Auto-transferts de Didier Daeninckx

Le séminaire de l’Afreloce à l’ENS a accueilli samedi 17 mars Anne Schneider (Université de Caen), qui a proposé une réflexion autour de l’oeuvre pour la jeunesse de Didier Daeninckx, en la croisant avec ses ouvrages pour adultes.

Le compte rendu de cette intervention a été rédigé par Déborah Levy-Bertherat.

On connaît Daeninckx pour ses romans policiers mettant en scène la réalité contemporaine dans ses rapports avec l’Histoire : la deuxième Guerre mondiale, la Résistance, la colonisation. L’écrivain y met en œuvre un travail d’archives, pour pointer la mémoire trouée. Il est moins reconnu comme auteur pour la jeunesse. Dans ce domaine aussi pourtant, comme un historien, Daeninckx reprend et retravaille sur les mêmes sujets à partir de données nouvelles : sa réécriture permanente y est mise au service d’un projet, la passation d’une mémoire aux enfants.

On en trouve un cas exemplaire avec les trois ouvrages qu’il a consacrés à Missak Manouchian : après le roman pour adultes Missak (Perrin, 2009), il en propose deux réécritures pour la jeunesse : Missak, l’enfant de l’Affiche rouge (Rue du monde, 2009), un album illustré par Laurent Corvaisier, et Avec le groupe Manouchian (Oskar éditions, 2010), un roman. À la densité et au foisonnement de personnages du roman pour adultes, qu’on peut rapprocher du film de Robert Guédiguian L’Armée du crime (2008), l’album oppose un récit stylisé, épuré, suivi d’une partie documentaire. La figure de Missak Manouchian y est l’objet d’une hyper-focalisation, tandis qu’il n’apparaît que très peu dans le roman pour la jeunesse, où il est raconté par des témoins.

Les illustrations soulignent l’orientation différente des deux ouvrages de jeunesse. L’album propose une sorte d’hagiographie, qui fait de Manouchian une figure christique, sacrificielle, et les dessins très lumineux de Laurent Corvaisier accentuent cet aspect. Manouchian y est représenté en enfant, et deux motifs récurrents, l’oiseau et la fleur, symbolisent la liberté. La couverture du roman, au contraire, est dominée par le vert-de-gris de l’uniforme allemand, et Manouchian y apparaît cerné, entre un soldat allemand au premier plan et un policier français à l’arrière.

La représentation des personnages diffère également. Conformément au projet militant d’Alain Serres, éditeur, pour la collection « Pas comme les autres », le héros de l’album est mythifié, dans la lignée des Vies des hommes illustres de Plutarque. Le roman, au contraire, glorifie le rôle des Résistants anonymes, l’héroïsme du réseau plutôt que celui de son chef. Quant au traitement de l’Histoire, il est également très différent dans les deux ouvrages. L’album est dominé par la volonté didactique de transmettre une mémoire, à travers une forme lyrique, tandis que le roman s’acquitte plus subtilement du devoir de mémoire, et ne cède au lyrisme que dans l’épilogue. « Le roman historique, pour moi, écrit Daeninckx, c’est l’art du vraisemblable. » Manouchian lui-même y apparaît comme un personnage nuancé, entier mais habité par le doute.

Dans une écriture toujours motivée par l’actualité politique du moment, où les digressions du conteur viennent nourrir le travail historique, Daeninckx répond donc à sa manière à la formule de Nabil Farès : « La fiction doit suturer les blessures de l’Histoire. »


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *