termes de Laurent Gervereau) et le rôle déterminant de l’image dans la construction de l’imaginaire. Le projet initial de Bérénice Zunino était d’étudier toute la littérature illustrée (livres mais aussi planches, imagerie populaire) ; devant l’ampleur de la tâche, son corpus est limité au seul livre illustré, incluant aussi le livre jouet et sa dimension ludique (étudié notamment par Hans Ries). Les recherches de Bérénice Zunino concernent les supports (livres) où l’image occupe au moins la moitié de l’ouvrage, afin de travailler sur un corpus peu ou prou homogène. Elle se fonde sur les travaux de référence sur l’album (Sophie Van der Linden, Jens Thiele, Cécile Boulaire, Isabelle Nières-Chevrel), prenant en compte les notions de double narrateur et l’imbrication du texte et de l’image.

Une recherche historique et interdisciplinaire

Bérénice Zunino précise toutefois que son travail est avant tout historique. Le terme « Bilderbuch » désigne en allemand aussi bien des livres pour enfants que des livres pour adultes et pour un lectorat adolescent : son approche n’est pas littéraire mais bien historique et civilisationniste, résolument interdisciplinaire. Il s’agit de développer la contextualisation, de mettre en rapport les représentations de la vie quotidienne des enfants et du front à la réalité, de mettre en rapport la production de ces sources et leur date avec l’évolution stratégique d’avant-guerre et pendant le conflit.

La Première Guerre mondiale est en effet non seulement la première guerre totale mais aussi la première guerre des images, à la limite entre l’ère du papier et l’ère de la projection (à partir de 1916). Se pose également la question des continuités et des ruptures avec l’avant-guerre : existe-t-il une culture de guerre avant guerre ? Le travail de Bérénice Zunino entre en résonnance avec ceux de Stéphane Audoin-Rouzeau et de Manon Pignot. Autre question posée par Bérénice Zunino : les héritages et les interactions iconographiques entre livres d’images, cartes postales, imagerie populaire. Il ne s’agit pas d’une étude de réception mais d’une étude des intentions et des productions des adultes à destination de l’enfance.

Bérénice Zunino revient sur la périodicité de son travail : 1909 est l’année de la crise de Bosnie entre la Russie, l’Autriche et l’Allemagne. S’ensuit un boom patriotique à partir de 1910 dans les productions pour enfants, période marquée par la crise d’Agadir (1911) et la guerre balkanique. 1912 est l’année du jubilé de Guillaume II : vers 1912-1913, une transition s’opère vers la préparation à la guerre, dans la conjoncture d’événements commémoratifs.

Des livres longtemps ignorés par la recherche

Revenons au corpus : les livres d’images militaires et historiques allemands sont tombés dans l’oubli : jusqu’à une période très récente, ils n’intéressaient absolument pas les chercheurs en littérature pour la jeunesse, étant jugés comme minoritaires, de mauvais goût, sans aucune qualité littéraire ni esthétique, par opposition aux livres pour enfants inspirés de l’Art nouveau ou ceux s’inscrivant dans le courant de la Reformpädagogik ou dans celui de la Kunsterziehung.

Recyclage iconographique

L’hypothèse de Bérénice Zunino est que ces livres d’images s’appuient sur la peinture d’Histoire, alors en perte de vitesse, dans un mouvement de recyclage iconographique. Angelo Jank, représentant de la peinture historique, est aussi l’auteur de Die Wacht am Rhein.

        

L’imagerie populaire influence aussi des livres comme Soldaten-Bilderbuch (Esslingen u. München, ca.1910), en lien avec la peinture historique.

C’est cette question de l’imagerie populaire, de sa définition et de son influence réelle ou supposée, qui concentrera les questions et remarques suivant l’intervention de Bérénice Zunino. S’agit-il réellement d’imagerie populaire ou plutôt d’un reflet dégradé de l’imagerie légitime ?

Les livres d’images pour enfants s’intéressent également à la mobilisation domestique. Bérénice Zunino prend l’exemple des collectes de cheveux, représentées dans Da war ich auch dabei ! (1918) de Laurenz Kiesgen : la scène montrant des enfants collectant des cheveux pour participer à l’effort de guerre et une petite fille se coupant les cheveux (ce qui était alors interdit, le décalage entre représentation et réalité est flagrant) fonctionne comme le palimpseste du tableau historique « Ferdinande von Schmettau opfert ihr Haar », de G. Graef (1813).

Maisons d’édition

Les recherches de Bérénice Zunino prennent aussi en compte les maisons d’édition et l’interaction avec d’autres supports comme les cartes postales : l’éditeur Josef Scholz (Mayence) édite ainsi à la fois des livres d’images et des cartes postales reprenant directement les images des livres, ce qui prouve qu’il existait des cartes postales spécifiquement destinées aux enfants, comme on en trouve la trace dans certains témoignages.

Caricatures

Enfin, avec l’entrée en guerre, la caricature fait une entrée massive dans la production pour enfants, comme dans Hans und Pierre. Eine lustige Schützengraben-Geschichte (1915), où le manichéisme traditionnel est mis en scène dans un lieu généralement sous-représenté : la tranchée apparaît très rarement dans les livres d’images.

La caricature est également évidente dans plusieurs parodies du Struwwelpeter (1845) d’Heinrich Hoffmann, du côté anglais (Swollen-headed William, 1914) comme du côté allemand (Kriegsstruwwelpeter d’Olszewski, paru en 1915 en réaction au livre anglais) : ces livres ne semblent a priori pas destinés aux enfants.

Pourtant, plusieurs revues spécialisées de l’époque (notamment des revues pédagogiques), on trouve des recommandations en faveur du livre d’Olszewski, mais aussi des réserves de la part des mères de familles. Le destinataire reste flou. Ou plus exactement, le destinataire du livre (comme objet) est clair : ce sont des adultes, qui en sont les acheteurs. La littérature portée par le livre, en revanche, n’est pas nécessairement destinée aux enfants.

Bérénice Zunino termine sa présentation en posant la question de l’univers des représentations des enfants à cette époque, où les journaux pour adultes étaient lus à l’école, où des enfants de sept ou huit ans pouvaient lire seuls des comptes rendus militaires. Il faut se défier des anachronismes : la psychologie enfantine est à peine balbutiante.

Balbutiante, la recherche de Bérénice Zunino ne l’est nullement. Des perspectives riches et stimulantes, une démarche réfléchie, méthodique et sérieuse, le résultat de ce travail est attendu avec impatience.

La prochaine séance de l’atelier doctoral aura lieu le samedi 16 mars, avec Elodie Malanda (Paris 3) : l’Afrique sub-saharienne dans les romans contemporains pour la jeunesse en France et en Allemagne (1994-2010).


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Isabelle Chevrel dit :

    J’imagine que Bérénice Zunino connait les travaux de la chercheuse allemande Marieluise Christadler (fut à l’Université de Duisburg). Si tel n’était pas le cas, je le lui indique.

  2. Rena Maddox dit :

    « Pacifisme et violence : femmes et enfants dans la pédagogie de la paix d’Ernst Friedrich », in : Les Cahiers de l’IRICE, n°8 : Le pacifisme en Allemagne du Reich wilhelminien à la fin de la République de Weimar (1890-1933), 2011/2.

  1. 22 janvier 2013

    […] 1970. Mathilde Lévêque a rendu compte du détail de cette passionnante intervention sur le Magasin des Enfants. Bérénice Zunino a réuni un corpus d’un intérêt considérable, qui pose […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *