Compte rendu du 19ème congrès biennal de l’IRSCL, Francfort, 8-12 août 2009

Ce congrès représente l’une des rencontres internationales les plus importantes dans le domaine de la littérature pour la jeunesse. Il est en effet rare de voir réunis plus de 400 participants travaillant dans ce domaine, originaires de plus de cinquante pays différents. C’est dire si l’intitulé du congrès, « Children’s Literature and Cultural Diversity », n’est pas un vain mot. Beaucoup de chercheurs venus d’Asie notamment (Japon, Chine, Taïwan, Corée du Sud), mais aussi du monde arabe, d’Australie, du Brésil, de Namibie et de toute l’Europe. Chaque journée, qui s’ouvrait sur une conférence plénière, s’organisait en sessions de quatorze ateliers chacune, à raison d’une session le matin et de deux l’après-midi. Ces sessions, majoritairement en anglais, ont également eu lieu en allemand, en espagnol et en français, parfois avec une traduction simultanée en anglais.

Les conférences plénières se sont ouvertes par un historique de l’IRSCL, présenté par l’un de ses fondateurs, Klaus Doderer. Heinz Röllecke, professeur à l’Université Goethe de Francfort, a ensuite tenu une communication sur les contes des frères Grimm en s’interrogeant sur leur appartenance à la littérature mondiale. Une conférence de Zohar Shavit, préalablement filmée et enregistrée, a traité des processus de transferts culturels et de leur rôle dans la création d’une culture pour enfants. La représentations des diversités culturelles a été au cœur de la conférence du professeur australien John Stephens, qui a présenté ses réflexions dans un contexte post-multiculturel, à savoir celui de l’Australie. C’est de la pluralité du monde culturel pour enfants qu’a également parlé Ana Maria Machado (Brésil), en espagnol, tandis que Maria Tatar (Etats-Unis) a choisi d’orienter son propos sur les rapports d’empathie créés par l’image dans la littérature pour la jeunesse, en particulier les contes.

Si la diversité culturelle était bien au cœur des échanges et des discussions, il apparaît cependant que toute communication internationale passe avant tout et de façon incontournable par l’anglais. On pourra donc émettre quelque réserve lorsque l’IRSCL présente sa revue, d’une haute qualité scientifique indéniable, mais publiant exclusivement des articles rédigés en anglais. On ne peut donc que se réjouir que les élections du nouveau bureau de l’IRSCL, tenues lors du congrès, aient permis à Rose-May Pham Dinh (Paris 13), par ailleurs nouvelle présidente de l’Institut Charles-Perrault, d’accéder au poste de secrétaire. Une politique de diversité donc, où les chercheurs anglophones, s’ils restent majoritaires, ne sont pas les seuls à pouvoir agir, selon le souhait vivement affirmé de Hans Heino Ewers, professeur à l’Université Goethe et directeur de l’Institut de recherche en littérature de jeunesse de Francfort, principal organisateur et animateur du congrès.

Chaque session enfin proposait un atelier francophone, organisé par Virginie Douglas (Rouen et Institut Charles-Perrault) et regroupant des interventions de chercheurs et chercheuses non seulement français mais aussi italiens, portugais, québécois, roumains et algériens. Diversité là encore dans les supports abordés, romans, albums, livres scolaires, contes, bande dessinée, documentaire, et dans les périodes, depuis les livres parus au XIXème siècle à la littérature la plus récente.

Last but not least, signalons enfin que l’ouvrage de Jean Perrot, Mondialisation et littérature de jeunesse (Cercle de la Librairie, 2008), a reçu le prix de l’IRSCL distinguant tous les deux ans un ouvrage majeur dans le domaine de la littérature pour la jeunesse.


Lieu d’échanges et de communication, ce congrès de l’IRSCL s’est avéré particulièrement riche, intense et stimulant, incitant à ouvrir encore davantage nos champs de recherche et à créer des collaborations en France comme à l’étranger, afin, notamment, de faire connaître nos propres travaux. Rendez-vous est pris pour 2011 à Brisbane, en Australie…

Mathilde Lévêque

Professeure de littérature - Littérature de jeunesse Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search