Heidi et Eva Joly

Le site du journal Libération propose actuellement un court extrait video d’une interview d’Eva Joly, à propos de ses lectures et de son rapport à la littérature. À la journaliste qui lui demande quel est son livre préféré, la candidate d’EE-LV répond spontanément Heidi, faisant référence à une lecture d’enfance. C’est peut-être la première fois qu’un roman pour la jeunesse est évoqué dans la campagne présidentielle. Même si cette évocation n’est qu’anecdotique et sans grande conséquence politique, cela mérite néanmoins que l’on y consacre un billet.

Pourquoi Eva Joly fait-elle spontanément référence au roman de Johanna Spyri, publié pour la première fois en Suisse en 1880? De la part d’une candidate très engagée à gauche, j’aurais attendu une réponse comme Pippi Långstrump (1945) d’Astrid Lindgren, cette Fifi Brindacier libre, forte, féministe avant l’heure. Évidemment, j’avais tort, puisqu’aucun lien ne saurait exister nécessairement entre lecture d’enfance et engagement politique (quoique…). Quand la journaliste de Libération lui demande de justifier son choix, Eva Joly hésite. Il n’est certes pas toujours facile de justifier son attachement pour un livre, en particulier pour une lecture d’enfance, qui relève du souvenir et de l’émotion plus que de la réflexion longuement mûrie. De fait, la réponse est un peu décevante: Eva Joly évoque une littérature « qui fait pleurer », avec des « enfants malades », pleine de « beaux sentiments ». Rien de très subversif ni révolutionnaire…

Pour autant, l’évocation d’enfants malades (puis, plus loin dans l’interview, de « simples d’esprits », à propos des romans de Tarjei Vesaas) renvoie à une attention portée aux plus faibles. Par ailleurs, comme dans les romans de Vesaas, Heidi renvoie à la nature et à ses bienfaits. Dans le roman de Johanna Spyri, deux enfants malades sont mis en scène: Klara, la fille du docteur Sesemann, qui ne parvient pas à marcher, mais aussi Heidi elle-même, qui tombe malade à Francfort, quand elle est éloignée de sa Suisse natale, de l’alpe et de son grand-père. Dans un article récent consacré à ce roman (« Relire Heidi aujourd’hui« , publié dans le deuxième numéro de la revue Strenae), Isabelle Nières-Chevrel montre que le roman est construit sous forme d’allers et de retours, « comme si tout le roman n’était que la quête de Dörfli [petit village], n’était que la recherche du bon lieu pour vivre en harmonie avec la nature et les hommes ». Une nature généreuse et forte, redonnant vie aux enfants malades, la recherche d’un équilibre dans un monde à dimension humaine (le petit village, Dörfli, par opposition à la grande ville, Francfort, dont on parle tant aujourd’hui sur fond de crise financière, quel hasard…), la référence à Heidi n’est peut-être pas si conservatrice qu’elle n’y paraît. Ce n’est finalement pas si mal pour une représentante d’Europe Écologie-Les Verts. Les autres candidats à l’élection présidentielle répondront ou répondraient-ils à la question « Quel est votre livre préféré? » par un livre pour enfants?

À celles et ceux qui souhaiteraient (re)lire Heidi, je recommande la traduction de Luc de Goustine et Alain Huriot (L’école des loisirs, 1979), illustrée par Tomi Ungerer.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Viperenoire dit :

    C’est mieux que Zadig et Voltaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.