L’écriture de soi et son transfert dans l’écriture pour enfants: le cas de Julie Gouraud

Compte rendu de la séance du 12 mai 2012, Séminaire de l’Afreloce à l’ENS, par Déborah Levy-Bertherat.

Michel Manson (Université Paris 13 – EXPERICE) présente sa recherche en cours sur l’écriture pour enfants de Julie Gouraud (1810-1891).

Julie Gouraud, "Mémoires d'un caniche", ill. E. Bayard, Hachette, Bibliothèque rose, 1866

L’écriture de soi (autobiographie, mémoires, journal) a-t-elle un intérêt dans la littérature de jeunesse ? Philippe Lejeune souligne, dans Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille (Seuil, 1993), que le journal était une pratique courante chez les jeunes filles de l’aristocratie et de la bourgeoisie au XIXème siècle, et un genre familier de la littérature pour demoiselles. Avec Julie Gouraud, le journal et l’autobiographie (elle parle de mémoires) entre dans la littérature de jeunesse, en donnant la parole tantôt à un objet (Mémoires d’une poupée, 1839, et Suite des Mémoires d’une poupée, 1840 ; il en existe une réédition en 1985, malheureusement mutilée) ou à un animal (Mémoires d’un caniche, 1865), tantôt à une personne (Mémoires d’une petite fille, pour faire suite aux “Mémoires d’une poupée”, 1857, Mémoires d’un petit garçon, 1864, Le Livre de maman, 1872). En tout six titres, qui ont connu plus de trente-deux éditions, attestant de leur succès. Quel rôle l’auteur assigne-t-elle à cette forme littéraire ? La réponse est différente selon que l’écriture de soi est confiée à un objet ou animal, ou à une personne.

 

La défense du genre par Julie Gouraud : une parole de vérité

Les préfaces, et parfois le texte lui-même, justifient la fiction des mémoires par un jeu métatextuel. Les illustrations, qui montrent le personnage écrivant, vont du reste parfois plus loin que l’auteur pour défendre un genre. On y voit notamment le caniche César vêtu en académicien, portant son manuscrit à l’Institut. (On se reportera au numéro des Cahiers Robinson sur l’autobiographie animale, à paraître).

Dans sa préface aux Mémoires d’une poupée, Julie Gouraud prend ses distances par rapport à ce que le terme de mémoires peut avoir d’intimidant ou d’ennuyeux. Elle compare l’œuvre de la poupée Vermeille à celle des personnages importants qui ont rédigé leurs mémoires : contrairement à eux, elle n’a rien à cacher. Dans un second texte liminaire, la mère avoue aux amies de sa fille qu’elle va lui offrir pour ses étrennes l’œuvre d’une poupée qui a écrit sa propre histoire. Elle doit répondre aux questions des enfants sur les moyens matériels de la rédaction (comment la poupée a-t-elle appris à écrire ? comment s’est-elle procuré le matériel, notamment la plume de colibri ?). La poupée expliquera plus loin qu’elle écrit « la nuit, en secret ». Les mémoires, qu’on ne peut lire qu’à la loupe, seront trouvés et publiés à son insu.

Dans le préambule des Mémoires d’une petite fille, l’enfant interroge sa mère sur les mémoires qu’elle pourrait elle-même écrire. « Une petite fille pourrait donc aussi écrire ses mémoires ? » « Certainement, répond la mère, pour faire suite à ceux d’une poupée. » La sœur commente malicieusement : « Si tu dis tout, ma chère, ce ne sera pas toujours édifiant » – suggérant le problème de ce que Philippe Lejeune appelle, dans Signes de vie, le « tout dire ». « On sait que les enfants ne sont pas parfaits », écrit Henri, le scripteur des Mémoires d’un petit garçon. Il est censé écrire en secret, mais, avant de partir pour le collège, il remet son manuscrit à sa mère.

La fiction de Julie Gouraud est entretenue d’un volume à l’autre : César le caniche cite en exemple la poupée, la petite fille et l’âne, allusion aux Mémoires d’un âne de la Comtesse de Ségur paru en 1860 Celle-ci, au contraire, démystifie les Mémoires d’une poupée en faisant dire à Madeleine : « C’est une dame qui a écrit ces Mémoires d’une poupée, et, pour rendre le livre plus amusant elle a fait semblant d’être la poupée et d’écrire comme si elle était une poupée » (il va sans dire que l’âne est un scripteur plus crédible qu’une poupée). Dans les deux cas, il reste que la « vérité » des mémoires est mise au service de l’éducation des jeunes lecteurs.

 

Récits picaresques de la poupée et du chien

Dès son origine, avec Lazarillo de Tormes (1554), le récit picaresque prend pour objet central un anti-héros, dont il raconte les aventures et mésaventures, peignant divers groupes sociaux de manière souvent satirique, pour un tirer une morale. Les Mémoires d’une poupée et les Mémoires d’un caniche de Julie Gouraud répondent aux critères de définition du genre. Les changements de propriétaires donnent à leurs héros des expériences diverses, et servent de fil conducteur à une morale en action. Ainsi, Vermeille la poupée a eu dix maîtresses, circulant de main en main au gré des hasards ou de dons. Elle voyage, aux Antilles notamment, connaît des mésaventures, un naufrage même, explore divers milieux sociaux : prêtée à la fille de la concierge, elle s’étonne de « coucher avec une portière ! ». Le dépaysement géographique a pour pendant un dépaysement social, mais limité puisque la plupart des familles qu’elle connaît appartiennent à la noblesse ou à la grande bourgeoisie. Partant pour les Antilles, elle est enfermée dans une malle et ne voit rien. Mais au retour, elle est sur le pont et peut raconter son expérience de la vie à bord, parler du petit mousse. Vermeille souffre des séparations successives d’avec ses jeunes propriétaires : « le premier moment est affreux ». Elle finira brûlée après quinze ans de « vie ».

Les expériences de César le caniche sont aussi variées : il visite une foire, une exposition canine, part en cure, va aux bains de mer à Trouville (on notera l’intérêt de Julie Gouraud pour l’actualité : les chemins de fer, lieux de villégiature, guides touristiques mentionnés sont souvent des nouveautés). Il est volé par une femme à Paris, vendu à un jeune couple qui va voyager en Suisse, découvre la montagne, se perd, est sauvé par une vieille femme, met en fuite un brigand tueur de chiens… Les aventures modestes de César restent en deçà de celles du Cadichon des Mémoires d’un âne. Le but de l’ouvrage n’est pas tant de donner à lire des aventures que d’instruire et d’éduquer. Le propos est du reste souligné par Vermeille, qui déclare à ses jeunes lectrices qu’elle sait risquer de « perdre leur affection en (se) rendant utile. »

 

Le pouvoir éducatif d’un regard décentré : la petite fille, le petit garçon, la maman

Lorsque l’écriture de soi est confiée à un personnage humain, la mission éducative de l’ouvrage prend encore plus nettement le pas sur sa fonction divertissante. Les excursions hors d’un milieu social privilégié se font rares. Rosalie, dix ans (Mémoires d’une petite fille), Henri, neuf ans (Mémoires d’un petit garçon), la mère de famille du Livre de maman, sont tous membres de familles riches, dotées de nombreux domestiques, et leur vie se partage entre Paris et un château à la campagne. Les vacances et les voyages en sont souvent les temps forts, comme le séjour dans la ville d’eaux d’Ems pour soigner un enfant malade. L’auteur se livre à une observation psychologique très fine : réaction de l’enfant à la naissance d’un frère ou d’une sœur, jouets et jeux, progrès…  Pour la fille, l’accent est mis sur l’éducation religieuse. Le garçon veut devenir officier.

