Traductions et adaptations de Misunderstood (1869) de Florence Montgomery

Lors du séminaire de l’Afreloce à l’ENS, le samedi 7 avril, Jean Perrot (Université Paris 13) a présenté une étape d’un travail d’envergure sur les traductions et adaptations de Misunderstood (1869) de Florence Montgomery, qu’il avait intitulé « Rivalités littéraires et éditoriales au temps des lois Jules Ferry ».

Ce court roman, conçu dans la tradition anglicane, évoque la mort tragique et pieuse d’un enfant de 7 ans, après un accident dû à la distraction. L’ouvrage est édité à Londres en 1869 par Richard Bentley, l’éditeur de Georges du Maurier. Ce qui intéresse ici Jean Perrot, c’est la série de traductions (ou plutôt d’adaptations) françaises qui se succèdent à partir de 1872, puis surtout de 1881: les traducteurs-adaptateurs sont d’obédience protestante ou catholique, tout comme les éditeurs; les versions proposées au public français sont plus ou moins fidèles, plus ou moins francisées (notamment dans les prénoms des personnages), et parfois illustrées, de temps en temps en plagiant les illustrations anglaises.

Jean Perrot met en évidence les tensions, rivalités et concurrences entre éditeurs, notamment quand en 1886 Hetzel, sans doute pour distinguer son édition de celle que Mame a publiée en 1881, exige de sa traductrice qu’elle modifie les prénoms des personnages. Il montre aussi comment tout travail de transfert d’un univers culturel à un autre provoque des interférences qui vont bien au-delà de la simple translation linguistique. Il montre ainsi que la traductrice d’Hetzel mixe le texte qu’elle traduit avec un autre texte, dû à la plume de George Sand, produisant ainsi un hybride auquel nos critères actuels dénieraient le nom de « traduction ». Si le résultat choque nos conceptions de la fidélité au texte, il est pourtant symptomatique d’un certain état de considération de la littérature dite « enfantine ». Enfin Jean Perrot montre, en étudiant les circulations de motifs (notamment onomastiques) que les textes circulent au sein d’une même culture — ainsi des « interférences » entre l’œuvre de Florence Montgomery et celle de Lewis Carroll — mais qu’il est quasi impossible de rendre compte de ces réseaux d’influence et de co-présence intertextuelle dans les traductions: en effet, cela supposerait que la culture d’accueil connaît aussi bien le texte traduit que les éventuels hypo-textes, ce qui, dans le cas de Lewis Carroll, n’était pas du tout le cas.

La longue présentation de Jean Perrot, dont ce billet rapide ne rend compte que de manière très fragmentaire, a suscité un débat nourri sur les notions d’influence et de transferts littéraires d’une culture à une autre.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *