Appel à contributions : Littérature de jeunesse et écriture de soi

Le comité de rédaction de Relief – Revue électronique de littérature française
(revue-relief.org) vous invite à proposer des contributions pour un dossier
thématique sur les rapports entre littérature de jeunesse et écriture de soi.
Ce dossier sera dirigé par Régine Battiston et Arnaud Genon – Institut de
recherche en langues et littératures européennes – ILLE UR 4363 – Université
de Haute-Alsace. Date limite pour l’envoi des propositions: 1er juillet 2024.

Le vaste champ autobiographique a fait l’objet, depuis les années soixante-
dix, de nombreuses études. Les travaux portant sur la question ont permis de
cartographier différentes pratiques telles que le roman autobiographique dans
lequel un auteur retrace la vie d’un personnage duquel il se distingue, mais
avec qui il partage de nombreux biographèmes. À côté des journaux intimes et
des Mémoires, genres clairement identifiables, se développe une nouvelle
approche de l’autobiographie qui se caractérise, elle, par le pacte théorisé
par Philippe Lejeune en 1975. Ce pacte repose sur l’identité onomastique de
l’auteur, du narrateur et du personnage et sur l’engagement de l’auteur à ne
raconter que la stricte vérité. Dans le tableau classificatoire que propose
Lejeune, subsiste une case aveugle : « Le héros d’un roman déclaré tel, peut-
il avoir le même nom que l’auteur ? Rien n’empêcherait la chose d’exister, et
c’est peut-être une contradiction interne dont on pourrait tirer des effets
intéressants. Mais, dans la pratique, aucun exemple ne se présente à l’esprit
d’une telle recherche » (Lejeune, Le pacte autobiographique, Seuil, coll.
Points Essais, 1996, p.31). Serge Doubrovsky, alors en pleine rédaction de
Fils (Galiléé, 1977) comprend que son entreprise comble un vide théorique et
propose le néologisme « autofiction » pour qualifier sa propre pratique. Il
s’agit pour l’écrivain-théoricien d’écrire sa vie (en son nom propre) en
empruntant les procédés du roman et en s’autorisant l’apparition de « pellicules de fiction » (l’expression est de Hervé Guibert). Il théorise ainsi
une nouvelle approche de l’écriture de soi – entre fictionnel et factuel – qui
nourrira le champ critique pendant plusieurs décennies : « Autobiographie ?
Non, c’est un privilège réservé aux importants de ce monde, au soir de leur
vie, et dans un beau style. Fiction, d’événements et de faits strictement
réels ; si l’on veut, autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à
l’aventure du langage, hors sagesse et hors syntaxe du roman, traditionnel ou
nouveau. » (Doubrovsky, Fils, 1977). Si les définitions de l’autofiction
varient selon des acceptions étroites (Jacques Lecarme, Philippe Gasparini) ou
beaucoup plus larges (Vincent Colonna), elles révèlent tout autant l’intérêt
porté par les chercheurs à la question des écritures de soi que la variété des
pratiques qui investissent les frontières toujours plus poreuses de la fiction
et de la non-fiction. Cette littérature du moi s’est par la suite enrichie de
nouvelles dénominations, parmi lesquelles le récit transpersonnel (récit
autobiographique à visée sociologique) ou encore les « romans du Je » (Philippe Forest), traduisant ainsi une effervescence tant théorique que
pratique.

Ce retour de l’auteur semble cependant n’avoir que rarement franchi les
frontières de la littérature de jeunesse puisque l’autobiographie n’y est
encore aujourd’hui présente que de manière marginale. Le pacte de vérité et de
transparence que postule le genre semble, a priori, difficilement conciliable
avec un public de jeunes lecteurs que l’on souhaite généralement préserver et
protéger de ce que la vie peut avoir de plus dur. En effet, tout dire signifie
dévoiler les violences subies, morales et/ou physiques, la sexualité, les
douleurs, la maladie, la mort et ce, parfois sans pudeur, de manière crue ou
abrupte. Autant d’éléments que la loi de 1949 relative aux publications
destinées à la jeunesse a longtemps exclu de son champ au motif que cela était
de nature à « démoraliser l’enfance ou la jeunesse ». Cette même loi, modifiée
en 2011, prohibe, quant à elle, des textes « de nature à nuire à
l’épanouissement physique, mental ou moral de l’enfance ou la jeunesse ». Si,
pour ces raisons, les confessions réelles sont relativement rares ou
clairement édulcorées (on pense cependant à quelques textes « canoniques »
tels que Poil de Carotte de Jules Renard (1894) la trilogie de Marcel Pagnol
initiée par La Gloire de mon père (1957), À la guerre comme à la guerre de
Tomi Ungerer (1991), Voyage à Pitchipoï de Jean-Claude Moscovici (1995), ou,
en littérature étrangère Journal d’Anne Frank (1947), Moi Boy de Roald Dahl
(1984), et plus proche de nous encore le Journal de Zlata (1991), il n’en
reste pas moins que les dispositifs autobiographiques au sens large de
l’expression (narration à la première personne, journaux intimes, échanges
épistolaires) ont été, eux, largement exploités dans des œuvres romanesques
par des auteurs qui souhaitent créer entre leurs personnages et les lecteurs
un lien étroit, intime que cette écriture fictionnelle et donc faussement
autobiographique permet. En témoignent notamment les romans de formation,
initiatiques ou d’apprentissage, destinés à de jeunes lecteurs et qui, depuis
la fin du XVIIIe siècle, relatent, dans des récits adoptant les codes de
l’autobiographie, la vie de jeunes personnages fictionnels (Sans famille
(1878) d’Hector Malot, par exemple). Plus proche de l’autobiographie, mais
n’assumant cependant pas ce positionnement générique (absence de pacte), se
trouvent des textes qui fictionnalisent ou romancent la vie de l’auteur (Le
Gone du Chaâba
(1986), d’Azouz Begag).

Aussi, c’est peut-être parce que la vérité crue ne peut être dite que les
auteurs pour la jeunesse en passent par des autobiographies déguisées,
édulcorées, qui portent le masque de la morale et de la fin heureuse. La
simulation ou dissimulation, la réécriture, la transformation, le
travestissement du réel, sa métaphorisation, sa fabulation dans des pratiques
d’ordre autofictionnel (qui se permettent de petits arrangements avec le réel
ou le reconfigurent à des fins romanesques1) sont parfois les biais qui permettent de rendre les récits crédibles, accessibles ou conformes aux
attentes du public visé ainsi que des prescripteurs de cette littérature
(parents, enseignants, bibliothécaires…).

En France, le genre de l’autobiographie écrite pour la jeunesse s’est
développé durant les 20 dernières années et des collections entières lui ont
été dédiées (on pense notamment à la collection « Confessions » créée au début
des années 2000, aux éditions De la Martinière). Comment expliquer ce succès ?

Il sera intéressant d’étudier, dans les littératures française et francophone
et éventuellement en comparaison avec des pratiques européennes, la manière
dont le « moi » peut s’écrire dans des livres destinés à un jeune public,
comment ces textes parviennent à faire entendre la voix de l’enfant et voir
l’univers de l’enfance à travers le narrateur adulte, qu’il s’agisse d’une
enfance blessée ou heureuse. L’univers créé montre parfois le poids des
coutumes, des malentendus, des règles familiales et sociales, les blessures et
dommages causés par le comportement des adultes, la souffrance des enfants et
leur possible résilience.

Par ailleurs, il faudra envisager tout le pan de la littérature de jeunesse
qui utilise les dispositifs énonciatifs ou génériques propre au genre
autobiographique au service d’une littérature pourtant totalement fictionnelle
dans laquelle le monde imaginaire ou imaginé transcende le réel, et permet aux
jeunes lecteurs de s’identifier à l’histoire des personnages mis en scène (la
série Journal de Gurty de Bertrand Santini, ou la série Journal d’un dégonflé
de Jeff Kinney). En ce sens, ces récits participent à la construction de
l’identité du lecteur à travers celle de l’enfant ou des scénarios mis en
scène dans le texte qu’il tient entre ses mains. Ils mettent aussi en lumière
les discours et les représentations de l’enfance à travers le temps. Ce
travail d’analyse sera d’autant plus apprécié que l’intérêt porté à ces
questions ne se résume souvent qu’à quelques pages dans les écrits théoriques
consacrés à la littérature de jeunesse (Daniel Delbrassine, Le roman pour
adolescent aujourd’hui : écriture, thématiques et réception
, SCÉRÉN-CRDP de
l’académie de Créteil, 2006, Christian Chelebourg, Francis Marcoin, La
littérature de jeunesse
, Armand Colin, 2007, Nathalie Prince, La littérature
de jeunesse
, Armand Colin, 2021)… quand il n’est pas totalement passé sous
silence.

Le questionnement pourra notamment porter sur les projets autobiographiques ou
autofictionnels des littératures envisagées, sur les procédés narratifs mis en
œuvre (perspective et point du vue, problématique des espaces et des
temporalités choisies…), sur la manière de parler de soi en construisant son
discours, ce qui constitue un frein aux confessions, ce qui distingue les
paroles et les intentions.