L’artifice de l’écriture de soi fictive conduit à faire prononcer des préceptes moraux par des enfants. (On note d’ailleurs qu’Henri se désigne comme « un vrai petit diable », un an avant que ne paraisse Un bon petit diable de la Comtesse de Ségur. Celle-ci s’en serait-elle inspirée ? Ce serait à vérifier.) Le garçon est entraîné par un montreur de marionnettes, petite escapade hors de la vie ordinaire qui est l’occasion d’une mise en garde de la mère contre les rencontres dangereuses.

Quant au Livre de maman, il relate les soucis liés à l’éducation des enfants, les discussions avec son mari, le but déclaré du journal étant l’amélioration de ses méthodes éducatives. Elle observe le rapport de l’enfant à ses jouets, les responsabilités des parents, l’évolution du caractère des enfants.

Là encore, Julie Gouraud insiste sur la charité et la piété. Dans son autobiographie, elle évoque son frère Henri, médecin d’Ozanam, et son propre engagement très fort dans le catholicisme libéral, qui fait d’elle une sorte de militante de la charité.

 

Julie Gouraud tire donc un parti neuf de l’écriture de soi, ou plutôt d’une pseudo écriture de soi mise au service de l’éducation, mais derrière laquelle il faut peut-être lire une vraie écriture de soi de Julie Gouraud, dont des éléments autobiographiques se retrouvent au fil des textes : ainsi, Henri et son frère Auguste portent les prénoms des frères de l’auteur, et deviendront comme eux médecin et militaire. Elle évoque des lieux familiers, comme La Terrasse, dans  le Grésivaudan, où elle retrouvait le cercle amical d’Ozanam de Mgr Dupanloup, et du catholicisme libéral dont son frère Henri Gouraud était un membre important. Peut-être laisse-t-elle ainsi transparaître des éléments qu’elle n’aurait pas révélés ailleurs.

 

Discussion :

– Jean Perrot demande si Julie Gouraud a eu des enfants. Non, mais elle était très proche de ses neveux et petits-neveux, à qui elle a dédié ses livres.

– Matthieu Letourneux évoque la transformation des genres par la littérature de jeunesse : la fonction instituante du genre peut être reprise pour désinstituer, et servir à détourner les lecteurs d’autres lectures.  La littérature éducative est un genre à part entière, avec ses stéréotypes, ses logiques, ses scènes à faire. Il y aurait beaucoup à écrire sur ce genre…

Une discussion s’engage sur la question de l’unité du genre éducatif.

– Cécile Boulaire rappelle le travail accompli sur l’éditeur Mame et l’écueil des divisions classiques par genres qui ne fonctionnent pas en littérature de jeunesse. Mais la littérature éducative est-elle pour autant un genre à part entière ?

– Michel Manson répond que, selon lui, l’éducation est un thème, qui participe à l’acte d’écrire. Il évoque l’importance de la pratique de la confession, qui a pu influer sur un certain usage de l’écriture de soi.

– Anne-Marie Chartier s’étonne du choix d’enfants comme scripteurs de journaux, alors que les journaux réels d’enfants sont très rares (contrairement aux journaux d’adolescents). En tout cas, ces « mémoires » n’ont rien à voir avec les journaux intimes d’aujourd’hui. Elle précise que les « Livres de raison », relatant la vie d’une famille, sont une pratique plutôt anglo-saxonne, et pouvaient aussi être tenus par les pères. Elle évoque aussi l’importance des correspondances d’enfants, où l’écriture de soi est réellement présente, mais contrôlée. Ainsi, Dupanloup lit les lettres que le jeune Renan, son élève, écrit à sa mère, et s’en émerveille.

– Michel Manson répond que Julie Gouraud a aussi écrit les Lettres de deux poupées  (1887).

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Isabelle Chevrel dit :

    Est-ce que l’équivalent de la littérature éducative serait, dans la littérature pour grandes personnes, la littérature engagée?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search