Le nazisme raconté aux enfants d’Europe

Tel est le titre de la thèse de doctorat que soutiendra Véronique Médard à l’Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, le vendredi 14 octobre à 9h, sous la direction de Stéphane Michaud.

En voici le résumé:

Comment raconter le nazisme aux enfants ? En particulier comment trois auteurs de littérature de jeunesse : Hans Peter Richter (né en 1925, allemand) dans Damals war es

Friedrich [1961] et Wir waren dabei [1962], Joseph Joffo (né en 1931, français) dans Un sac de billes [1973] et Simon et l’enfant [1985] et Judith Kerr (née en 1923 en Allemagne et naturalisée anglaise après-guerre) dans When Hitler Stole Pink Rabbit [1971] et Bombs on Aunt Dainty [titre original : The Other Way Round, 1975] racontent-ils la guerre ?

Les romans relatent des expériences différentes de la guerre dans trois pays d’Europe. Chacun de ces romans a ses particularités liées à l’auteur et à l’histoire européenne. Les romans de Joseph Joffo se passent en France sous l’occupation allemande et le régime de Vichy ; ceux de Judith Kerr s’articulent autour de l’exil d’une famille juive allemande en Suisse, en France puis en Angleterre ; ceux de Hans Peter Richter racontent l’ascension du nazisme en Allemagne. Les romans ont eu des réceptions différentes dans les trois pays en fonction de l’histoire (événementielle et littéraire) et des attentes du public, qui était visé ou qui s’est approprié les oeuvres (par exemple : Un sac de billes et Simon et l’enfant ne sont pas parus en jeunesse à l’origine).

La dureté de la Deuxième Guerre Mondiale est rendue supportable par l’instinct de survie des héros : enfants comme tous les autres, ils sortent vivants et grandis des difficultés et des dangers qu’ils croisent. Ces romans font comprendre comment la passivité des hommes, ou leur laisser-faire, peut précipiter un pays dans l’horreur. Ils ont à la fois un rôle de mémoire collective et de préparation à la vie. La comparaison de ces romans permet de dégager des similitudes de structure (chronologie, volonté de clarté,…), des différences de contenu (liées notamment à l’histoire différente des auteurs) mais aussi des constantes philosophiques (réflexions sur la guerre, sur l’antisémitisme, sur les discriminations,…).

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search