La relation au lecteur dans la littérature de jeunesse autobiographique pourra
aussi faire l’objet d’analyses : un auteur s’adressant à un jeune lecteur
adopte-t-il les mêmes modalités d’écriture que s’il s’adresse à un adulte ?
Ce questionnement rejoint celui lié aux stratégies éditoriales : quelles sont
celles qui facilitent l’accès à ces confessions ? En lien direct avec ces
questions, on pourra par ailleurs s’interroger sur les raisons pour lesquelles
le corpus d’une littérature ouvertement autobiographique est limité quand
destiné à de jeunes lecteurs alors qu’au contraire, depuis la fin des années
70, il est en pleine expansion dans le domaine de la littérature dite
générale. Les jeunes lecteurs se désintéressent-ils des expériences de leurs
ainés ? Dans quelle mesure l’épistolaire, l’autobiographie et la confession
sont encore adaptés aujourd’hui au jeune lectorat, alors que l’univers de la
fantasy, de l’heroic-fantasy, de la romance ou celui des mangas – pour ne
citer que les plus visibles – captent une majorité de jeunes lecteurs ? Que
dire enfin des stratégies éditoriales (paratexte, péritexte, illustrations…)
mises en œuvre au service de cette littérature du « moi » ?

Une fois envisagés ces aspects théoriques, il serait intéressant d’ouvrir un
volet plus précisément didactique qui interrogerait, par exemple, la manière
dont s’enseigne une littérature autobiographique (ou se présentant comme
telle) auprès de jeunes lecteurs. Quels sont les enjeux d’une didactisation de
ces écritures du « je » ? La réception de textes appartenant à ce genre fait-
elle l’objet d’approches particulières dans les classes où elle est
enseignée ? En quoi ces textes peuvent-ils aussi constituer un outil
didactique intéressant, permettant de favoriser la mise en écriture des
élèves ? Les propositions d’article dans ce sens viendraient compléter et
renouveler les travaux déjà menés en 2001.

Afin d’élargir cette réflexion on pourrait questionner le rapport entre ces
écritures de soi et les pratiques médiatiques contemporaines, notamment de
présentation de soi, de partage de l’expérience sur les réseaux sociaux :
quels sont les impacts de ces pratiques sur la manière dont est abordée la
littérature de jeunesse, comment se positionne-t-elle par rapport à ces
enjeux/objets ? 

Les contributions, en français ou en anglais, porteront de préférence sur un
corpus francophone. Des liens ou comparaisons avec des œuvres étrangères
permettront éventuellement de faire émerger des convergences ou des
particularismes.

Date limite pour l’envoi des propositions: 1er juillet 2024. 

Les auteurs des propositions retenues devront soumettre l’article complet (de
6000 à 8000 mots) en respectant la feuille de style de Relief pour le 1er
décembre 2024. Conformément au protocole de la revue, les contributions seront
soumises à une évaluation en double aveugle pour publication dans Relief en
septembre 2025. Merci d’envoyer une proposition d’environ 300 mots,
accompagnée d’une brève notice biobibliographique à la revuerelief@gmail.com
ainsi qu’à ecrituredesoi2024.ille@uha.fr

À propos de la revue 

Relief – Revue électronique de littérature française est une revue
scientifique internationale évaluée par les pairs et consacrée aux études
littéraires et culturelles. Son périmètre historique est ouvert, pourvu qu’il
soit en relation avec des corpus de langue française. Relief est un lieu de
rencontre de l’étude des littératures, des textes et des discours. Bilingue
(français-anglais) et pionnière, Relief est une revue numérique et en accès
libre depuis son premier numéro publié en 2007. La revue Relief est publiée
deux fois par an. Les numéros sont organisés par thème ou par monographie,
mais chaque numéro réserve un espace aux contributions diverses ainsi qu’aux
comptes rendus de lecture. Site web : www.revue-relief.org.

Bibliographie théorique liée aux genres autobiographiques

Allamand Carole, Le « Pacte » de Philippe Lejeune ou l’autobiographie en
théorie
, édition critique et commentaire, Honoré Champion, 2018.

Burgelin, Claude, Grell, Isabelle, avec la collaboration de Roger-Yves Roch,
Autofiction(s), actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Lyon, PUL, 2010.

Colonna, Vincent, Autofiction & autres mythomanies littéraires, Auch,
Tristram, 2004.

Forest, Philippe, Le Roman, le je, Nantes, Éditions Pleins Feux, 2001.

Forest, Philippe, Les Romans du Je (avec Claude Gaugain), « Horizons
comparatistes », Pleins Feux/ Université de Nantes, Nantes, 2001.

Gasparini, Philippe, Autofiction – Une aventure du langage, Paris, Seuil,
Poétique, 2008.

Gasparini, Philippe, Est-il je ? Roman autobiographique et autofiction, Paris,
Seuil, Poétique, 2004.

Genon, Arnaud, Autofiction : pratiques et théories (Articles), Mon Petit
Editeur, coll. Essai, 2013.

