Les échanges entre la France et l’Espagne dans la production pour la jeunesse du début du XXème siècle.

C’est un domaine de recherche totalement neuf et inexploré qu’a présenté Anaïs Gonzalez-Suescun lors de la deuxième séance du séminaire « Transferts, traductions et adaptations » (Afreloce/ENS, samedi 19 novembre 2011). Cette jeune chercheuse a soutenu une thèse il y a quelques mois (Université de Rennes 2, sous la direction de Christine Rivalan Guégo), sur les publications pour la jeunesse et les offres de lectures dans l’Espagne des années 1920. Son intervention dans le cadre du séminaire s’est attachée à montrer les échanges entre la France et l’Espagne dans les productions pour la jeunesse. Son corpus, largement inconnu en France, se compose de plusieurs dizaines de fascicules, publiés par différentes maisons d’édition.

Anaïs Gonzalez-Suescun rappelle que les spécificités de la littérature de jeunesse espagnole au début XXe sont mal connues en France. Or on est loin du désert décrit par un Paul Hazard : il ya un réel essor de la production au début des années 1930, avant une période de répression après la victoire des franquistes, entraînant la disparition de maisons d’édition parfois centenaires, comme Sopena. Les recherches en littérature de jeunesse (comme celles menées par le groupe GRETEL, qui analyse des titres écrits en catalan au début du XXe siècle et essaie de recréer le lien entre livres d’hier et lecteurs d’aujourd’hui) tentent ainsi de récupérer ce patrimoine, d’autant plus que, souvent, les archives sont perdues. Leur redécouverte, pour le chercheur, tient parfois du hasard, aux détours des bibliothèques, comme nous l’explique l’intervenante.

Au début du XXe siècle, l’Espagne est encore très analphabète, avec de fortes disparités entre les régions et entre les hommes et les femmes. En 1920, dans certaines régions, 57% des femmes sont analphabètes. L’alphabétisation progressive entraîne une diversification des publics et des pratiques : les fascicules, support de littérature populaire, témoignent de pratiques d’un genre nouveau, le genre sériel. L’accès à la lecture pour tous est encore problématique, alors que se manifeste un nouvel appétit de lecture dans la population espagnole. Dans ce contexte, les éditeurs cherchent à s’adapter à l’enfant moderne, en diversifiant les formats (brochures, fascicules, albums, etc.) et en développant de nouveaux modes de lecture et nouveaux imaginaires, où une place importante est laissée à l’humour et à la subversion.

A cette même époque, l’Espagne est cependant loin de rivaliser avec la France. Elle reste très tributaire des traductions et peine à construire un répertoire national. Par exemple, il n’existe pas de collection de contes pour enfants de la culture espagnole, alors que sont importés des personnages septentrionaux étrangers à la culture espagnole. Dans les années 1920, les catalogues font apparaître plus d’œuvres traduites, comme les livres d’Edith Nesbit (dans la collection « Cuenos de Calleja en Colores », par le grand éditeur Calleja), signe d’une volonté de s’ouvrir aux littératures étrangères : Peter Pan, Heidi sont traduits et adaptés. La presse joue un rôle important dans l’introduction de chef d’œuvres comme Alice au pays des merveilles, publié dans un journal dès 1914, de même que les Aventures d’Huckelberry Finn. Toutefois, la place de la production française est alors encore peu importante, à l’exception de quelques titre didactiques (livres de Jean-Henri Fabre) et de quelques romans, très peu, de la comtesse de Ségur.

Davantage d’échanges et de transferts se retrouvent du côté des fascicules. Ainsi, « El cuento rosa », collection de Edita S.A., est une transposition des Petits livres roses de Larousse, dans un format carré (14×14). La brochure fait une place réelle à l’écrivain et à l’illustrateur, dans des « récits moraux », adaptés aux garçons et aux filles, illustrés par des artistes graphiques renommés. Ces collections cherchent à se distinguer par une production de qualité et à s’adapter à un contexte national, avec des auteurs comme Magda Donato, mais aussi avec des auteurs de littérature populaire. Editorial Levantina crée également une collection faite sur le modèle des petits livres roses, dans des formats réduits au prix abordable. Calleja adapte les romans de Salgari (Un heros persa), tandis qu’apparaît un nouvel imaginaire venu des productions américaines. Quelle est l’influence de Eischler? s’interroge Anaïs Gonzalez-Suescun. Il n’est pas installé en Espagne mais des titres sont édités par une maison d’édition espagnole. Les modèles américains s’introduisent en Espagne via des maisons espagnoles. L’intervenante présente aussi des traductions du Tour du monde d’un gamin de Paris d’Arnould Galopin et de livres de Jean de la Hire (traduit par Editorial Guerri).

Plus que de traductions, il s’agit d’adaptations, avec des retranspositions parfois exactes des couvertures de fascicules. La durée de publication est ainsi très réduite par les éditeurs espagnols, qui cherchent moins à faire durer un titre qu’à inonder les kiosques à journaux, dont la « dangerosité » et l’ « immoralité » sont fustigées par les autorités catholiques. Si la publication courte est un échec en France, en Espagne, il s’agit d’une pratique banale, avec une multitude de petites maisons d’édition. La pratique est moins extensive en France qu’en Espagne : les Aventures d’un petit explorateur d’Arnould Galopin, publiées en 116 fascicules en français, sont réduites à une trentaine de fascicules en espagnol. Se met en effet en place un dispositif conscient pour faciliter l’accès à la lecture. Autre adaptation, le découpage en chapitres facilite la lecture qui peut être interrompue au cours de la semaine. Si la quantité est moindre, l’éditeur intervient dans la traduction qui est une adaptation, parfois au détriment de la compréhension du texte pour le lecteur. Dans l’ensemble, ces fascicules présentent une impression de piètre qualité sur un mauvais papier. Mais notons que les livres d’Arnould Galopin sont distribués comme livre de prix et deviennent des livres de lecture.

Au cours des années 1920 est aussi publiée une série très connue en Espagne, Pinocho, inspiré du héros de Collodi. Ce Pinocho s’affranchit de ce modèle en changeant de support, signe d’une volonté avant-gardiste. La traduction française, Tintinel et Galafron, gomme le lien avec Collodi (Bibliothèque du Chaperon bleu, à partir de 1925) et, sur les 48 titres espagnols, seuls15 sont publiés en France. Dans ce transfert de l’Espagne vers la France (l’un des rares), sont gommés l’irrévérence du personnage, l’humour, le ton. Le merveilleux et l’absurde, caractéristiques de la littérature de jeunesse espagnole, n’ont visiblement pas été pris en compte ni compris par les maisons d’édition françaises.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *