Des jouets, des hommes et puis?

L’exposition « Des jouets et des hommes » du Grand Palais (Paris, 14 septembre 2011 – 23 janvier 2012) présente une impressionnante collection de jouets. Les pièces rassemblées reflètent l’histoire du jouet en Occident, depuis l’Antiquité jusqu’à la période la plus contemporaine. Ce n’est toutefois pas à une histoire du jouet que nous convie l’exposition. Bien au contraire, les différentes vitrines des six salles thématiques font s’entrechoquer les époques et les modes, créant des effets d’échos ou de contrastes intéressants. Les différentes générations de visiteurs y trouvent ou retrouvent des souvenirs d’enfance, une vieille dame revoit ses objets de communiante, un quadragénaire ses premiers playmobils et autres legos, une petite fille d’aujourd’hui les petshops et zhuzhu pets qui ont récemment colonisé sa propre chambre. Car il y a dans cette exposition un indéniable plaisir narcissique teinté de nostalgie. Le visiteur y retrouve « son » teckel en bois, « sa » barbie, « ses » playmobils. Mais qu’y trouvera le chercheur ?

La présentation de l’exposition, sur le site de la Réunion des Musées Nationaux, est pleine de promesses : « L’exposition interroge les rapports ambigus que les enfants entretiennent avec la reproduction en miniature du monde des grands. Comment s’emparent-ils de cette réalité à leur échelle, toujours imaginée par des adultes ? » Cette question liminaire, fort pertinente, peut-elle trouver sa ou ses réponses dans l’exposition ? Le visiteur peut en effet se trouver perplexe devant le peu d’explications fournies au fil des vitrines. Si un panneau général présente chaque salle thématique, aucun détail ne sera donné sur le fonctionnement, la création, le contexte des différents jouets, à de rares exceptions, sur lesquelles je reviendrai. En somme, peu de contenu dans les cartels, qui sont essentiellement descriptifs (provenance du jouet, matériaux, dates) et difficilement mis en relation avec les objets : chaque vitrine est reproduite sur un petit plan numéroté qui renvoie lui-même à la liste des cartels. La compréhension des très nombreuses pièces de l’exposition n’est donc pas aisée (pourquoi ne pas avoir numéroté les objets dans les vitrines, tout simplement ?). L’absence de contenu explicatif et scientifique accroit la perplexité du visiteur et ce dès la première salle. L’accueil se fait en effet autour du Père Noël et des figures tutélaires des étrennes comme Santa Claus. Mais qu’apprend-on sur le Père Noël ? On nous a raconté qu’il n’existait pas, mais c’était il y a longtemps déjà ; maintenant, on croit savoir que son manteau rouge et sa barbe blanche sont liés à une publicité pour une boisson, mais pourquoi un Père Noël tout vêtu de rouge étale-t-il sa longue barbe blanche sur des cubes allemands de la fin du XIXe siècle ? Le Père Noël existe alors ainsi en Allemagne ? Ce n’était pas Saint Nicolas ? Il faudra chercher ailleurs les réponses à ces questions.

Entrons dans la salle des animaux : là encore, les pourquoi se bousculent. Pourquoi rassembler les arches de Noé, les cirques et les ours en peluche dans une même salle ? Leur point commun est de mettre en scène des animaux, certes, mais alors, l’exposition se cantonnerait-elle à une approche des représentations ? Que devient la fonction du jouet ?

La question se fait plus pressante encore dans la salle des automates : sommes-nous même devant des jouets ? C’est alors que se pose la question fondamentale qui, telle un ver dans le fruit, rongera l’esprit du chercheur pendant le reste de sa visite : qu’est-ce qu’un jouet ? Les petites filles jouaient-elles avec les objets du culte miniatures qui devaient les préparer à leur première communion ? Qui joue avec quoi, pourquoi, quand et comment ? Qu’est-ce que jouer veut dire?

 

Les salles suivantes proposent une réponse extrêmement sexuée : il y a des jouets pour les petites filles et des jouets pour les petits garçons, dans des univers d’autant plus éloignés l’un de l’autre que la scénographie de l’exposition les sépare par un des escaliers monunentaux du Grand Palais. La salle des filles est rose, comme il se doit. Les poupées, leurs maisons, leurs trousseaux, sont sans conteste admirables, parfois fascinants. Un imposant « Barbie foot », œuvre de la designer Chloé Ruchon, à la frontière entre le jouet et l’art contemporain, interroge également les frontières des genres, par la collusion entre une icône de la féminité et un sport de bistrot. Cette piste amusante et intéressante ne semble toutefois pas guider les concepteurs de l’exposition, paradoxalement. La séparation entre féminin et masculin est au contraire fortement affichée, mais, là encore, est-elle vraiment convaincante ?

