Université d’automne de l’IICP

Littérature de jeunesse et musique

Eaubonne, 18 et 19 novembre 2011

L’Institut International Charles Perrault souhaite poursuivre son exploration des modalités et des enjeux de l’adaptation du livre de jeunesse, ainsi que celle de la sensibilisation de l’enfant à une pluralité de supports artistiques. Pour son projet 2011, en collaboration avec des partenaires tels que le Festival Théâtral du Val d’Oise dont le thème 2011 porte sur « Théâtres et Musiques en scène », l’Institut entend plus particulièrement aborder une thématique indissociable de la littérature de jeunesse, et pourtant encore sous-explorée, sur laquelle la réflexion avait déjà été lancée lors du colloque Musiques du texte et de l’image : la musique.

Deux journées seront ainsi consacrées, d’une part, à l’exploration des rapports de complémentarité entre texte et musique, et d’autre part à l’analyse de la dimension musicale du texte même de certaines œuvres pour la jeunesse.

De nombreuses œuvres pour la jeunesse sont en effet adaptées en comédies musicales ou en films ou dessins d’animation aux bandes originales riches et variées (Le Magicien d’Oz, Le livre de la jungle, Mary Poppins, Charlie et la Chocolaterie) : la « part ajoutée » de la musique à l’œuvre d’origine mérite d’être étudiée.  Les chansons, par exemple, sont-elles des « mises en musique » de passages préexistants, ou des créations ajoutées (par qui ? pourquoi? avec quel effet?) au texte initial. Quel statut ont-elles ? Quelle fonction remplissent-elles ? Plus généralement, la musique dans ce type de production a-t-elle le statut d’une simple « illustration sonore », d’un « accompagnement » des images et du scénario, ou joue-t-elle un rôle plus fondamental ? En quoi éclaire-t-elle, ou module-t-elle la perception que l’enfant peut avoir d’une œuvre qu’il connaît déjà ou qu’il découvre par la suite en tant que « texte brut » ? Et que penser aussi des évolutions techniques, éditoriales et commerciales qui conduisent à la production de produits multi-médiatiques (livre et CD/DVD, supports numériques intégrés, etc…) ? Ces questions amèneront à s’interroger sur les allers-retours entre livre et musique et sur la façon dont les deux média s’inspirent réciproquement et interagissent.

Il est tout aussi indispensable et fascinant de revenir sur la dimension « orale » intrinsèque à la culture de jeunesse dont après tout, les origines se trouvent, pour le jeune enfant, dans les berceuses et les comptines, puis dans les poésies, contes, ou autres histoires qu’on lui lit à voix haute, avant qu’il sache lire tout seul (et parfois après, notamment dans la culture anglo-saxonne). L’oralité et la musicalité des formes traditionnelles que sont la poésie et le conte seront naturellement abordées au cours des deux journées, mais on pourra aussi s’intéresser à des formes plus nouvelles, comme la pratique du ‘slam’, et s’interroger sur les traces qui subsistent de cette dimension d’origine (notamment en termes de rythmes et de modalités de composition) dans d’autres productions, en particulier dans le genre narratif. Quels rapports entretiennent écriture musicale et écriture littéraire ?  Les termes de « roman polyphonique » ou « d’écriture chorale », sont-ils appropriés pour décrire certains types d’œuvres ? Quelles sont les implications de ces choix d’écriture pour la réception des œuvres par les jeunes lecteurs à qui ils sont destinés ? Dans l’album, existe-t-il une musique de l’image ?

Enfin, on pourra aussi s’interroger sur la représentation du monde de la musique et des musiciens,  dans le documentaire comme dans la fiction.  Le pouvoir de la musique, si bien évoqué par le conte traditionnel du Joueur de Flûte d’Hamelin, est souvent repris dans des œuvres plus contemporaines, comme La chanson d’Hanna ou « Chante, Luna » où elle symbolise une certaine forme de résistance ou d’affirmation de l’individu. De la même façon,  le chœur ou l’orchestre, par leur statut de microcosme, peuvent aisément être utilisés par des romanciers et des cinéastes pour aborder les thématiques de l’exclusion et de l’inclusion, et du rapport de l’individu au groupe : les romans de William Mayne ou d’Antonia Forrest en fournissent une illustration dans le contexte britannique, tout comme le phénoménal succès du film Les Choristes, lui-même adapté d’un roman déjà porté à l’écran antérieurement, dans le cadre français.

Le programme complet est disponible ici:IICP Musique Litterature

http://www.institutperrault.org/pole-texte-image/luniversite-dete/ledition-2011


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *