Serge Martin

Nous avons appris avec une très grande tristesse le décès soudain de Serge Martin que nombre d’entre nous connaissions. J’ai eu le plaisir de diriger avec lui un numéro de Strenae en 2013, Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités de Walter Benjamin.

Effervescent dans ses réflexions sur le langage comme relation, généreux dans le dialogue et les échanges comme en attestent les différents carnets qu’il mettait au service de ses étudiant·es, il a aussi bien exploré la poésie de Ghérasim Luca que les albums de jeunesse ; et c’était un réel plaisir de lire ou de l’entendre dérouler de fines et savantes analyses sur La grande panthère noire  et sur bien d’autres albums : Meschonnic et Benjamin n’étaient jamais loin. Fervent défenseur de la littérature à l’école, et d’abord de la poésie, il a publié deux ouvrages en direction des étudiants et des chercheurs, Quelle littérature pour la jeunesse ? (Klincksiek, 2012) et Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015). Parole, racontage, expérience dans et par le langage envisagé comme relation et donc comme une continuité qui ne cherchait pas à départir les œuvres pour les petits de celle pour les plus grands, comme en atteste aussi le nuage de mots clés de son carnet où Mallarmé côtoie Léo Lionni, Victor Hugo suit Anne Herbauts. Nous lui laissons la parole, pour continuer à faire résonner sa voix, à travers l’extrait d’un article : Ernest et Célestine : Gabrielle Vincent ou l’invention de la relation.

« [Le travail de Gabrielle Vincent]  n’exprime rien puisqu’il cherche le continu du langage et de la vie, du texte et du dessin, dans et par les moyens de l’album : alors il crée, il nous fait faire une activité incomparable, celle qui invente la relation dans et par le langage, la relation à chaque fois spécifique qui n’a pas besoin d’expression, de traduction en mots ou en images mais, au contraire, d’une économie d’images, de mots contre leurs séductions et facilités pour trouver le maximum de langage, de sujet dans le langage. […]

Je voudrais ajouter ce qui suit : Gabrielle Vincent a inventé contre toute l’époque – je veux dire ce qui se fait ailleurs en « littérature jeunesse » et ce qui se dit, se fait en politique et éthique de l’enfance y compris dans les institutions d’enseignement qui ne manquent pas de siffler leur « couplet de la bonté » tous les quatre matins –, elle a inventé la relation quand cette même époque se soumet à la communication. […] La relation commence et recommence avec les questions. Toute une éthique du langage, de l’enfance, de la vie, de l’art, que seule une poétique de la relation peut considérer à sa juste valeur : on n’en a pas fini. »

Florence Gaiotti, pour l’ensemble des membres de l’Afreloce qui ont eu la chance de rencontrer Serge Martin.



Citer ce billet
C.Noûs (2024, 27 février). Serge Martin. Le magasin des enfants. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwuw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search