Lecarme, Jacques ; Lecarme-tabone, Éliane, L’Autobiographie, Paris, Armand
Colin, 1997.

Lejeune, Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975.

Lejeune, Philippe, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971.

Bibliographie littérature de jeunesse

Chelebourg, Christian et Marcoin, Francis, La Littérature de jeunesse, Paris,
Armand Colin, 2007.

Diament, Nic, Histoire des livres pour les enfants : du Petit Chaperon rouge à
Harry Potter,
Montrouge, Bayard éditions, 2008.

Escarpit, Denise, La littérature de jeunesse, itinéraires d’hier à
aujourd’hui
, Paris, Magnard, 2008.

Lévêque, Mathilde, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans
l’entre-deux-guerres
, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.  

Lévêque, Mathilde, Histoire de la littérature allemande pour la jeunesse,
Vincennes, Editions Thierry Marchaisse, 2017.

Mas, Marion et Mercier-Faivre, Anne-Marie (Dir.), Écrire pour la jeunesse et
pour les adultes. D’un lectorat à l’autre
, Classiques Garnier, Collection
Rencontres, n° 459, 2020.

Nières-Chevrel, Isabelle, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris,
Didier, 2009.

Nières-Chevrel, Isabelle, et Perrot, Jean, Dictionnaire du livre de jeunesse,
Paris, Editions du cercle de la librairie, 2013.

Nières-Chevrel, Isabelle, Littérature de jeunesse : incertaines frontières,
Actes du colloque de Cerisy la Salle (5-11 juin 2004), Paris, Gallimard
jeunesse, 2005.

Pham Dinh, Rose-May et Douglas, Virginie (Dir.), Histoires de famille et
littérature de jeunesse / Family Stories and Children’s Literature. Filiation,
transmission, réinvention ? / Parentage, Transmission or Reinvention?
, Peter
Lang, collection “Recherches comparatives sur les livres et le multimédia
d’enfance”.

Poslaniec, Christian, Des Livres d’enfants à la littérature de jeunesse,
Paris, Découvertes Gallimard, Bibliothèque nationale de France Littératures,
2008.

Prince, Nathalie, Thiltges, Sébastian, Eco-graphies : écologie et littératures
pour la jeunesse
, Presses Universitaires de Rennes, PUR, coll.
“Interférences”, 2018.

Prince, Nathalie, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2021 (3e
édition).

Prince, Nathalie (Dir.), La littérature de jeunesse en question(s), Rennes,
Presses Universitaires de Rennes, 2009.    

Schneider, Anne  et Jeannin, Magali (Dir.), Littératures de l’altérité,
altérités de la littérature
, collection Dyptique, Université de Namur, 2020.

Soriano, Marc, Guide de la littérature pour la jeunesse : courants, problèmes,
choix d’auteurs
, Paris, Flammarion, 1975 (Delagrave, 2002).

Littérature de jeunesse et didactique

Ahr, Sylviane et Mongenot, Christine (Dir..), (D)Écrire, prescrire,
interdire : les professionnels face à la littérature de jeunesse aujourd’hui
,
2016.

Bishop, Marie-France et Penloup, Marie-Claude (Dir.), Repères, recherches en
didactique du français langue maternelle
, n°34, 2006.

Dulibine, Chantal, Grosjean, Bernard, Coups de théâtre en classe entière, CRDP
de Créteil, 2004.

Hamaide-Jager, Eléonore, « La mise en abyme de la lecture ou comment l’album
peut former son lecteur ? », in Christiane Connan-Pintado, Florence Gaiotti et
Bernadette Poulou (éd.), L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles
formes, nouveaux lecteurs ?
, Actes du colloque de Bordeaux des 28, 29 et 30
novembre 2007, Presses Universitaires de Bordeaux, Modernités, n° 28, novembre
2008, p. 225-235.

Houvel, Christine et Poslaniec Christian, Activités de lecture à partir de la
littérature de jeunesse
, Paris, Hachette éducation, 2000.

Langbour, Nadège, Littérature de jeunesse : la construction du lecteur,
L’Harmattan, 2020.

Massol, Jean-François, et Quet, François (Dir.), L’auteur pour la jeunesse, de
l’édition à l’école
, Grenoble, ELLUG, 2011.

Poslaniec, Christian, Pratique de la littérature de jeunesse à l’école, Paris,
Hachette, 2002.

Roques, Marie-Hélène (Dir.), L’autobiographie en classe, Delagrave/CRDP Midi-
Pyrénées, 2001.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 14 mai). Appel à contributions : Littérature de jeunesse et écriture de soi. Le magasin des enfants. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nz7

  1. Voir notamment Gasparini, Philippe, Autofiction – Une aventure du langage, Paris, Seuil, Poétique, 2008. []

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search