Les contes, patrimoine mondial de l’humanité

Un cycle de conférences sur le thème du conte est programmé à l’université Montesquieu Bordeaux IV par l’IUFM Aquitaine, sous la responsabilité de Christiane Connan-Pintado.

Lieu des conférences

Site de Caudéran ‐ amphithéâtre Averroès.

En visioconférence sur le site de Pau.

Programme

Lundi 12 novembre 2012, 18h

Perrault, D’Aulnoy et la mode des contes de fées sous l’Ancien Régime, par Anne Defrance, université Michel de Montaigne, Bordeaux 3

Mardi 11 décembre 2012, 18h

Les contes de Grimm et leur réception, par François Fièvre, université de Tours

Mercredi 23 janvier 2013, 18h

Le conte russe : Propp et Afanassiev, par Lise Gruel‐Apert, université de Rennes 2

Lundi 4 mars 2013, 18h

Hans‐Christian Andersen, poète du conte, par Cyrille François, université de Lausanne

Mardi 9 avril 2013, 18h

Les Mille et une nuits, ou l’histoire sans fin d’un patrimoine sans cesse réinventé, par Carole Boidin, université Paris 10

Lundi 15 avril 2013, 18h

Les contes dans les livres pour enfants : formes et enjeux éditoriaux et littéraires, par Christiane Connan‐Pintado, université Bordeaux 4 ‐ IUFM d’Aquitaine

Focus sur la 1ère conférence, lundi 12 novembre

Perrault, D’Aulnoy et La mode des contes de fées sous l’Ancien Régime

À la fin du XVIIe siècle, le conte de fées, jeu de société prisé depuis quelques décennies par les mondains du règne de Louis XIV, entre en littérature sous l’impulsion de Perrault, Mme d’Aulnoy, et
d’auteurs essentiellement féminins. Cette mode qui déferle sur la cour et dans les salons, séduira de nombreux adeptes au siècle suivant, y compris chez les philosophes, et quoique plusieurs auteurs s’adonnant à ce divertissement futile ne cessent de décrier cette nouvelle folie romanesque. On procédera à un tour d’horizon embrassant l’évolution du conte de fées littéraire de l’ancien
Régime. Il s’agira de mettre à jour les enjeux esthétiques et idéologiques non seulement de textes devenus aujourd’hui des classiques car ils ont nourri l’imaginaire de nombreuses générations, mais
encore d’autres peu connus, redécouverts par la critique.
Anne Defrance est maître de conférences en littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Après une thèse sur Les contes de fées et les nouvelles de Madame d’Aulnoy (1690‐1698) : L’imaginaire féminin à rebours de la tradition (Genève, Droz, 1998), elle a produit divers articles sur les auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles : Perrault, Mmes d’Aulnoy, de Murat, Lhéritier, Mailly, Crébillon, Caylus, Mme de Villeneuve, Mlle de Lubert, Mme Leprince de Beaumont… et a dirigé les ouvrages suivants :

  • Contes, Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 16, Champion, « Sources classiques », 2008 (contes de Pajon, Duclos, Diderot, Cazotte…) en collaboration avec J.‐F. Perrin
  • Regards sur l’enfance au XVIIe, A. Defrance, D. Lopez et F.‐J. Ruggiu, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17 », Tübingen, 2007
  • Le conte en ses paroles. La figuration de l’oralité dans le conte merveilleux du Classicisme aux Lumières, A. Defrance et J.‐F. Perrin, Desjonquères, « L’esprit des Lettres », Paris, 2007

Contact, renseignements

Christiane Connan-Pintado, christiane.connan‐pintado@orange.fr

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *