Nouvelle traduction des « Voyages du Docteur Dolittle »

Nous signalons la parution d’une nouvelle traduction d’un roman qui compte parmi les classiques de la littérature de jeunesse, mais dont la traduction francaise faisait défaut. Il s’agit des Voyages du Docteur Dolittle de Hugh Lofting, traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Anne Struve-Debeaux (professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre), avec les illustrations d’Alessandra Lanève (Editions IPAGINE, 2012, 296 pages).

Voici donc un grand classique de la littérature anglaise pour la jeunesse revisité.

Depuis longtemps indisponible en France, Les Voyages du Docteur Dolittle (1922) viennent d’être réédités par les éditions Ipagine dans une nouvelle traduction d’Anne Struve-Debeaux. Assortie d’une préface et de notes, cette traduction en propose une lecture totalement renouvelée, intéressant tant le grand public que les chercheurs en littérature anglaise ou spécialistes de la littérature de la première moitié du XXème siècle.

Extrait de la préface :

Le Docteur Dolittle est né il y a près d’un siècle sous la plume d’un jeune ingénieur britannique plein de fantaisie. C’est en effet  durant la Première guerre mondiale, dans les tranchées des Flandres, que Hugh Lofting a commencé à imaginer les aventures de ce curieux petit docteur capable de parler le langage des animaux, au fil des lettres, agrémentées d’images, qu’il envoyait à ses enfants depuis le front. Et  aujourd’hui encore, son personnage fait partie de notre univers. Il court toujours le monde, suivi de son étrange cortège d’animaux intelligents…

Mais le Docteur Dolittle, de nos jours, tire peut-être sa popularité davantage du cinéma que des récits de Hugh Lofting. En France, plus particulièrement, où, faute de rééditions régulières, ces récits sont à présent introuvables, et où les jeunes générations ne disposent plus que de l’adaptation extrêmement libre, et à l’américaine, qu’en donne la série réalisée pour le grand écran par Betty Thomas. Eddie Murphy, on le sait, a endossé le rôle du docteur cinq fois de suite à ce jour, de 1998 à 2009. Et certes, l’acteur a tout l’entrain, toute la spontanéité qu’il faut pour mener son public tambour battant. Mais qu’il y a loin du personnage qu’il incarne à celui créé par Hugh Lofting ! L’on reconnaîtra difficilement, dans cet éminent praticien en blouse blanche de San Francisco, marié et père de famille, le petit naturaliste contemporain de Darwin imaginé par l’écrivain — vieux garçon en frac et en gibus, un rien misanthrope, un rien excentrique,  qui, quand il ne voyage pas d’un continent à l’autre — voire jusque sur la lune — n’aime rien tant que la paix de sa petite maison et de son grand jardin peuplé d’animaux, à la limite d’une petite ville de la province anglaise.

Il faut se replonger dans les livres de Hugh Lofting pour en retrouver tout le charme. Et pour en goûter toute la richesse. […]

© Editions Ipagine, Paris

 

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.