Parution: Marie-Claire Martin et Serge Martin: « Quelle littérature pour la jeunesse? »

« 50 questions »

Klincksieck

198 pages 16 euros

ISBN: 978-2-252-03709-6

S’appuyant sur une histoire longue, la littérature de jeunesse est un secteur important de l’édition. D’emblée internationale et profondément renouvelée depuis les années 70, elle conteste les frontières des genres en mêlant traditions et innovations.

Cet ouvrage observe ce que devient la littérature avec la littérature de jeunesse, aujourd’hui plus qu’hier. Se référant aux œuvres incontournables, il montre la force de l’oralité, en écriture et en lecture, en texte et en image.

Des rêveries aux aventures, des comptines aux contes, des témoignages aux fictions, une anthropologie poétique se dessine : quelle littérature… pour la jeunesse ? Celle qui toujours commence !

Marie-Claire Martin, formatrice à l’IUFM de Versailles, a enseigné la littérature de jeunesse à l’Université de Cergy-Pontoise.

Serge Martin, enseignant-chercheur en littérature française contemporaine à l’Université de Caen-Basse-Normandie, est rédacteur à la revue Le Français aujourd’hui et écrivain sous le nom de Serge Ritman.

SOMMAIRE:

1. La littérature de jeunesse est-elle un genre ?

2. Pourquoi la confusion règne-elle entre les genres en littérature de jeunesse ?

3. La fable est-elle le genre de prédilection de la littérature de jeunesse ?

4. L’ethnographie peut-elle comprendre la transmission des cultures enfantines ?

5. Y a-t-il une poésie pour enfants ?

6. Qu’est-ce qu’un classique en littérature de jeunesse?

7. Comment la répétition se transforme-t-elle en rythme?

8. La littérature de jeunesse est-elle devenue pure distraction ?

9. Roald Dahl est-il politiquement correct ?

10. Les contes d’avertissement sont-ils réductibles à leur morale ?

11. La littérature de jeunesse est-elle vouée à la scolarisation?

12. Les grands éditeurs peuvent-ils ignorer les petits lecteurs ?

13. Doit-on associer raison et rêverie en littérature de jeunesse ?

14. La fable est-elle forcément moralisatrice ?

15. La morale des fables est-elle un leurre ?

16. La littérature de jeunesse est-elle toujours du côté du plaisir ?

17. L’écriture à haute voix permet-elle aux adolescents de muer ?

18. Les jeux dont vous êtes le héros sont-ils sans enjeu ?

19. Quel rapport y a-t-il entre la construction de l’Europe et le Père Castor ?

20. Que faire quand un livre vous saute à la figure ?

21. Ce qui a disparu peut-il rester vivant ?

22. La vraie vie est-elle dans les livres ?

23. Surprises et bêtises rythment-elles la littérature de jeunesse ?

24. Parler comme un enfant assure-t-il du succès en littérature de jeunesse ?

25. La quête d’identité est-elle consubstantielle à la narration ?

26. Pourquoi la quête d’altérité construit-elle l’identité jusque dans la prosodie ?

27. Les voyages forment-ils toujours la jeunesse ?

28. Le post-colonialisme est-il condamné à la déconstruction du savoir ?

29. Comment l’écoute prend-elle corps ?

30. Faut-il égaliser les voix pour construire l’égalité ?

31. Grandir demande-t-il parfois de rapetisser ?

32. Le critère de vérité suffit-il pour évaluer la littérature de jeunesse ?

33. Les documentaires sont-ils les seuls à faire découvrir le monde à leurs lecteurs ?

34. L’horizon d’attente est-il l’âge de raison de la littérature de jeunesse ?

35. Pourquoi l’approche thématique est-elle dominante ?

36. Faut-il marcher pour entrer en littérature de jeunesse ?

37. Un livre d’art pour enfants apprend-il à mieux se dire  ?

38. Comment les textes ont-ils des rapports avec les images ?

39. Les albums ont-ils toujours un texte ?

40. Les albums sont-ils réservés aux lecteurs débutants ?

41. Peut-on lire des romans dès 7 ans ?

42. L’autofiction en littérature de jeunesse se réduit-elle aux souvenirs d’enfance ?

43. L’enfantin est-il condamné à l’infantilisation ?

44. Le roman de formation contredit-il sa vocation éducative ?

45. Pierre lapin est-il un enfant terrible pour l’éducation rationnelle?

46. Pourquoi le Petit Chaperon Rouge est-il toujours bien vivant ?

47. Les pères sont-ils de grands enfants en littérature de jeunesse ?

48. Les monstres sont-ils fréquentables en littérature de jeunesse ?

49. Pourquoi certaines œuvres lues dans l’enfance restent-elles actives toute une vie ?

50. Le lecteur de littérature de jeunesse a-t-il de l’avenir ?

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.