Heidi a-t-elle un modèle allemand?

En France, le débat nous avait un peu échappé. A dire vrai, il était passé presque totalement inapercu. Et pourtant, la question a fait couler beaucoup d’encre en Suisse et en Allemagne: Heidi, le roman phare de la littérature suisse pour la jeunesse, écrit à la fin des années 1870 par Johanna Spyri (première publication en 1879), a-t-il un modèle allemand? Peter Büttner,chercheur à l’Institut für Jugendbuchforschung de l’Université de Francfort, a bel et bien retrouvé, en préparant une exposition sur le Struwwelpeter (en 2009), un petit récit de l’époque du Biedermeier, qui lui a beaucoup rappelé le célèbre roman suisse.

Ce court récit s’intitule Adelaide, das Mädchen vom Alpengebirge (Adelaïde, la petite fille des Alpes) et a été écrit par Adam von Kamp (1796-1867), enseignant de Westphalie, et a été publié en 1828.

A cette époque, Johanna Spyri n’a que trois ans: a-t-elle lu, plus tard, ce récit? Lui en a-t-on fait la lecture dans son enfance? Rien ne le prouve et les récits de Kamp sont depuis longtemps tombés dans l’oubli. Pourtant, Peter Büttner a comparé les deux textes et a mis en évidence plus d’une douzaine de parallèles possibles. Le titre, le cadre, le prénom de l’héroïne frappent de façon évidente. Dans son récit très court (quelques dizaines de pages), Kamp met aussi en scène le personnage du grand-père, ainsi qu’un jeune berger, ami de la petite fille. Adelaide comme Heidi doit quitter son foyer et, détail troublant, c’est aussi un tableau qui lui rappelle sa montagne lointaine et son bonheur perdu. L’arrière-plan religieux est très présent dans l’un comme dans l’autre récit. La différence de taille, naturellement, est que Johanna Spyri est une véritable romancière, qu’elle a su écrire sinon un chef-d’œuvre, du moins une œuvre majeure de la littérature européenne pour la jeunesse. Mais cela n’exclut pas une parenté avec un texte préexistant.

La recherche de notre collègue allemand (rappelée dans le bulletin de l’Institut de Francfort, Heft2/2011) a provoqué un véritable tollé en Suisse, certains journaux allant même jusqu’à titrer « Un germaniste allemand veut nous voler Heidi! »  Scandale au pays des Helvètes: Heidi, personnification même de la Suisse à travers le monde, aurait un père allemand? Comme le souligne sur son blog, d’un air amusé et avec détachement, un Anglais vivant à Bern, oserait-on prétendre que Tom Sawyer est canadien ou Robin des Bois français? Peter Büttner ne prétend nullement que Johanna Spyri a commis un plagiat; il s’agit pour lui de montrer que le roman a pu trouver son impulsion dans ce petit récit, ce qui n’est pas rare en littérature (pas uniquement pour enfants). Et c’est ce qui rend le métier de chercheur passionnant.

Pour plus de précisions, voir Peter O. Büttner, Das Ur-Heidi. Eine Enthüllungsgeschichte, Berlin, Insel-Bücherei, 2011.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Isabelle Chevrel dit :

    Passionnante information, qui s’incrit dans une question sur laquelle il nous faudra revenir: comment passe-t-on dans l’histoire de la littérature de jeunesse, de l’historiette au roman.

Répondre à Isabelle Chevrel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search