Un exemple montre les limites de cette approche : il s’agit des deux immenses poupées, France et Marianne, offertes aux petites princesses Elizabeth et Margaret à l’occasion d’un voyage officiel de leurs parents, souverains britanniques, en 1937. Il s’agit des rares jouets de l’exposition qui sont accompagnés de réelles explications et d’une contextualisation. Toutefois, suffit-il d’adresser une poupée à un enfant, fût-il royal, pour qu’elle devienne un jouet ? Les princesses ont-elles joué avec ces magnifiques poupées au trousseau princier ? L’objectif était-il ludique, diplomatique, publicitaire ? Allons plus loin : dans la salle des jouets présentés comme ceux des garçons sont rangés des véhicules tous plus fascinants les uns que les autres : une petite vespa à pédales, une Aston Martin (la réplique de celle de James Bond) créée pour le prince Andrew,

Exposition "Des jouets et des hommes" - Aston martin DB5- Réplique de la voiture de James Bond réalisée pour le prince Andrew d’Angleterre ©Photo Nicole Salez

un petit chariot dont on apprend (encore une information, elles sont si rares, soyons-y attentifs !) qu’il servait à transporter les deux poupées de la salle précédente, France et Marianne. L’univers ludique des filles et celui des garçons seraient-ils donc vraiment imperméables ? Pourquoi avoir séparé les poupées de leur chariot ? Cet exemple semble soutenir l’idée que les catégories ont ici été largement forcées. Tout près du fameux chariot, une petite voiture ayant appartenu au prince Charles avait comme précédent propriétaire… la princesse Elizabeth. Les petites princesses conduisent donc aussi des voitures à pédales.

Autre exemple montrant les contradictions d’un choix scénographique sexué : la salle « des garçons » expose de nombreux trains miniatures, rassemblant là encore des pièces exceptionnelles. Mais le couvercle d’une boîte datant du début du XXe siècle bouscule la logique de la longue vitrine : on y voit cinq enfants jouant avec de petits trains, deux garçons et… trois filles. Les filles ne conduisent donc pas seulement les voitures, elles dirigent aussi les trains: pourquoi alors avoir rangé les trains dans une salle si manifestement réservée aux jouets « masculins »?

Ces interrogations et ces questions sans réponse rendent le chercheur d’autant plus perplexe que les objets sont le plus souvent magnifiques, exceptionnels par leur rareté, leur originalité, leur histoire. Il sort un peu déçu, reste sur sa faim (malgré une salle finale sans jouet mais fascinante, dont le suspens ne doit pas être dévoilé). Chercheur en littérature, je ne saurai pas à quoi ressemble la poupée de Cosette, ni la vitrine de la boutique qui la fascine tant à Montfermeil, dans les années 1820. J’aurai une idée du trousseau de la poupée de Marguerite dans Les petites filles modèles mais je ne saurai pas pourquoi Paul est si fier dans son beau costume de zouave. Tant pis pour moi. L’acquisition du catalogue de l’exposition s’impose à coup sûr. En bleu ou en rouge (en rose?), au choix.

 Mathilde Lévêque

 

Des jouets et des hommes, Rmn, Grand Palais, 328 p., 700 illustrations.

 

Auteurs:

Bruno Girveau, conservateur en chef, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris,

Dorothée Charles, conservateur au département des jouets, Les Arts décoratifs, Paris.
Autres contributeurs :

Vincent Berry, Gilles Brougère, Jeanne Damamme, Véronique Dasen, Stephen Kline, Michel Manson, Helmut Schwarz


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ala dit :

    Critique tout à fait partagée !

  2. Il convient de ne jamais bouder son plaisir: l’exposition présentée en ce moment au Grand Palais a le mérite de montrer des pièces qui ravissent l’amateur, comme le spectaculaire « Humpty Dumpty Circus » fabriqué en 1903 par Schoenhut aux Etats-Unis (voir http://www.oldwoodtoys.com/schoenhut2.htm), un petit Jardin d’Acclimatation en figurines de métal édité par CBG en 1925, dans sa boite d’origine, ou de très beaux animaux stylisés de Joaquin Torres Garcia. Jouets ordinaires ou créations uniques d’artistes, jouets de série ou pièces destinées à un enfant d’exception, on trouve de tout… mais c’est justement là que le bât blesse. Les commissaires ont pris le parti du spectaculaire, au détriment d’un discours sur le jouet, son histoire et ses usages. C’est bien dommage : rien n’empêchait que les pièces réunies pour l’occasion soient accompagnées de cartels un peu plus riches, de panneaux offrant aux amateurs un regard moins passif sur les objets. Contrairement à une exposition de Beaux-Arts, qui peu supposer une pure contemplation esthétique, la réunion d’objets d’usage invite à une réflexion sur les pratiques culturelles inscrites dans l’histoire. Au Grand Palais, on reste sur sa faim… en attendant en effet de lire le copieux catalogue !

  3. Anne Larue dit :

    Déjà intituler l’expo « des jouets et des HOMMES » est très choquant aujourd’hui : cela fait montre d’une désuétude dommageable. Tant que le vocabulaire courant n’aura pas substitué l’usage du mot « humain » au mot « homme », rien ne risque d’avancer (malgré le remarquable barbie-foot !). La division sexuée des jouets demande une lutte encore quotidienne ; il faut bien prendre conscience que rien n’est gagné sur ce point, quand bien même Du côté des petites filles aurait déjà bien des années au compteur.

    Bref, marre de ces expositions sexistes !

  4. Gérard Mansoif dit :

    Expo pas à la hauteur de sa publicité , ne tient pas ses promesses ;
    Superficielle, peu didactique, aucune évocation de grandes marques aujourd’hui disparue ( euréka, gégé…)
    En somme ,très prétentieuse pour pas grand chose . A éviter !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *