“Maïa l’abeille” soumise aux Langues de feu

Dans le cadre d’une recherche sur la traduction en littérature de jeunesse, je me suis penchée sur le cas d’un roman allemand fort peu connu de nos jours, mais dont l’héroïne est restée extrêmement célèbre. Maïa l’abeille (Die Biene Maja) est un roman publié en 1912, écrit par Waldemar Bonsels, et qui n’a que peu de rapports avec l’adaptation télévisée des années 1970. La question de la traduction des passages poétiques inclus dans le roman m’a conduite à contacter Claire Placial, spécialiste d’histoire et de théorie de la traduction et dont les réflexions sur les traductions des poèmes de Heine avaient tout particulièrement attiré mon attention.

Bonsels ponctue en effet un certain nombre de chapitres de courts passages poétiques, traduits en français dans les premières éditions (à partir de 1926), puis considérablement tronqués dans les rééditions de cette unique traduction (à partir de 1956). Le roman n’a pas été retraduit.
Ces passages poétiques sont courts et simples et leur introduction dans le roman correspond, à mon avis, à un lien esthétique fort entre le roman et l’idéologie des “Wandervögel”, qui ont contribué à valoriser le “Volkslied” au tout début du XXe siècle, ainsi qu’à une inspiration néo-romantique, dans une vision idéalisée de la nature et dans une opposition forte au naturalisme. Ils sont qualifiés de “Morgenlied” ou ont “etwas von der schwermütigen Süssigkeit eines Volkliedes” (la douce mélancolie d’une chanson populaire, littéralement).

Mes questions adressées à Claire Placial peuvent se résumer ainsi: comment les traduire pour retranscrire ce style particulier? Plus précisément, en tentant de ressaisir les enjeux esthétiques du roman, je souhaiterais que le lecteur, peut-être spécialiste de littérature de jeunesse mais pas nécessairement germaniste, puisse avoir une idée du genre poétique utilisé par Waldemar Bonsels, l’auteur de “Maïa”, qui utilise ces poèmes à des moments clés du roman (quand Maïa décide de ne pas retourner à la ruche, quand elle fait l’expérience de la cruauté et de la mort, quand elle rencontre un elfe qui la conduit près des hommes, dans un chant qu’elle reprendra à la toute fin du roman). Je suis capable d’en restituer le sens, expliquer la métrique, mais il m’est plus difficile d’en donner un équivalent poétique en français.

J’ai soumis cet exemple à Claire Placial (chant de Peppi, “ein Käfer”, traduit par le terme “cétoine”):

Alles steht in Gold und Grün
warm und sommerlich.
Nur solange die Rosenblühn,
ist es schön für mich.

Meine Heimat weiss ich nicht,
köstlich ist mir dies:
dass ich so im Rosenlicht
meinen Tag geniess.

Wenig weiss ich von der Welt,
wo ich glücklich bin.
Wenn die Rose welkt und fällt,
muss ich auch dahin.

Voici la traduction de 1926 (traduction de G. Maury, tronquée à partir de la réédition de 1956):

Tout est or et verdure// Bonne chaleur d’été// Tant que la rose dure //Il est bon d’exister.

J’ignore sous quels cieux //Les cétoines sont nés// Mais vivre est délicieux //Dans cet éclat pourpré .

Je ne sais pas grand’chose// Du monde où je m’ébats// Quand la rose passera// Mourir il me faudra.

Voici la traduction proposée par Claire Placial, que je remercie chaleureusement pour sa disponibilité et sa compétence. Elle précise dans sa réponse: “J’ai essayé avant tout d’être correcte quant à l’allemand, et de reprendre un rythme régulier (vers de 7 et 5 syllabes peu ou prou), et si je pouvais rimer ou assonner, je l’ai fait, mais sans systématisme.”

Tout est or et tout est vert

temps chaud  de l’été,

Tant que la rose est en fleur

Existe la beauté

Je ne sais pas ma patrie,

voici mon délice :

Dans la lumière de rose,

de mon jour j’ai joui.

Je sais peu de choses du monde

où je suis heureux.

Quand la rose flétrit et tombe,

Moi aussi je meurs.

 Voici la remarquable auto-analyse de Claire Placial, publiée dans un billet des “Langues de feu”, son carnet de recherches. Je suis surprise de constater à quel point la traduction d’un petit poème assez anodin peut mener un traducteur fort loin, quand il s’interroge avec autant de précision et de pertinence sur son objet.

C’est également un grand plaisir de pouvoir travailler et échanger ainsi par l’intermédiaire d’Hypothèses. Quel bel outil de recherche!

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 22 juillet 2012

    […] Dans le cadre d'une recherche sur la traduction en littérature de jeunesse, je me suis penchée sur le cas d'un roman allemand fort …  […]

  2. 25 juillet 2012

    […] que le texte allemand et une première traduction ancienne, assez éloignée, sont en ligne dans le billet qu’elle leur a consacré. À mon tour de faire un billet de cette expérience, sur le mode de […]

  3. 29 juillet 2012

    […] Dans le cadre d'une recherche sur la traduction en littérature de jeunesse, je me suis penchée sur le cas d'un roman allemand fort …  […]

  4. 29 juillet 2012

    […] Dans le cadre d'une recherche sur la traduction en littérature de jeunesse, je me suis penchée sur le cas d'un roman allemand fort …  […]

  5. 13 décembre 2012

    […] Dans le cadre d'une recherche sur la traduction en littérature de jeunesse, je me suis penchée sur le cas d'un roman allemand fort …  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.