Compte rendu du Symposium de l’INRP « Image et pédagogie » : perspectives internationales

Du 1er au 4 juillet s’est tenu à Rouen le 13e Symposium international des musées de l’éducation, organisé cette année par l’INRP. Le thème en était « Image et pédagogie : perspectives internationales ». Annie Renonciat, responsable du pôle scientifique de l’INRP, a ouvert ce symposium en soulignant que les travaux portant sur l’illustration des manuels scolaires restaient en grande partie à entreprendre; les travaux consacrés à la culture matérielle ont surtout porté jusqu’à présent sur les objets de l’éducation familiale (abécédaires, albums de loisirs), au détriment des images purement didactiques.

La première matinée, intitulée Perspectives historiques et culturelles, a permis de commencer un tour du monde des supports de pédagogie par l’image: Fabio TARGHETTA (Musée de l’éducation et Université de Padoue) a présenté la maison d’édition Paravia, partenaire dès 1885 du ministère de l’éducation pour l’édition de manuels mais aussi de cartes, planches, globes… Margarida Louro FELGUEIRAS (Université de Porto) a brièvement évoqué la fortune de Comenius au Portugal. Antonio Gomes FERREIRA (Université de Coimbra) fut l’un des premiers à souligner, lors de ce symposium, les corrélations entre le développement d’une industrie de l’édition pédagogique et le souhait de développer une conscience nationale — en l’occurrence ici, créer un “type” brésilien, dans un pays où la population est née du mélange racial. Jean-Pierre CARRARD (Fondation vaudoise du patrimoine scolaire) a quant à lui présenté la collection très singulière de tableaux muraux spécifiquement helvétiques des éditions Ingold (1935-1995). Son exposé a montré que le conflit entre projet artistique et intention didactique n’est jamais totalement résolu, et conclu sur la nécessité d’une réflexion sur le genre hybride du tableau scolaire, partagé entre dimension instrumentale et fonction expressive. Enfin Matthias RÖSCH (Musée de l’école et Université de Nuremberg) a présenté les “tableaux des races humaines”, photographiques, promus par le régime nazi et rendus obligatoires dans les pratiques de classe à partir de 1938.

Après une présentation détaillée de l’histoire du Musée National de l’Education, puis une visite passionnante de l’exposition Voir / Savoir, le symposium a repris avec une matinée consacrée aux Formes et fonctions de l’image pédagogique. Ralph DEKONINCK (Université catholique de Louvain) a présenté, à travers l’exemple du Catéchisme du Père Steegius, la pédagogie par l’image en vigueur chez les Jésuites. Son exposé, d’une qualité pédagogique soulignée par tous les participants, a notamment eu le mérite d’attirer l’attention sur ce qui manque définitivement aujourd’hui dans les collections d’images didactiques conservées sous forme muséale: à savoir la trace de la parole vive qui en accompagnait nécessairement la présentation. Isabelle SAINT-MARTIN (EPHE) a souligné l’intention universalisante des catéchismes en images qui se développent au XIXe siècle, dans les terres de missions notamment exotiques: l’Eglise fait alors le pari d’une “langue naturelle” iconique qui expliquerait le dogme. Jeremy HOWARD et Rachael SHEPHERD (Université de St Andrews, Ecosse) dans une intervention très abondamment illustrée, ont présenté d’étonnants exemples européens de décoration (intérieure et extérieure) de bâtiments scolaires. Branko SUSTAR (Musée slovène de l’école, Ljubljana) a présenté les collections slovènes et leur usage. Torahiko TERADA (Université Komaba de Tokyo) avait choisi des manuels d’anglais utilisés au Japon à partir de l’ère Meiji (1868), pour montrer à quel point les illustrations étaient le meilleur moyen d’apprendre aux élèves japonais à quoi ressemblait le reste du monde. Ce faisant, il a souligné combien la représentation picturale d’une culture étrangère. mixe les références culturelles, afin de rester compréhensible; et à quel point on y lit aussi le jugement porté sur cette autre culture. Michel MANSON (Paris 13) a présenté quelques grandes collections d’albums sur l’Histoire de 1935 à 1955, en articulant constamment une réflexion sur les caractéristiques esthétiques de chaque dessinateur avec la vision de l’Histoire qui se traduit dans ses images. Enfin Cécile Boulaire a évoqué les formes et fonction de l’image dans les documentaires pour tout-petits depuis la collection Mes Premières Découvertes de Gallimard (1989).

