Hans Christian Andersen était-il un écrivain pour enfants ? Les raisons d’un malentendu

Compte-rendu rédigé par Gaëlle Lévesque.

 

Samedi 17 mars 2012, salle Weil, 45 rue d’Ulm à Paris, l’Afreloce a accueilli Michel Forget, professeur de philosophie, et son intervention sur « Andersen et le monde de l’enfance ».

                  Michel Forget a commencé par présenter l’œuvre de Hans Christian Andersen connu davantage pour ses contes, 156 au total – dont le premier est paru en 1835 – que pour ses œuvres théâtrales, ses récits de voyage, ses autobiographies – dont la première a été écrite à l’âge de vingt-huit ans – ses romans, sa poésie… Or Andersen n’a jamais voulu être considéré comme un écrivain pour les enfants. Il se mit d’ailleurs en colère quand un sculpteur le représenta avec un livre et deux enfants sur les genoux et exigea que ces derniers disparaissent de la sculpture. C’est avec un talent certain de conteur et non sans humour que Michel Forget narre l’enfance prolétaire de l’auteur au Danemark et sa certitude de l’absence de perspective d’avenir s’il restait dans son milieu, la décision enfin, à l’âge de quatorze ans, de quitter sa mère et d’aller chercher le succès dans la capitale. De son enfance, digne d’un conte, et de sa vie en générale, Andersen fit la matière de son œuvre. Michel Forget pose ensuite trois questions : pourquoi Andersen a-t-il toujours été considéré comme un écrivain pour enfants ? Quelle est la place de l’enfance dans son œuvre ? En quoi enfin, son œuvre peut-elle concerner les adultes ?

                  D’abord, l’enfance est omniprésente dans ses textes et vue sous le prisme de l’ombre, de la lumière, du verre coloré, des bulles de savon ou encore des lanternes magiques. De plus, Andersen montre un intérêt constant pour les collections d’enfants et il s’attache aux vieux objets car ceux-là lui permettent, par le biais de l’imagination, d’attraper le temps passé. Les rituels ont aussi leur importance, ainsi les scénarii enfantins, qui font partie de l’intemporelle culture enfantine, sont-ils la matière de ses histoires : et si on se mariait, qu’on jouait à la marchande, qu’on s’enterrait aussi, beaucoup. La mort est le thème central de vingt-quatre de ses contes et la conclusion de vingt-cinq autres. Les sujets sont graves et le public est double : les adultes sont concernés car l’auteur s’attache à leur donner de quoi penser. Il ne cesse d’ailleurs de répéter qu’il connaît bien la mentalité des enfants, que leur univers est proche de celui des adultes et qu’il n’y a pas de rupture entre les deux mais une continuité. C’est pourquoi, Michel Forget émet l’hypothèse que les enfants apprécient les contes d’Andersen parce qu’ils abordent des thèmes importants et vrais, sans fin heureuse ni dénouement attendu. Hans Christian Andersen répertorie les craintes des enfants, leurs impatiences, leurs joies face aux petites choses comme un morceau de bois en décomposition qui devient phosphorescent. Michel Forget insiste encore en évoquant l’omniprésence de ce qu’il nomme les micro perceptions : un monde naît sous les yeux de l’enfant quand il fixe longtemps un mur ou le ciel. Pour le chercheur, Andersen est aimé des enfants parce qu’il leur parle de choses qu’ils connaissent, d’expériences qu’ils font quotidiennement.

                  Andersen avait, dans sa vie de tous les jours, une relation de complicité avec les enfants, comme l’étudiant avec Ida dans le conte, « les fleurs de la petite Ida ». Il recherchait sans cesse leur compagnie, leur écrivait des lettres, leur contait des histoires, fabriquait des albums et les illustrait avec ses découpages qui les enchantaient. Michel Forget rapporte une anecdote où, alors qu’Andersen était invité chez le peintre romantique Kaulbach, Andersen délaissa les adultes pour aller jouer avec la petite fille et demanda ensuite au pantin, sur la joue duquel il avait déposé un baiser, que ce dernier soit rendu à la fillette vingt ans plus tard. Apparemment anodine, cette rencontre à l’érotisme à retardement est symptomatique, pour Michel Forget, d’une forme de transfert qu’opérait Andersen sur les enfants, en les sublimant afin de pallier le néant de sa vie amoureuse et l’échec de sa relation, uniquement fantasmée, avec la cantatrice suédoise, Jenny Lind qu’il décrivait comme une femme-enfant et qui le considérait comme un frère.

Michel Forget s’explique ainsi la coloration nostalgique que prend l’évocation de l’enfance, à la fois, promesse de vie et menace de mort. En cela, Andersen est un écrivain romantique puisqu’il considère l’enfance comme un âge d’or pur mais fugace et l’enfant comme le possesseur d’un savoir supérieur qui lui permet, par exemple, de comprendre le langage des animaux. L’enfance est tragique en soi et Andersen évoque souvent les histoires de couples d’enfants dont la fin est triste. Dans « Sous le saule », par exemple, un couple d’amis devenu adulte se rend compte qu’il est à jamais séparé, que le passé est révolu et que, comme l’écrit Jankélévitch, cité par Michel Forget : « l’homme est ontologiquement marqué par la séparation. » Cette thématique de l’enfant fragile et menacé se retrouve dans « L’enfant mourant » qui traverse son œuvre. Andersen aborda pour la première fois ce thème dans un poème qu’il écrivit à dix-neuf ans et qui fit sa notoriété. Michel Forget rappelle que le public, vu le contexte de l’époque, y fut très sensible car on y entend l’enfant mourant  s’adresser directement à sa mère pour la consoler, sans comprendre réellement qu’il meure. Ce poème inspira L’Ange gardien, le tableau de Kaulbach qui illustre ce compte-rendu.

Ainsi, selon Michel Forget, le thème de l’enfance a-t-il permis à Andersen d’explorer les grands thèmes métaphysiques et de dessiner l’idéal de l’humanité.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *