Métamorphoses et culture d’enfance et de jeunesse

Appel à propositions pour une journée d’étude interdisciplinaire orientée sur la problématique du “genre” (masculin/féminin) “genre et métamorphoses en culture d’enfance et de jeunesse”, le 24 mai 2013

et un colloque, Métamorphoses et culture d’enfance et de jeunesse, en mai 2014

Université Lyon 1 – IUFM – groupes PRALIJE et GEM –

A l’origine, une idée, devenue évidente depuis la parution de Twilight : la métamorphose serait revenue au premier plan dans la culture populaire, et peut-être dans la culture tout court. Ce phénomène, très présent au cinéma (La Mouche, Spiderman..) a été annoncé depuis plusieurs années par le succès de quelques titres dans des domaines très différents (en littérature, Truismes de Marie Darieussec, en fantasy, L’assassin Royal de R. Hobb, en littérature de jeunesse, Lady de M. Burgess, Harry Potter…). Ce qui frappe au premier abord, c’est qu’il semble que la métamorphose du personnage, souvent présentée autrefois comme une malédiction, devient à notre époque une chance, un horizon à atteindre. En d’autres termes, la mutation ne serait plus une monstruosité mais une merveilleuse adaptation.

Le champ de la littérature de jeunesse, et particulièrement de la littérature pour adolescent-e-s s’est largement ouvert à cette thématique (voir par exemple la thèse de Maria Lassen Seger, soutenue en 2006 : Adventures into Otherness: Child Metamorphs  in Late TwentiethCentury Children’s Literature). A ce champ littéraire, on peut ajouter celui des mangas, BD, films et séries, jeux vidéos…

Il s’agirait de voir comment ce thème, déjà très présent dans la tradition de la littérature de jeunesse (voir Alice, Pinocchio…), s’est lui même transformé (ou non) à notre époque.

‐ s’il y a transformation, on se demandera quel changement dans les mentalités a permis celle-ci – et si ce changement annonce ou accompagne un changement d’epistémè. A travers ce thème, sont interrogés les rapports entre féminin et masculin, entre humain et non-humain (plante, animal, robot…) et la question de savoir ce que c’est qu’être un homme ou une femme, ou plus généralement un humain dans la communauté de ses semblables. Dans cette perspective, la métamorphose dévoilerait ce qui constitue, pour les auteurs et pour les récepteurs, l’essence du genre ou de l’humanité. Elle révèle ainsi les facteurs d’intégration ou de désintégration mis en valeur par les textes et les images.

‐ si le mythe demeure inchangé, on se demandera pour quelles raison(s) il se réactive aujourd’hui et pour quoi.

‐ on s’intéressera également à la réception des mythes anciens par de jeunes lecteurs et à ce que cela révèle de leur rapport à l’existence et aux valeurs anciennes véhiculées par ces textes.

‐ enfin, on élargira cette question à toutes les disciplines et on s’interrogera sur les représentations qu’ont les élèves de ce phénomène, sur les obstacles à cet apprentissage et sur la pertinence des supports (littérature classique, littérature de jeunesse, documentaires) qui leur sont proposés.

 

Pour limiter le propos, on exclura de cette analyse les métamorphoses affectant des lieux, des objets ou des personnages secondaires, pour s’intéresser à celles qui touchent  les personnages principaux.

 

Différents types de métamorphoses pourront être étudiés :

– changement de sexe (le travestissement ne sera évoqué que s’il opère un changement en profondeur dans le personnage, dans son rapport à son propre corps et dans sa façon de penser).

– changement de règne (minéral/végétal/animal/humain)

– loups garous, vampires, anges et autres créatures hybrides

– passage vers une nature d’androïde (cyborg).

– métamorphose au sens strict dans le domaine des sciences (animal/animal)

 

Cette question sera examinée sous un angle interdisciplinaire. Les approches pourront être littéraires, historiques, artistiques, sociologiques, psychologiques ou didactiques. On privilégiera les propositions portant sur un corpus large (l’œuvre d’un auteur, un genre, ou une enquête en réception sur un nombre important de lecteurs) et se situant par rapport au cadre indiqué ci-dessus.

 

Une publication est prévue, après avis du comité de lecture.

 

Les propositions (1000 à 2000 mots) présentant la problématique et le corpus doivent nous parvenir avant le 15 septembre 2012.

Une déclaration d’intention brève peut être envoyée auparavant.

Les propositions retenues orientées sur la question du “genre” (masculin/féminin)  seront prévues pour mai 2013 ; les autres seront programmées en mai 2014.

 

Cet appel est porté par le groupe PRALIJE (Université Lyon1–IUFM)

http://iufm.univlyon1.fr/litterature-de-jeunesse-598222.kjsp?RH=1252050625327

et par le groupe GEM (Université Lyon1–IUFM) http://gem.hypotheses.org/

Contacts

Pour la journée de mai 2013 (“genre et métamorphoses”) : Anne-Marie Mercier anne-marie.mercier@univ-lyon1.fr et Muriel Salle : muriel.salle@univ-lyon1.fr

Pour le colloque de mai 2014 : Anne-Marie Mercier anne-marie.mercier@univ-lyon1.fr et Dominique Perrin : dominique.perrin@univ-lyon1.fr

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search