La matinée suivante était consacrée aux collections de patrimoine éducatif. Erich MÜLLER-GAEBELE (Musée de l’école de Friedrichshafen) a présenté les collections iconographiques du Schulmuseum de Friedrichshafen, ouvert en 1980, et qui conserve une grande quantité de peintures anciennes à thématique scolaire. Patrizia ZAMPERLIN (Museo dell’Educazione /université, département des sciences de l’éducation, Padoue) a montré de stupéfiantes collections d’exercices de dessin “ au tableau noir” réalisés par des élèves instituteurs sur du “papier ardoise”, afin de s’entraîner au dessin didactique pour le cas où leur école ne posséderait pas de panneaux muraux imprimés.Vesna RAPO, absente, a fait présenter par une collègue le Musée croate de l’école, Zagreb, qui conserve de très nombreuses chromolithographies; son exposé souligne une nouvelle fois la puissance d’attraction des grands centres de production imprimée (en l’occurrence ici Vienne, Budapest, Triste, Venise, Padoue), supplantés dans un second temps par des productions nationales produites sur place. En Bulgarie en revanche, une maison d’édition spécifiquement pédagogique est créée dès 1855 à Plovdiv par Christo Danov, comme l’a montré Vera Kissiova (musée régional historique, Plovdiv). Francisco Rogriguez FONTARIGO (Musée pédagogique de Galice, St Jacques de Compostelle), a à son tour présenté les collections de planches du Mupega, notamment une très étonnante “vitrine tournante” pour des images d’histoire sainte. Andrea PASZTOR (Musée historique de Pecs, Hongrie) a retracé l’histoire lycée de Pecs, fondé par les Jésuites en 1687; les collections appartiennent encore à cet établissement. La délégation slovaque présente à son tour une brève synthèse sur les collections nationales. De manière moins énumérative et plus méthodologique, Walter Müller et Ina Kataharina Uphoff (Universtät Würzburg, Allemagne) ont exposé plusieurs conceptions en matière de valorisation des collections de planches didactiques, puis Tijs VAN RUITEN, (Musée national de l’éducation, Rotterdam) a présenté le projet international « wall charts, history and european identity » (www.historywallcharts.eu), financé par l’union européenne, qui engage une réflexion sur l’identité européenne, entre histoire commune et diversités culturelles: le projet-pilote consiste à la fois en la numérisation des collections, et l’adoption d’un référentiel international pour le catalogage des objets.

La dernière matinée est consacrée à la mise en ligne des collections de patrimoine éducatif. Stefanie KOLLMANN (Bibliothèque de recherche en histoire de l’éducation, DIPF, Berlin) présente Pictura Paedagogica Online, une base d’images pédagogiques en ligne (http://www.bbf.dipf.de/VirtuellesBildarchiv/). Vicente PENA SAAVEDRA (Université Santiago de Compostela) puis Eulàlia COLLELDEMONT et Nuria PADROS (université de Vic, Espagne), ont évoqué à leur tour les avancées espagnoles dans le domaine de la mise en ligne des ressources muséales.

Annie Renonciat a clos le symposium en rappelant quelques axes forts de la rencontre, notamment la nécessité d’une réflexion sur la dimension esthétique de ces collections d’images pédagogiques, certes jamais à l’avant-garde, mais marquées par une diversité stylistique qui témoigne des identités nationales, des choix idéologiques, des innovations techniques sur lesquels il faudra désormais inviter les chercheurs à se pencher. Le symposium, d’une grande richesse malgré quelques redites, inévitables, dans la présentation des collections, a souligné l’importance de ce “langage pictural” qui touche les masses enfantines à partir du XIXe siècle, à mesure que les nations se dotent d’un réseau scolaire. Il a conforté chercheurs et conservateurs dans leur conviction qu’il faut encore développer les recherches sur la pédagogie de l’image et par l’image.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.