Gerda Muller ou la poésie de la réalité

Exposition au Centre de l’illustration de Moulins

Source: CRILJ

Le Centre de l’Illustration propose une exposition consacrée à l’imagière – elle préfère ce terme à celui d’illustratrice – Gerda Muller dont le style a été qualifié de naturaliste et qui témoigne de l’héritage d’une longue tradition picturale néerlandaise.

Cette exposition est l’occasion de découvrir le talent d’une artiste qui crée avec le souci de l’enfant, toujours, comme si l’un d’eux était constamment penché au-dessus de son épaule quand une image se fait entre ses doigts. Parce que l’enfant et l’enfance sont au coeur de son oeuvre et que le soin de la transmission est une visible constante de son travail. A travers plus de 300 oeuvres, l’exposition révèle tout l’art capital de  cette  “poésie de la réalité” de Gerda Muller : les images des contes, celles qui évoquent la nature, la campagne, un jardin dans la ville, les animaux jusqu’à l’évocation de son intimité, depuis les photographies de son enfance hollandaise jusqu’aux visages de ses filles et de son petit fils Stéphane, dont elle aime à parler et qui ont inspiré souvent la silhouette des enfants dans ses albums. Au fil du parcours, le visiteur découvre également des terres cuites et une série de grands dessins réalisés par l’artiste.
Née en 1926 à Naarden, aux Pays-Bas, Gerda Muller garde de son enfance le souvenir de longues et délicieuses heures passées en improbables jardinages et peurs imaginaires dans le jardin familial, avec ses deux frères et sa soeur et celui, non moins heureux, des moments où elle accompagnait au piano ses frères flûtiste et violoniste. Elle garde aussi le souvenir des marais, de leurs roseaux, le bruit des patins sur la glace et les premières images précieuses : celles d’Arthur Rackham, celles d’Elsa Beskov, celles de Béatrix Potter. Les images des aventures de Winnie the Pooh et, plus tard, les albums du Père Castor illustrés par Rojan, notamment, la fascinent.
Vers 12 ans, elle a déjà le ferme désir de fabriquer des livres pour les enfants. Elle  suit des cours à la Rietveld Akademie d’Amsterdam. A Paris, où tout l’étonne, elle suit des cours à l’atelier de Paul Colin et à l’Ecole Estienne. Bientôt, elle dépose un projet de livre à l’Atelier du Père Castor, seul éditeur dont elle trouve le souci de l’enfance proche du sien. Elle y rencontre l’éditeur Paul Faucher et bien d’autres. Ce sera le début d’une longue collaboration. La Bonne journée paraît en 1951, Marlaguette en 1952. Un travail rigoureux commence, dans un contexte de contraintes éditoriales déjà lourdes, dans un atelier où les conseils s’échangent avec plaisir. De nombreux croquis sont souvent nécessaires.
Gerda Muller travaillera aussi pour des livres de classe édités par Belin, pour Gautier-Languereau chez qui elle illustre des contes qu’elle apprécie, ceux de Grimm  (Les Musiciens de la ville de Brême), d’Andersen, de Marie Tenaille, d’après Goethe (L’Apprenti sorcier) comme, pour Bayard, pour l’éditeur allemand Ravensburger, pour l’Ecole des loisirs. Les techniques utilisées sont diverses : plume (encre noire ou sépia)  et aquarelle pour les sujets qui exigent la précision du trait et permettent de montrer beaucoup de détails, la gouache, combinée avec des crayons de couleurs, la peinture à l’huile, la lithographie, le goût plus récent pour le pastel sec.
La donation de François Faucher, fils de Paul, à la Médiathèque intercommunale de Meuzac, à Forgeneuve (87), permettent de voir les premiers travaux de Gerda.

Centre de l’illustration de Moulins (Allier)
Hôtel de Mora – 26 rue Voltaire – 03000 Moulins

du 9 avril 2010 au 18 septembre 2011
exposition ouverte tous les jours sauf le lundi
de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures,
de 14 heures  à 18 heures  les dimanches et jours fériés.
entrées : 5,00 € (plein tarif) et 2,50 € (demi tarif)
gratuit pour les moins de 12 ans

Marie-Pierre Litaudon

Docteur en littératures comparées. Université Rennes 2 Membre du laboratoire CELLAM Chercheur associé à l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine (IMEC)

More Posts


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anne-Sophie Mannoni dit :

    A voir vraiment car les dessins (elle dit qu’elle fait des images !) de Gerda MULLER sont si joyeux, proches du Vivant et pleins de vie qu’ils vous contaminent

  2. RIVIERE dit :

    du 8 novembre 2010 au 18 septembre 2011 : il y a une petite erreur, c’est 8 avril 2011, non ?

    En dehors de cela, je souhaitais remercier Gerda Muller pour sa remarquable fraîcheur, la poésie est dans chaque dessin, dans chaque image. Vous êtes merveilleuse, Madame, merci aussi pour la disponibilité dont vous avez fait preuve tant lors de la visite que lors de la signature de vos livres.

  3. loui-marie 92 dit :

    La lecture des livres illustrés par Gerda procure un bonheur merveilleux, mais contempler les originaux ou créations de cette grande Dame de l’illustration, qui a séduit plusieurs générations, est un plaisir ineffable : la lumière, la texture,la précision du trait, confondante, montrent un art de miniaturiste tant dans le domaine animal que végétal. Il faut absolument se rendre à Moulins cet été, vous serez totalement séduit et garderez à l’esprit bien des trésors.
    Un admirateur de toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.