Elise Voiart et « Le Bethléem »

Mathilde Lévêque (Université Paris Nord 13) recherche des informations biographiques sur Elise Voiart, écrivain pour la jeunesse des années 1830-1850.  Une question précise se pose également sur un dispositif d’automates décrit dans un de ses ouvrages, Le Bethléem (Mame, Tours, 1845): au moment des fetes de Noel, à Nancy, une crèche animée semble avoir existé (des automates animés par un manipulateur caché sous la scène). La description est d’une telle précision qu’il est vraisemblable qu’Elise Voiart, originaire de Nancy et fille d’un organiste, ait vu un tel dispositif. Si vous avez des informations sur ce sujet, merci de poster une réponse sous forme de commentaire.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Dans « Les Marionnettes », Charles Nodier (1842, éd Le Castor Astral, 1995) évoque la tradition des marionnettes en Franche-Comté.
    Dans la 2e partie (5), voici ce qu’il écrit:

    « Les seules représentations dramatiques dont la tradition eût conservé le souvenir, étaient celles des Confrères de la Passion, comédiens nomades comme le sont encore les comédiens de province, mais alors justement avoués par la religion, dont ils développaient naïvement les Mystères, et qui ne perdirent plus tard leur crédit moral qu’en associant le talent innocent du mime au succès des muses profanes. Une de leurs pièces vivait toujours, inaltérable dans le fond, plus ou moins habilement rajeunie dans la forme, et elle florissait de nouveau chaque année depuis l’octave de Noël jusqu’aux Rois. On l’avait même vue quelquefois prolonger jusqu’à la Chandeleur, sous le bon plaisir du prélat, le cours de sa vogue et de ses recettes; car elle avait des recttes, libre et joyeux tribut que les mères et les enfants venaient déposer aux mains de la charité.
    C’était le drame touchant de la Nativité, c’est-à-dire la plus solennelle et la plus gracieuse des histoires, celle d’un dieu qui daigne naître à la rigoureuse destinée de l’humanité, et qui choisit pour berceau la crèche d’une pauvre étable, au milieu des indigènes et des affligés de la terre. Les acteurs n’étaient pas des hommes: quels hommes seraient dignes de représenter un pareil poème ? C’étaient des marionnettes. La confection de la troupe était remise aux soins habiles et délicats des religieuses, filles toujours pures du Seigneur, qui partagent leur douce vie entre les espérances ineffables que donne la prière et les souvenirs charmants que rappelle la poupée. Tous les arts, tous les instruments de la toilette mondaine, étaient mis à contribution dans ce travail coquet, mais innocent; l’aiguille qui brode et qui chamarre, les ciseaux qui festonnent ou qui découpent, le fer qui roule en anneaux la soie flottante des cheveux, le pinceau même qui relève d’une légère couche de vermillon la pâleur d’une joue décolorée. Je vous réponds que ce petit peuple sans subvention, de comédiens pimpants et frais habillés, coiffés, poudrés, parés, attiffés, enjolivés, enluminés, enrubannés, était une chose merveilleuse à voir.
    Quant au théâtre, on le prenait d’ordinaire sur le parloir du couvent, et on l’appelait la crèche, pour l’étable, comme dit le parquet pour la justice, la cour pour la monarchie, ou la chambre pour la nation, en vertu d’une figure de rhétorique très abusive qui consiste à exprimer le tout par une de ses parties, fût-elle aussi insignifiante que possible. »

    Il faut sans doute aller regarder ce texte de plus près, et croiser ce que dit Nodier d’un spectacle de marionnettes pendant la période de la Révolution (Barbisier), avec les spectacles qu’Elise Voïart est susceptible d’avoir vus dans son enfance ou sa jeunesse nancéenne.

    Cécile Boulaire

    • Mathilde Lévêque dit :

      Merci! Le rapprochement avec Nodier est d’autant plus intéressant que Nodier préface l’une des plus grandes traductions pour la jeunesse d’Elise Voïart, celle du « Robinson suisse » de Wyss (1847).

  2. bernard dit :

    J’ai trouvé la référence de cet article sur internet et je pense qu’il en existe bien d’autres pour d’autres régions de France
    http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=11824233
    il y a également cette page très courte qui confirme l’existence de ce genre de crèche depuis le début du 19° siècle
    http://www.culture.gouv.fr/culture/noel/franc/pastoral.htm
    Cordialement
    Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.