Boîte à outils (1): Matériel de rentrée

En cette période de rentrée universitaire, il ne semble pas inutile de donner quelques outils pour les étudiants apprentis chercheurs, qu’ils commencent un master ou un doctorat, afin qu’ils puissent se repérer dans le vaste champ de la littérature pour la jeunesse. Ce domaine de recherche présente un premier intérêt non négligeable : il est vaste, certes, mais il est en grande partie encore inexploré. Il représente donc un terrain ouvrant de nombreuses perspectives à tout étudiant motivé qui saura se doter d’outils solides.

Pourtant, comme dans tout domaine, l’apprenti chercheur doit vérifier la pertinence et l’originalité de son projet. Pour ce faire, quelques outils numériques lui seront fort utiles.

Commençons par rappeler une évidence : la littérature pour la jeunesse est avant tout littérature. En ce sens seront utiles des outils de recherche littéraires comme les portails de revues en ligne que sont Revues.org, Persée ou Cairn, qui permettent des recherches par mots-clés et qui sont également moissonnées par le moteur de recherche ISIDORE. Cette recherche pourra être complétée par d’autres plateformes, comme ERUDIT, consortium interuniversitaire canadien (regroupant l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal), la plus importante plateforme de revues francophones révisées par les pairs en Amérique du Nord, et dont la mission est de promouvoir et de diffuser les résultats de la recherche et de la création. De nombreux articles sont consacrés à la littérature pour la jeunesse.

D’autres portails peuvent donner un éclairage sur les sujets et thématiques déjà traités. Cette recherche préliminaire me semble d’autant plus indispensable que les étudiants, curieusement, sont souvent tentés par des sujets tout à fait similaires : je ne compte plus les propositions de recherche sur la réécriture des contes dans la littérature de jeunesse contemporaines. Il sera donc toujours utile d’aller faire un tour du côté des thèses en ligne sur TEL, ou encore sur la base DUMAS  (Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance), une base d’archives ouvertes de travaux d’étudiants de niveaux bac+4 et bac+5, validés par un jury, dans toutes les disciplines. Comme TEL, la base DUMAS est hébergée par HAL. Toutefois, parcourir ces deux plateformes, que vient compléter le fichier national des thèses, montre qu’il est encore assez difficile d’identifier les travaux universitaires en littérature de jeunesse. Ceux-ci sont fort nombreux mais souffrent encore d’un manque de diffusion, dans une communauté qui s’ouvre très lentement à la publication en ligne et à la communication des données.

Pourtant il y a tant à faire, tant de sujets passionnants et novateurs, tant d’ouvrages inconnus, tant d’auteurs à découvrir, tant d’archives à mettre au jour. Encourageons les étudiants à aller à la rencontre des spécialistes, chercheurs, enseignants, universitaires, conservateurs, à fréquenter colloques, conférences et séminaires pour se forger une culture générale, pour discuter de leurs sujets et pour sortir d’un isolement qui, malheureusement, vient parfois ternir les premiers pas d’un chercheur débutant.

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour,
    Une petite précision, depuis juin 2012, Erudit est aussi moissonné par ISIDORE (http://www.rechercheisidore.fr).
    Cordialement,

    Stéphane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search