La Préhistoire expliquée aux enfants

Exposition du 9 avril 2011 au 25 mars 2012

au Musée départemental de Préhistoire de Solutré

Merci à Alain Chiron de nous avoir transmis cette information.

Sur un espace d’environ 80 m2 au centre d’un musée situé près de Mâcon , il s’agit de répondre aux grandes questions que les enfants se posent sur la Préhistoire ; pour cela il est fait appel aux sens des enfants en multipliant les approches ludiques : jeux, observation, manipulation, découverte, toucher… Parmi les jeux proposés on relève un lancer virtuel de propulseur, et on peut voir des reconstitutions grandeur nature d’un renne et de deux squelettes (un ours des cavernes et un tigre à dent de sabre). Pour tester leurs connaissances, plusieurs QCM sont proposés au fil de l’exposition. La muséographie de l’exposition est adapté aux enfants : les salles et le mobilier sont de couleurs vives, les  textes des panneaux sont conçus pour être facilement accessibles aux enfants, les objets archéologiques sont présentés dans des vitrines à la taille des enfants.

La présentation des collections permanentes se développe en trois zones que l’on suit selon un parcours linéaire. La visite commence par des explications générales sur la préhistoire (chronologie, taille du silex, climats, faunes et végétations). Elle se poursuit avec la découverte du site de Solutré et se termine sur une présentation de l’art Solutréen (peintures, sculptures). Les objets exposés dans les vitrines sont entourés de cartes de croquis, de maquettes ou d’illustrations peintes, destinés à donner une image vivante de la vie des chasseurs préhistoriques de Solutré.

Le Musée Départemental de Préhistoire de Solutré a été inauguré en 1987, il a été crée sur l’initiative du Conseil Général de Saône-et-Loire. Le lieu découvert en  866 par Adrien Arcelin, a fait l’objet de nombreuses recherches qui se poursuivent encore aujourd’hui. Situé au pied même de la Roche de Solutré, le musée présente les collections d’un des plus riches gisements préhistoriques d’Europe : un site de chasse fréquenté pendant plus de 25 000 ans par des hommes du Paléolithique supérieur (de 35 000 à 10 000 ans avant J.C.) qui sont venus chasser, dépecer et boucaner des milliers de chevaux et de rennes. Il reste à cet emplacement une accumulation d’ossements qui est à l’origine de la célèbre légende des chevaux précipités par les chasseurs depuis le sommet de la roche. Cette fable trouve sa source dans le premier roman francophone prenant comme décor la Préhistoire, à savoir Solutré ou les chasseurs de rennes de la France centrale paru en 1872 sous la plume d’ Adrien Arcelin. C’est en réalité au pied de l’escarpement rocheux que les troupeaux étaient traqués puis abattus. Ce site de Solutré a servi de décor à un certain nombre de livre fictions pour la jeunesse se déroulant pas obligatoirement au temps de la Préhistoire, on pense bien sûr au tome Le Secret de Solutré  de la série des Rahan  mais on peut aussi lire Les Chevaux fantômes du Mâconnais Philippe Bouin et Le château fantôme de la Roche de Solutré de Sandrine Devlieger-Froissard qui font référence à ce lieu.  L’entrée est gratuite pour tous le premier dimanche de chaque mois, les autres jours les moins de 18 ans ne payent pas alors que les adultes doivent verser 3,5 € par personne.

Exposition LA PREHISTOIRE EXPLIQUÉE AUX ENFANTS du 9 avril 2011 au 25 mars 2012

Musée départemental de Préhistoire

71 960 SOLUTRE-POUILLY

Téléphone : 03 85 35 85 24

museesolutre@cg71.fr

www.musees-bourgogne.org

Ouvert tous les jours de 10 à 18h d’avril à septembre

Ouvert tous les jours de 10 à 12 h et 14 à 17h en octobre, novembre, janvier, février

Fermeture en décembre, le 1er janvier et le 1er mai

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.