Des premiers livres pour enfants au Québec

 La première séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS (15 octobre 2011), « Transferts, traductions et adaptations en littérature et culture d’enfance », a permis de donner la parole à Stéphanie Danaux (actuellement ATER en histoire de l’art à l’Université Pierre-Mendès-France-Grenoble 2). Elle nous a livré avec beaucoup d’énergie le résultat de ses recherches post-doctorales, intitulant son intervention : « Du texte à l’image, de l’adulte à l’enfant : transformations et adaptations du livre illustré pour la jeunesse au Québec, 1915-1940. »

Avant 1914 : les prémices

À l’exception des manuels scolaires, il existe au Québec très peu d’œuvres littéraires spécifiquement publiées pour les enfants. Quelques recueils de légendes et de contes sont diffusés sous la forme de livres de prix, notamment par l’éditeur Cadieux et Derôme, qui crée en 1882 la « Bibliothèque religieuse et nationale ». Les ouvrages pour la jeunesse sont importés de France (Hachette, Mame, Ardant, Barbou) et de Belgique (Casterman, Desclée de Brouwer). Beauchemin, qui rachète Cadieux et Derôme, lance la Bibliothèque canadienne, rééditant des biographies romancées, des contes du terroir, visant un public populaire. Les livres québécois, tirés à très peu d’exemplaires, sont encore très chers. Quant à l’illustration, elle n’est encore que ponctuelle : la précarité financière des éditeurs canadiens explique les rééditions nombreuses des mêmes textes et des mêmes images.

1915-1920 : naissance de l’édition pour la jeunesse au Québec

En 1914 est publié Autour du foyer canadien, de Louis Boncompain, illustré par Edmond-Joseph Massicotte (Imprimerie du Messager, Montréal). Les textes sont extraits du Bulletin paroissial de l’Immaculée-Conception. L’ouvrage est disponible sur archive.org : https://www.archive.org/details/autourdufoyercan00mont

Le rôle de l’Église catholique dans l’émergence d’une littérature spécifiquement destinée à la jeunesse est déterminant au Québec : la Société Saint-Jean-Baptiste met en place à partir de 1916 un concours littéraire qui permet de publier chaque année un recueil de textes écrits pour la jeunesse et illustrés par des illustrateurs connus à cette époque, tels Jean-Baptiste Lagacé, Albert-Samuel Brodeur, Onésime-Aimé Léger. L’image est importante dans ces quatre recueils : La Croix du chemin (1916), La Corvée (1917), Fleur de lys (1918), Au pays de l’érable (1919).

Puis cette même société religieuse crée une collection de contes historiques (1919) et une revue, L’Oiseau bleu (1921), dont la mise en page, loin d’être moderne, s’inspire de l’imagerie d’Épinal.

Les illustrateurs, issus de la presse pour adultes, n’ont pas non plus un graphisme extrêmement novateur, en adéquation avec le discours très conservateur porté par ces premiers textes québécois pour enfants. Le principe de sérialité limite également la créativité des dessinateurs, dans un genre qui peine à s’émanciper.

1923-1930 : une phase d’autonomisation

1923 marque un tournant majeur avec la parution du roman Les Aventures de Perrine et de Charlot de Marie-Claire Daveluy, illustré par James McIsaac, publié en feuilleton dans la revue L’Oiseau bleu en 1921. Il s’agit du premier roman écrit pour des enfants et mettant en scène des personnages d’enfants. Cinq autres tomes ont suivi ce premier volume, créant un cycle de six romans, œuvre fondatrice du roman pour la jeunesse au Québec, abondamment réédité jusque dans les années 1960.

À partir de cette date, le champ littéraire se trouve progressivement investi par d’autres auteurs, essentiellement des femmes, pour une production toujours marquée par le nationalisme et le catholicisme. James McIsaac joue un rôle également fondamental : menant une double carrière professionnelle (il est aussi inspecteur à la prévention des incendies à Montréal), il devient l’illustrateur attitré de L’Oiseau bleu, dessinant les pages de couverture de 1921 à 1934. Il est le premier illustrateur qui consacre sa production à la littérature pour la jeunesse. Mais là encore, peu d’innovation graphique ou esthétique. Ses dessins au trait, à la plume et à l’encre (peu chers à reproduire par simple procédé photomécanique), très narratifs, reprennent les canons en vigueur depuis les années 1880, évoluant entre le stéréotype et la standardisation, notamment lorsqu’il représente des personnages féminins.

1930-1939, phase de modernisation

En 1926, la loi Choquette oblige les commissions scolaires à consacrer au moins la moitié du budget d’achat de livres de prix à des ouvrages produits au Québec. Dans ce contexte de défense contre les importations, les éditeurs voient s’ouvrir un marché lucratif. Un éditeur en particulier, Albert Lévesque, se distingue, jouant un rôle important de 1926 à 1937 : il s’agit du catalogue le plus important de la période, dont un tiers est consacré à la jeunesse (sur 250 titres). Albert Lévesque part d’emblée sur une conception moderne de l’édition, il pressent les besoins de la jeunesse. Il souhaite également promouvoir, par le livre, l’indépendance idéologique et économique du Canada français. Il divise son secteur jeunesse en deux catégories, enfants et adolescents. Mais il se dirige toujours vers le livre de prix, comprenant l’urgence de publier des textes récents et inédits. Il systématise l’insertion de l’image, avec des mediums innovants.

Ainsi, dans les collections « Les récompenses » et « Les romans historiques », parues après 1930, les couvertures sont illustrées en couleurs par Ivan Jobin ; Lévesque imprime parfois les textes en couleurs. Il recrute des jeunes illustrateurs, notamment des femmes, puisant le le vivier des premiers diplômés de l’école des Beaux-Arts de Montréal et de Québec (ouvertes en 1922 et 1923). Gravure sur bois, sur linoléum, eau forte (toujours en photo gravure !) marquent un renouveau technique. Les images gagnent un peu de liberté de ton par rapport au texte : elles sont davantage ancrées dans l’action (attaque, batailles, kidnapping, noyade, éboulements…), manifestent plus d’espièglerie, de mouvement, de souplesse, de simplification. On dépasse le simple souci d’édification pour aller vers une production plus audacieuse sur le plan graphique, avec une certaine influence du mouvement des arts déco. L’image devient alors un espace d’expérimentation artistique.

La situation du livre pour la jeunesse reste néanmoins difficile, elle peine à s’imposer et à se libérer du marché du livre de prix, donc de la tutelle moralisatrice de l’enseignement confessionnel. La Seconde Guerre mondiale ouvre une nouvelle ère : la France devient en effet alors un territoire ennemi, les relations commerciales sont interrompues, ce qui ouvre une ère de prospérité et de production locale. Dans les années 1940, l’édition pour la jeunesse s’ouvre enfin à l’album, notamment Ristontac d’Andrée Maillet.

 Compte rendu rédigé par Mathilde Lévêque, avec l’aide de Cécile Boulaire.

 

 

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.