Littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

Léopold Chauveau, « Histoire du vieux crocodile », 1923

Appel à contributions pour la revue Strenae (recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

La date limite de soumission des propositions est fixée au 15 février 2013 et les propositions seront examinées par les responsables scientifiques du dossier et par le comité de rédaction de la revue et les auteurs seront rapidement prévenus de l’acceptation ou non de leur proposition. Les articles définitifs seront à remettre pour le 15 juin 2013.

L’entre-deux-guerres a longtemps été perçu dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse comme une période de déclin et de décadence. Pourtant, cette réputation de médiocrité semble tout aussi caricaturale qu’injustifiée. Un bref survol suffira de s’en persuader : en 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est donc bien plutôt une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de jeunesse, un foisonnement d’innovations et de transformations.

 

Les travaux pionniers d’Annie Renonciat[1] ont montré le dynamisme éditorial qui se fait jour entre 1919 et 1931. Depuis, plusieurs recherches se sont intéressées à cette période encore mal connue, mais ces travaux sont souvent restés isolés. Le dossier thématique proposé par la revue Strenae a pour ambition de réunir les spécialistes de la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres, de mettre en résonance les différentes approches et de faire connaître également de nouveaux travaux inédits, dans une perspective internationale.

L’appel à contributions concerne principalement les points suivants :

– l’étude des procédés narratifs et des modèles romanesques

– l’émergence de nouveaux modèles génériques et esthétiques

– les mutations éditoriales et apparition de nouveaux modes de lecture

– le renouveau graphique, notamment avec l’affirmation de l’album

– la question des nouveaux « classiques » qui paraissent dans les années 1920 et 1930

– la part des engagements politiques et idéologiques et de l’encadrement de la jeunesse

– la question de la modernité et du monde moderne

– la dynamique des transferts et les traductions.

Les propositions d’articles (1500 à 2000 signes) sont à envoyer à la revue Strenae : strenae@revues.org

La publication, en ligne, est prévue pour octobre 2013.

Les consignes de rédaction sont disponibles sur le site de la revue : http://strenae.revues.org/200

Responsables scientifiques : Anne Struve-Debeaux (Paris Ouest) et Mathilde Lévêque (Paris 13)


[1] Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Années charnières, années pionnières, Thèse sous la direction d’Anne-Marie Christin, Paris 7, 1997 (non publiée).


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *