La leçon de pêche: escale estivale

La leçon de pêche est un album qui vient de paraître aux éditions p’tit Glénat. La page de titre donne les indications suivantes : texte : Heinrich Böll, traduction et adaptation : Bernard Friot, mise en images : Emile Bravo. Il s’agit en effet de la traduction d’une nouvelle d’Heinrich Böll intitulée « Anekdote zur Senkung der Arbeitsmoral », publiée en 1963 et jusqu’alors inédite en France. Peut-on pourtant parler de « traduction » ? Le terme de transfert serait peut-être plus satisfaisant, dans trois dimensions différentes qui fonctionnent conjointement :

–          transfert générique : la nouvelle devient un album, mettant en interaction texte et images

–          transfert culturel (ou anthropologique, même si le terme ne me semble pas pleinement satisfaisant) : un texte pour adultes est proposé aux enfants, dans une collection qui leur est explicitement destinée

–          transfert linguistique : le texte allemand est traduit en français.

En cette période estivale, j’aimerais proposer quelques réflexions sur cette « traduction », qui met en scène un petit port tranquille et ensoleillé, un pêcheur, un touriste et une vision du travail et du bonheur.

Bernard Friot est un traducteur et un auteur pour la jeunesse compétent et talentueux. Il est l’un des principaux passeurs de la littérature de jeunesse allemande en France. En traduisant une nouvelle inédite de Böll, il se fait également passeur entre littérature dite pour adultes et littérature dite pour enfants, montrant qu’il s’agit d’abord et avant tout de littérature. De même qu’un auteur pour enfants sera apprécié par les lecteurs adultes (les exemples sont nombreux, bien avant le succès de la série Harry Potter), un texte écrit pour les adultes est accessible aux plus jeunes. Pour ce faire, Bernard Friot adapte assez peu le texte de Böll, qu’il traduit avec finesse et aisance. Le terme « adaptation » se justifie par le fait que Bernard Friot supprime des passages pris en charge par l’image (j’y reviendrai) et un passage plus problématique : dans la nouvelle de Böll, l’échange verbal entre le pêcheur et le touriste passe par un échange de cigarettes. Les phrases relatives à cet échange sont supprimées et n’apparaissent pas dans les images : s’agit-il, comme pour la cigarette de Lucky Luke, d’une « protection » de la jeunesse contre les dangers du tabac ? d’un choix de Bernard Friot ? d’une exigence de l’éditeur ? Il faudrait pouvoir poser la question au traducteur (ce que je ne manquerai pas de faire).

Rappelons en quelques mots le contenu de la nouvelle : dans un petit port tranquille, un pêcheur, qui fait la sieste, est réveillé par les clics intempestifs d’un touriste qui, ravi par ce tableau idyllique, le prend en photo. Un dialogue s’engage entre les deux personnages aux tempéraments et aux horizons si différents : le pêcheur, calme et laconique, qui se satisfait du nécessaire, s’oppose au touriste bavard et fébrile qui veut lui démontrer qu’il pourrait, en pêchant davantage, s’enrichir considérablement, en acquérant canots, chalutier, usines, hélicoptère, restaurant, etc. Dans quel but ? Pour pouvoir, en fin de compte, s’asseoir sur le port, faire la sieste et contempler la mer. Mais c’est déjà ce que je faisais avant que vous ne veniez me déranger, affirme le pêcheur, toujours aussi tranquille, laissant le touriste seul avec sa perplexité (et son erreur).

La traduction de Bernard Friot ne serait rien sans les images d’Emile Bravo : il ne s’agit plus d’une nouvelle, mais bel et bien d’un album, mettant en interaction mots et images. La « mise en images » de Bravo est en elle-même une interprétation du texte (une traduction ?). Quelques exemples : la tirade du touriste, destinée à prouver au pêcheur les avantages du travail et de l’enrichissement, occupe progressivement tout l’espace de la page. De même que les mots envahissent le dialogue (il s’agit de la plus longue réplique de la conversation), l’image, auparavant compartimentée (selon la technique de la bande dessinée), est désormais à fond perdu et se présente déjà comme une critique des propos du touriste. « vous prendriez naturellement plus de poissons » est « traduit » par une image où le pêcheur rentre au port, à toute vitesse, le chalutier débordant de poissons où l’on distinguera pêle-mêle, au milieu des maquereaux, des raies, des poulpes et un malheureux dauphin, qui nageait à la page précédente.

Le pêcheur devient un chef d’équipe sévère et exigeant : la page suivante le montre passant en revue son équipage (jamais mentionné dans le texte), au garde à vous devant les deux chalutiers, sous le regard perplexe d’une petite famille, qui semble figurer notre propre perplexité : qu’est-il devenu du sympathique pêcheur ?

L’image contient donc un regard critique, tout en illustrant le rêve délirant du touriste : le hangar frigorifique que le pêcheur pourrait acquérir lui couvre sa barbe de givre, tandis que deux enfants et un chien, assis tranquillement au bord du quai, regardent, toujours aussi perplexes, ce personnage devenu ridicule.

La présence de spectateurs (la petite famille, les enfants et le chien) introduit le regard critique que le lecteur (adulte et enfant) éprouve progressivement face au délire verbal du touriste, dont la réflexion n’est pas sans rappeler celle de Perrette et de son pot de lait.

L’image, comme le texte, peut adopter plusieurs points de vue : elle peut montrer une distance critique ou bien adhérer complètement au propos. Lorsque le touriste imagine l’acquisition d’une fumerie de poissons, n’est-ce pas son regard qui est adopté ?

Le pêcheur semble bel et bien poser devant un photographe (le touriste contemplant son œuvre ?). On peut ainsi rappeler les analyses d’Isabelle Nières-Chevrel (dans La Revue des livres pour enfants, numéro 214, décembre 2003) et de Cécile Boulaire (dans L’album, le parti pris des images, Vivane Alary et Nelly Chabrol-Gagne (dir.), PUBP, 2012) sur le rapport entre « narrateur verbal » et « narrateur visuel » ou « narrateur iconique » dans l’album. Au discours direct du touriste correspond une image dont il est à la fois le créateur (il l’imagine par le pouvoir des mots) et le spectateur. L’importance de la photographie (du cliché ?) réapparaît quelques pages plus loin :

La chute de la nouvelle, qui correspond à l’effondrement de la démonstration du touriste, face au bon sens du pêcheur, n’est pas directement traduite par Bernard Friot. Alors que le discours du touriste est traduit avec précision, le dernier paragraphe est supprimé du texte de l’album :

« Tatsächlich zog der solcherlei belehrte Tourist nachdenklich von dannen, denn früher hatte er auch einmal geglaubt, er arbeite, um eines Tages einmal nicht mehr arbeiten zu müssen, und es blieb keine Spur von Mitleid mit dem ärmlich gekleideten Fischer in ihm zurück, nur ein wenig Neid. »

Je traduis approximativement, n’ayant pas le talent de Bernard Friot: « Le touriste, après avoir reçu une telle leçon, s’en alla, pensif, car auparavant il pensait travailler pour un jour n’avoir plus à travailler et il ne ressentait plus la moindre trace de pitié pour le pêcheur pauvrement vêtu, mais en peu d’envie. »

Il ne s’agit toutefois ni d’une coupure réelle ni bien sûr d’un oubli. Bien au contraire, le texte semble désormais pris en charge par l’image elle-même, sans le soutien des mots : l’album se termine par la représentation de la barque où le pêcheur s’est rendormi et où le touriste reste debout, perplexe, dérouté, perdu. Sa représentation du monde et en particulier du travail vient de s’effondrer, il n’a plus aucun repère, à l’image du canot désormais perdu, comme en suspension, dans l’espace blanc de la page.

 

Il y aurait encore beaucoup à dire sur cet album. En attendant, le Magasin des enfants vous souhaite un bel été, de belles lectures et de belles siestes en bord de mer (et partout ailleurs).

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Friot dit :

    Une précision quant à la transformation du briquet en appareil photographique : ce n’est pas mon choix, mais une exigence de l’éditeur liée à la Loi Evin qui interdit la représentation de personnes en train de fumer dans un livre pour enfants. Le texte aurait pu passer, mais pas l’image ! Un juriste consulté à cet effet a été catégorique. Je regrette cette « adaptation » qui n’est pas de mon fait. Elle a été cependant accepté par la Fondation Böll (Heinrich Böll Stiftung) à qui a été soumis l’ensemble du projet. Je suis parti d’une traduction intégrale et j’ai fait en sorte de garder le style du texte, notamment l’opposition entre passages de récit (où l’intention ironique du narrateur est évidente) et passages de dialogue, proches du langage parler. Un dernier détail : il a fallu modifier le texte original et traduire « un port de l’Ouest » en raison des illustrations qui évoquent plus un port breton qu’un port de la mer du Nord !
    Merci pour votre analyse précise et si pertinente.Vous avez tout à fait raison pour la suppression du dernier paragraphe. Elle m’est apparue nécessaire à partir du moment où l’on changeait de genre, passant de la nouvelle à l’album. Il fallait faire place à l’illustration et lui laisser développer son propre discours. Comme vous le dites, ici, « la traduction n’est rien sans l’illustration »…

    • Mathilde Lévêque dit :

      Cher Bernard Friot,
      Un grand merci pour votre commentaire clair et sympathique, qui apporte une réponse précise en devançant le message que je voulais vous adresser. Mes affinités hambourgeoises m’ont (un peu) fait regretter l’inflexion géographique du « petit port de la côte ouest », tant la localisation géographique est aussi linguistique: le texte de Böll est particulièrement savoureux pour qui connaît les Allemands du Nord! Mais Emile Bravo a su en créer un réel équivalent graphique. Merci à vous deux pour ce bel album.

      • Friot dit :

        La transformation du touriste fumeur en touriste photographe change, bien sûr, la relation avec le pêcheur, la rend peut-être plus distante encore. Le geste d’allumer le briquet est une façon d’entrer en contact, de chercher une connivence. Tout cela disparaît dans la traduction, à mon grand regret. Mais cela fait partie de la transposition du texte d’un genre à un autre, qui n’est possible que parce que la fable a, d’emblée, quelque chose d’universelle. Il existe d’ailleurs des reprises du texte de Böll dans des contextes complètement différents (par exemple aux Etats-Unis, rencontre d’un « blanc » et d’un Indien). Histoire d’un texte qui se diffuse, se transforme, se réécrit, comme une fable.

  2. Isabelle Chevrel dit :

    Passionnant commentaire de toutes ces transpositions d’un genre à l’aure, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre. Et quel plaisir d’avoir en prime les informations et les éclairages de Bernard Friot.

    • Friot dit :

      Quant à moi, je remercie Mathilde qui est revenue au texte original et a pu ainsi révéler (au sens photographique du terme !) le travail de traduction/adaptation (avec ses qualités et défauts). De nombreux compte-rendus font l’impasse totale sur la traduction ! Ne pas oublier qu’on a affaire ici à un texte extrêmement connu en Allemagne (il est souvent étudié en classe) et qui a dont un statut particulier. Il faut saluer le projet éditorial. C’est Karine Leclercq, des éditions P’tit Glénat, qui a eu l’idée d’adapter le texte et perçu le potentiel qu’il recelait pour un album.

  3. Merci à Mathilde pour ce savoureux compte-rendu, parfaitement de saison, et merci à Bernard Friot de nous éclairer de cette manière sur le travail du traducteur, sa responsabilités et ses contraintes. Il serait passionnant de poursuivre la réflexion vers d’autres albums construits à partir d’un texte traduit/adapté, et de questionner de la sorte le dialogue texte-image. Michel Defourny le fait souvent en s’intéressant à la distribution de l’information entre le texte et l’image; mais la question du transfert linguistique ajoute un paramètre passionnant! Voilà un très beau billet de début de vacances.
    Cécile Boulaire (en direct d’un port de pêche breton)

    • Friot dit :

      La question de la traduction de l’album est passionnante et complexe. Je me souviens d’une intervention très intéressante de Sophie Van der Linden qui abordait les aspects autres que linguistiques. J’ai moi-même évoqué la traduction de « Remue-ménage chez Mme K » de Wolf Erlbruch dans un article paru il y a près de dix ans. Entretemps d’ailleurs, la traduction a été remaniée pour la parution de l’album en poche. Chaque traduction d’album met le traducteur devant un problème nouveau et des choix d’autant plus difficiles que tout se joue en peu de mots… Il serait déjà utile, je crois, de faire la liste des paramètres à prendre en considération. Le traducteur le fait en grande partie intuitivement, même si, l’expérience aidant, il prend conscience des leviers sur lesquels il peut jouer.

  1. 29 juillet 2012

    […] La leçon de pêche est un album qui vient de paraître aux éditions p’tit Glénat. La page de titre donne les indicatio…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.