Edition, jeunesse et censure: une exposition en ligne sur le site de la Bpi (Centre Pompidou)

L’exposition Editeurs, les lois du métier qui s’est tenue à la Bibliothèque publique d’information du 9 novembre 2011 au 9 janvier 2012, est désormais accessible en ligne à l’adresse: http://editeurslesloisdumetier.bpi.fr/

A partir d’une sélection faite sur les 400 documents initialement exposés (archives juridiques, archives d’éditeurs ou d’auteurs, livres, illustrés, articles de presses et documents audiovisuels), cette exposition explore, de la loi de 1949 à nos jours, les grands moments au cours desquels les éditeurs ont été confrontés à l’ordre moral, politique, religieux ou économique et les stratégies qu’ils ont mis en place pour poursuivre leur activité.

Une part significative de ce parcours est consacrée aux publications pour la jeunesse affectées par la censure que met en place la loi du 16 juillet 1949.

….

Après les années de pénurie de l’après-guerre, la France, autour d’un État remis en ordre de marche, retrouve une certaine prospérité. le nombre des naissances croît et la jeunesse devient un enjeu. Il s’agit de la protéger de la délinquance et des influences pernicieuses des illustrés venus d’Amérique et d’ailleurs… on estime alors que chaque semaine, 3 millions d’enfants achètent ces périodiques. L’idée d’une réglementation fait son chemin.

La section « Loi du métier – Pourquoi la loi de 49? » donne un aperçu de l’action des groupes de pression sur l’opinion publique (ligues religieuses de moralité, éducateurs, communistes) à travers articles de presse et illustrés concernés. Elle détaille en outre les modalités administratives par lesquelles la Commission de surveillance agit alors sur les éditeurs pour les amener à s’autocensurer. On consultera utilement à cet effet le document « Recommandations élémentaires aux éditeurs. Compte-rendu des travaux de la commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à la jeunesse au cours de l’année 1950 ». L’extrait de 4 pages présenté montre que sont concernés, en autres:

-la nature de la fiction. Un système de valeurs est mis en place qui promeut le réalisme (vs l’invraisemblance), l’effort et le travail honorable (vs la corruption et le crime), l’intelligence (vs la force), la décence (vs l’érotisme), etc.
– les personnages en général: incitation à la mise en scène de « braves gens », disposant d’une psychologie un tant soit peu élaborée, et présentés dans un milieu social, familial, professionnel.

– les héros et les personnages malhonnêtes: les premiers doivent être loyaux et chevaleresques, les seconds présentés sous un jour défavorable de façon à ne pas attirer la sympathie du jeune lecteur.

– la qualité de la mise en page et de la typographie, l’usage des bulles.

Quant au document présentant les recommandations de  la Commission pour l’année 1963, on constate que les questions de « préjugés ethniques » qui affleuraient en 1949 prennent une place plus déterminante 15 ans plus tard.

La section « Affaires – Bandes dessinées » est éclairante. Elle donne à voir à travers des exemples précis les mesures coercitives prises à l’encontre de ce genre jugé particulièrement pernicieux, tant par la forme que par le fond. Certaines publications vont jusqu’à disparaître, d’autres sont contraintes d’édulcorer leur propos. La comparaison des vignettes américaine et française parle d’elle-même…

Vignettes de « Tarzan chez les Ononoes », parue pour l’une dans le United Feature Syndicate (11/09/1949), pour l’autre aux Éditions Mondiales Del Duca (Tarzan n°87, 2e trim. 1951). Droits réservés.

 

 


Marie-Pierre Litaudon

Docteur en littératures comparées. Université Rennes 2 Membre du laboratoire CELLAM Chercheur associé à l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine (IMEC)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *