La BD, de Christophe à Hergé (et à Barbarella)

La prochaine conférence des Matinées du patrimoine, cycle de communications organisé par le Centre national de la littérature pour la jeunesse-La Joie par les livres (BnF), aura lieu vendredi 15 juin, de 9h30 à 12h30.

Sylvain Lesage (chercheur associé à la BnF, doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, ATER à l’Université François-Rabelais de Tours) interviendra sur le sujet suivant: « De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre ».

Souvent  évoquée,  la spécificité « franco-belge » de la bande dessinée est généralement  réduite  à  un  ensemble  de caractéristiques stylistiques e tmorales.  Pourtant,  cette identité « franco-belge » s’ancre également dans un  rapport  singulier  aux supports de publication. La France et la région wallonne  constituent  en effet une aire géographique où le livre constitue précocement  et  massivement  un  support  utilisé  pour  publier  la bande dessinée. D’abord relais des œuvres à succès, il occupe peu à peu une place de  premier plan dans les processus de création, dans le travail éditorial, ainsi que dans les consommations culturelles et les appropriations.

Tout  en  donnant  quelques  points  de  repères  sur  la  genèse  de cette singularité  éditoriale,  la  conférence  analysera les effets en termes de création  et  de  réception, à travers deux séries de questions. En quoi le changement  de  support  transforme-t-il  le  sens d’une œuvre ? En quoi la
mutation des supports accélère-t-elle ou cristallise-t-elle une mutation du lectorat?

Le  propos  ici s’appuiera plus particulièrement sur quatre études de cas : La  Famille  Fenouillard  de  Christophe,  Tintin  d’Hergé,  Barbarella  de Jean-Claude  Forest  et  Blueberry  de  Charlier et Giraud. Quatre parcours possibles  dans  l’articulation  entre  le  monde  de la presse et celui du livre,  entre  le  grand et le petit format, entre l’unique et le multiple, quatre œuvres déclinées sur différents supports, et différents médias. Sans épuiser  la  multiplicité des rapports possibles entre la bande dessinée et
sa  matérialité  livresque,  ces  quatre oeuvres tracent quatre parcours qui permettent  d’interroger  les  dynamiques  les  plus récentes qui affectent l’édition  de  bande dessinée, entre rapport plus attentif à la matérialité du livre et questionnements liés à l’impact du numérique.

Cette rencontre est proposée dans le cadre du cycle « Les Matinées du patrimoine » : Conférences sur l’histoire du livre et de la littérature de jeunesse : des spécialistes, universitaires ou professionnels du livre, évoquent l’évolution de l’édition jeunesse et des différents genres et thèmes de la littérature enfantine, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui.
Avec le soutien de la Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture.

Prochaines conférences:
21 septembre : Philippe Corentin, un auteur renversant, par Yvanne Chenouf, professeur retraité de français à l’IUFM de Livry-Gargan (académie de Créteil) ; membre de l’Association française pour
la lecture, rédactrice de la revue Les actes de lecture, directrice des collections pédagogiques « Lectures Expertes » et « ThéoPrat' » et co-productrice de DVD sur la rencontre entre de jeunes lecteurs, une oeuvre
et un auteur (Rascal, François Place, Philippe Corentin, Claude Ponti, Jacques Roubaud)
26 octobre : Les albums du Père Castor, une aventure « révolutionnaire » ?, par Florence Gaiotti, maître de conférences à l’ IUFM Nord Pas de Calais, Université d’Artois ; secrétaire de l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance (Afreloce)
16 novembre : Les Petits Livres d’Or. Une collection populaire des années 1950, par Cécile Boulaire, maître de conférences, Université François-Rabelais, Tours ; membre de l’équipe de recherches Intru, responsable de la revue Strenæ, publiée par l’Association française de recherches sur les livres et
objets culturels de l’enfance (Afreloce)
14 décembre : Un siècle de romans scouts, par Laurent Déom, maître de conférences à l’université Charles de Gaulle -Lille 3

L’entrée est libre sur inscription obligatoire auprès de Marion Caliyannis: marion.caliyannis@bnf.fr

Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture. Salle des conférences. 88 rue Cardinet, Paris 17e. Métro Malesherbes (ligne 3).


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.