« Le Grand Jeu et le Pays Perdu », Cahiers Robinson n°25

Le nouveau numéro des Cahiers Robinson, le n°25, Le Grand Jeu et le Pays Perdu, vient de sortir.

Il est issu de deux projets distincts au départ et aujourd’hui rapprochés, non sans une part d’arbitraire qui tient au processus même de la lecture. En première intention, il s’agissait de s’intéresser au « territoire » d’André Dhôtel, à entendre comme un espace relevant d’une géographie rêvée, le plus souvent marquée du sceau de l’enfance, ainsi que chez la plupart des romanciers étiquetés « régionalistes » et qui semblent bien plutôt vouloir circonscrire un territoire en référence à ce que l’on pourrait désigner comme un programme bachelardien. Selon la « philosophie ontologique de l’enfance » développée par Bachelard, en effet, l’enfance prend un caractère durable et une dimension plus spatiale que temporelle, et l’on pourrait dire qu’elle ne cesse de s’étendre en nous, qu’elle grandit au fur et à mesure, comme une création de l’âge adulte, selon un processus que le philosophe admire tout particulièrement dans l’œuvre d’Henri Bosco, citant cette phrase étonnante de Hyacinthe : « je retenais d’une mémoire imaginaire toute une enfance que je ne me connaissais pas encore et que cependant je reconnaissais ».

Elle est aussi un « pays perdu », et cette expression ne peut se lire sans référence au Grand Meaulnes, même si Dhôtel récusait toute proximité avec Alain-Fournier. Il ne s’agit donc pas d’influences mais de lectures qui se construisent au travers de rapprochements quelquefois arbitraires, l’appellation « pays perdu » apparaissant elle-même selon le mode d’une fausse évidence. Alain-Fournier dit le Pays perdu comme il dit le Grand jeu, formule aussi suggestive mais sans définition précise.

Dans Kim de R. Kipling, le « Grand Jeu » désignait l’espionnage, l’exploration de l’Inde et sa cartographie secrète. Cette expression réapparaît curieusement dans Le Grand Meaulnes quand Frantz de Galais lance une attaque contre l’école, précisément pour retrouver une carte qui ne sera jamais achevée. Frantz de Galais se contente d’y ajouter quelques indices, comme s’il s’agissait d’un jeu de piste. Cette façon de faire est systématique chez Dhôtel, où toute indication donnée au héros reste à déchiffrer. Mais dans la collection « Signe de Piste » on trouvera aussi un Grand jeu de Jean Valbert et un Jeu sans frontière de Dalens et Foncine. Le roman « scout » se développe dans un « pays perdu » où l’attrait du sauvage doit à Kipling, dans des forêts qui n’en finissent pas mais au plus près, comme le Domaine mystérieux du Grand Meaulnes et qui est l’espace où l’enfance désire se prolonger, au travers d’un jeu « dramatique », d’un théâtre total, celui qui sera rêvé notamment par Léon Chancerel.

Plus généralement, c’est une certaine idée de l’aventure, de son rêve et de sa possibilité ou de son impossibilité qui est ici posée, au travers d’auteurs que rien ne relie sinon cette recherche, avec une attention particulière pour les « territoires » d’André Dhôtel.

Sommaire

Francis Marcoin: S’aventurer

Christian Chelebourg: Du « noble jeu » au « grand jeu « , Poétique de l’espace ludique

Virginie Douglas: Exploration et motif du Grand Jeu dans Kim de Rudyard Kipling

Laurent Déom: Jean-Louis Foncine, éléments pour une poétique du « Pays perdu »

Bruno Tritsmans: Grand jeu et jeux étranges. La poétique du vitrail chez André Dhôtel

Danièle Henky: Fertiles « terres noires » du Pays où l’on n’arrive jamais

Patrick Antoniol: L’aventure cantonale

Philippe Blondeau: Frontières de l’enfance chez André Dhôtel

Edith Perry: La voie ferrée dans Le Train du matin d’André Dhôtel

Évelyne Thoizet: Dérèglements du récit d’aventures : temps morts, temps vides et vacances

Isabelle Roussel-Gillet: Le dilettante et le champignon

____

Varia

Les « varia » font place à deux articles distingués par le jury du Prix Charles Perrault, celui de Gérard Gélinas, Le blog des jeunes perraltistes, et celui de Patrick Joole, Le motif de l’eau dans les albums d’Anne Brouillard.

Dans la rubrique « Enfances au cinéma »: Nathalie Dupont, Les adaptations cinématographiques de la littérature pour jeunes

—–

Prochains numéros:

n°26, 2009: A l’école Prévert

n°27, 2010: L’Imaginaire des anges, archanges et super-héros, numéro réalisé en collaboration avec le Scriptorium d’Avranches, qui organise une exposition sur ce sujet.

n°28, 2010: Cartes et plans en littérature de jeunesse

n°29, 2011: Le roman scolaire


Les Cahiers Robinson sont produits dans le cadre de l’unité de recherches « Textes & Cultures », axe « Littératures et cultures de l’enfance ».

Ils peuvent être achetés au n° en s’adressant à l’adresse suivante:

Université d’Artois

Recherche Lettres

9 rue du Temple

62030 Arras Cedex

et en joignant un chèque de 16 euros à l’ordre de « agence comptable de l’université d’Artois. L’abonnement pour deux n° est de 30 euros.

Les n° 1 à 22 sont à 14 euros.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search