Filmer la classe

Journée d’études

Organisée par l’équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures », Axes « Littératures et Cultures de l’enfance » / Cahiers Robinson

Université d’Artois – Arras

Vendredi 20 janvier 2012

En obtenant une palme d’or à Cannes en 2008, délivrée après un accueil relativement consensuel à la fois des professionnels du cinéma, et du grand-public, le film de Laurent Cantet  Entre les murs a confirmé, mais aussi infléchi, une tendance amorcée avec Etre et avoir de Nicolas Philibert (2000), également récompensée à Cannes, et poursuivie depuis avec La journée de la jupe de Lilienfeld (2009), ou La fracture d’Alain Tasma (2010).

Filmer le huis-clos scolaire (Les disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque, 1939, inspiré d’un roman de Pierre Véry à qui l’on doit aussi Les anciens de Saint-Loup, film de Georges Lampin, 1950 ; La cage aux rossignols de Jean Dréville, 1944, dont s’inspire Barratier pour Les choristes en 2004) est une tradition du cinéma français  qui permet de mettre en scène des élèves, garçons surtout, qui se structurent en groupe, clan, bande…..

Face au groupe, l’adulte censé dicter les règles et les faire respecter, a pu être dépeint comme le maître providentiel dont le charisme, ou la modernité des méthodes pédagogiques, (L’école buissonnière de La Chanois, 1949), ou encore la conception musclée de la discipline, dans le cinéma anglo-saxon notamment, finit par obtenir le respect d’élèves enfin disciplinés, ou simplement séduits : Graine de violence de Richard Brooks, (1955), Les anges aux poings serrés de James Clavell (1967), Esprits rebelles de John N. Smith, (1995), déclinaison au féminin de l’apologie de la manière forte.

Le cercle des poètes disparus de Peter Weir, 1989 ; Professeur Holland de Stephen Herek, 1996, complètent la liste de ces enseignants de Lettres, de Musique, de Philosophie, de Théâtre, portés par des acteurs dont la popularité garantit le succès commercial, et clonés dans leurs dérivés télévisuels (tels les sympathiques enseignants de l’école de spectacle de Fame (Alan Parker, 1980) déclinés en personnages récurrents de la série télévisée du même nom, pour ne citer qu’un exemple de circulation, entre cinéma et produits dérivés télévisés, de ces profs exemplaires parce que « sévères-mais-justes-et-compétents ».

La liste était donc déjà longue de ces films, mais aussi téléfilms et feuilletons, prenant un lieu, l’école (le lycée, l’université, l’institut…) et une situation (la relation maître(s)-élèves) pour filmer un type de relations, depuis le conflit poussé au tragique, ou désamorcé par un humour potache dans des comédies sans autre prétention que de distraire, jusqu’à la relation de complicité, la solidarité retrouvée d’une micro-société, et même parfois l’amitié (Merlusse de Pagnol, moyen-métrage de 1935, L’ombre d’un homme d’Anthony Asquith, 1951).

Mais avec la médiatisation de ce qui est dorénavant nommé « la violence en milieu scolaire », et son corollaire, « le malaise des profs », le même lieu et les mêmes situations qui ont nourri tant de scénarios de fiction, sont entrés dans les sommaires des magazines d’information, d’abord comme faits divers puis comme faits de société inspirant des courts métrages documentaires à l’origine d’une nouvelle production filmique. Certaines de ces productions, à la manière d’un Raymond Depardon filmant un autre huis-clos où s’affrontent ceux qui font respecter les règles et ceux qui les transgressent (le cabinet du juge d’instruction, le prétoire…), revendiquent de n’enregistrer que la réalité quotidienne de la classe (Le futur de l’imparfait, Sylvie Ditmann, 2002, L’école du respect, Delphine Prunault, 2000), tout en comptant sur un lot de situations suffisamment dramatiques pour se passer d’un scénario.

Le succès d’Entre les murs vient confirmer à la fois l’intérêt du grand-public français pour le motif de l’école, et en même temps rompt avec la nostalgie de l’école d’autrefois dont Etre et avoir était encore implicitement porteur (une école rurale et une classe unique), pour poser sur la classe un regard entre fiction et documentaire. Ce « regard-caméra » est aussi la transposition d’un livre, le récit autobiographique de François Bégaudeau, publié dans le flot, abondant ces dernières années,  de confessions d’enseignants.

Cet objet filmique qu’est le film de classe nécessite donc d’être interrogé de façon interdisciplinaire, en y conviant les études cinématographiques, bien sûr, mais aussi les sciences de l’éducation, la sociologie, l’histoire….

 

Programme de la journée

9h00 : Accueil des participants        9h15 Introduction

 

Les acteurs de l’école: représentation des maîtres et des élèves

 

– 9h30- Julie Baudot

Doctorante en cinéma, Université Montaigne, Bordeaux III

Le corps enseignant : un objet de fantasmes

 

-10h – Marie Danniel-Grognier

Docteure en études cinématographiques, chargée de cours à l’Université Lumière Lyon 2

Le cancre : mutations d’un archétype de la littérature au cinéma et de la fiction au documentaire

 

10h30 Pause

 

-11h –  Brigitte Rollet

MCF Etudes culturelles (University of London Institute in Paris)

L’école des filles : éducation scolaire et sentimentale dans Jeunes filles en uniforme (Léontine Sagan, 1931) et Olivia (Jacqueline Audry, 1950)

 

-11h30– Isabelle Casta

Professeur, Université d’Artois-IUFM

CLASSE VAMPIRE !!!! Présence et fonction des « scènes de classe » dans les films et/ou séries vampiriques.

 

12h15 repas

 

Les scénarios pour l’école : une histoire des mutations scolaires et citoyennes à travers le cinéma

 

-14h-  Pascal Laborderie

docteur en Etudes cinématographiques et audiovisuelles de l’Université de Paris 3

Les stéréotypes de la fugue et de la rébellion dans La Maternelle de Jean Benoit-Lévy et Marie Epstein, 1932.

 

-14h30- Thomas Pillard

Doctorant et Ater en études cinématographiques, université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

De l’espérance à la désillusion. Les espoirs déçus de l’Education nouvelle et des projets de réforme de l’école dans l’immédiat après-guerre à travers trois films réalisés entre 1944 et 1950.

 

-15h- Pause

 

– 15h30- Nathalie Mary

Docteure en études cinématographiques de Paris 3

La classe dans le cinéma d’Abbas Kiarostami, une image de la citoyenneté.

 

– 16h-  Anne Schneider

MCF Littérature de jeunesse, université de Caen-IUFM

La mise en scène de l’école dans Le gone du chaâba d’Azouz Begag le livre et Le gone du chaâba de Christophe Ruggia, le film.

Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Renseignements :

Marie-Jeanne DESSERY

Tél : 03 21 60 37 41  – E-Mail : mjeanne.dessery@univ-artois.fr

Consultez le programme : http://www.univ-artois.fr


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *