L’imagier, une vanité pour les bébés ?

Je remercie chaleureusement Cécile Boulaire qui a inspiré ce billet et a pris le temps de le relire et de me communiquer son travail.

Le 18 novembre 2023, à la médiathèque Françoise-Sagan (Paris 10e), Cécile Boulaire tenait une conférence pour présenter un panorama historique des albums pour bébés, à partir des trésors du fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse et à l’occasion de la très belle exposition « A hauteur de bébé. Chemine parmi les livres avec Lucie Félix ». Cécile Boulaire a notamment montré l’omniprésence de l’objet dans les livres pour les bébés, définissant un rapport au monde matérialiste tout en décontextualisant ces objets. S’est ainsi constitué, au fil du temps et de l’édition des livres pour les bébés, un répertoire type d’objets dont, selon Cécile Boulaire, la production actuelle reste à son insu prisonnière. Parmi ces objets, Cécile Boulaire met en avant l’œuf à la coque, les montres et les réveils ainsi que le train en bois, éléments d’un imaginaire qui se fige à la fin du XIXe siècle.

Voici un lien vers l’enregistrement de la conférence intégrale: https://utmedia.univ-tours.fr/permalink/v12666d259217enziwth/iframe/

On pourrait s’interroger sur la sélection et la récurrence, parmi tout un inventaire de possibilité, de ces trois objets. Certains en effet, comme l’a montré Cécile Boulaire, ont disparu : il n’y a plus guère de bouteille de cidre dans les imagiers pour enfants, ni de verre à pied ou de bretzel.

Le premier livre d’images (vers 1890)

Les trains à vapeur ont depuis longtemps disparu du quotidien des enfants et pourtant la locomotive est toujours présente dans les imagiers, tout comme dans les jouets. A l’heure des smartphones, les réveils disparaissent progressivement des tables de chevet, mais on les trouve toujours dans des imagiers.

Si les enfants continuent de manger des œufs à la coque, on peut donc s’interroger sur la permanence, dans les imagiers pour les bébés, de ce trio, auquel on pourrait ajouter la balle, le tricycle-porteur, l’animal à roulettes ou l’instrument de musique, trompette ou tambour. Je cite le relevé des œufs à la coque effectué par Cécile Boulaire dans le diaporama de sa conférence:

Le déferlement d’objets à l’ère consumériste, déjà dénoncé en 1974 par Tomi Ungerer dans Allumette, invite à s’interroger sur la permanence, dans l’édition pour enfants, de certains objets désuets qui ne font plus partie du quotidien des bébés mais qui n’en constituent pas moins des emblèmes de la petite enfance.

L’hypothèse initiale est évidemment la suivante : si ces objets ne renvoient pas au réel comme représentations matérielles du quotidien, ils ont une fonction symbolique, qui participerait à la définition de l’imagier voire de l’enfance. Mais quelle est cette symbolique ? Une des orientations possibles est de considérer ces objets dans les imagiers à l’aune de l’histoire de l’art et plus particulièrement de la nature morte, représentation plastique par excellence des objets ou plutôt des choses, pour reprendre le titre de l’exposition conçue par Laurence Bertrand Dorléac et présentée au Musée du Louvre entre octobre 2022 et janvier 2023.

Reprenons le trio initial : réveil, train, œuf à la coque. Le premier objet renvoie de façon transparente au temps qui passe tout comme au début de la journée. L’imagier, livre d’éveil au sens propre, éveille au monde un petit enfant qu’il faut sortir du sommeil de l’ignorance: “Réveille-toi, c’est l’heure !” Le temps démarre et s’écoule dans un mouvement à la fois inexorable et sans cesse recommencé grâce au temps magique de la lecture, comme l’ont si bien montré Margaret Wise Brown et Clement Hurd dans Goodnight Moon (1947, tr. fr. Bonsoir Lune, 1981), album qui n’est pas sans lien avec l’imagier, par l’énumération des objets présents dans la chambre du petit lapin.

Le temps commence mais, de fait, il passe et c’est peut-être ce mouvement que figure la locomotive : elle tracte les wagons, elle avance, elle conduit, elle transporte. Figuration du temps qui advient et qui s’écoule, ces objets récurrents de l’imagier semblent relever d’un tout autre registre que celui qu’on attribue d’ordinaire à l’enfance, celui de la vanité. « Les choses, rappelle Laurence Bertrand Dorléac, signifient l’abondance ou la rareté des richesses matérielles, la variété du monde et sa joliesse, mais, depuis le début, elles préviennent aussi de la vanité humaine, de la corruption par le pourrissement d’un fruit et de la fin inévitable que symbolise un crâne. » (Les Choses. Une histoire de la nature morte, Musée du Louvre, Paris, 2022, p.140). Cette définition ne serait-elle pas également pertinente pour caractériser l’imagier ? Certes, pas de crâne dans les livres pour les bébés, mais l’omniprésence d’un certain nombre de choses, derrière le monde auquel il s’agit d’éveiller l’enfant – notamment par le langage – renvoie à une symbolique curieuse. En d’autres termes, les imagiers, sans en avoir conscience, en s’inscrivant dans une longue tradition de représentation des choses, notamment celle de la nature morte et, partant, de la vanité, éveillent au monde en rappelant au tout jeune enfant, symboliquement, le destin inexorable de toute existence, y compris celle qui commence, à savoir sa fin. Pour revenir à un exemple précédemment cité, celui de Goodnight Moon, la présence de la grand-mère et la clôture très poétique vers un au-delà (céleste ? lunaire ? “everywhere” dit le texte original) pourraient confirmer cette idée. Bien sûr, ces procédés ne sont pas conscients. Ils relèveraient davantage d’un processus à l’œuvre dans tous les livres d’images pour enfants, celui de leur inscription dans l’histoire des représentations et dans la symbolique des images et des formes, que les artistes interrogent plus ou moins.

Reste la question de l’œuf à la coque. La symbolique de l’œuf a été abondamment étudiée, en particulier par les historien·nes de l’art. L’œuf contient tout un projet de vie et sa place dans un imagier pour les bébés paraît par conséquent tout à fait logique : « cette fragile enveloppe renferme un principe vital, prélude à la naissance par excellence » (Lucia Corrain, Les Choses, op. cit., p.75). Ce petit objet banal, blanc et fragile, symboliser le monde utérin, univers primordial, comme le rappelle Elisabeth Magne. L’œuf, intact, est le symbole de la maternité virginale, comme dans « La Sainte Conversation » de Piero delle Francesca, cité par Elisabeth Magne.

Piero della Francesca, “La Sainte Conversation”, 1472

Brisé, il renvoie à la perte de la virginité, comme dans « Le Contrat de mariage » de Jan Steen ou dans « Les œufs cassés » de Greuze.

Jan Steen, “Le Contrat de mariage”, 1650
Jean Baptiste Greuze, “Les Œufs cassés”, 1756

La coquille fracturée peut aussi représenter, comme dans les tableaux de Jérôme Bosch, la perte de l’harmonie, la chute aux enfers dans un univers de débauche et de folie. Dans les imagiers, l’œuf représenté est un œuf à la coque, élément du petit-déjeuner ou du déjeuner de l’enfant qui, contrairement à la locomotive à vapeur ou au réveil, peut encore trouver sa correspondance dans le réel vécu au quotidien. D’un point de vue symbolique, cet œuf est plus problématique : il n’est pas entier, il a donc perdu son entité, il est même tranché, laissant apparaître le jaune qui le compose, dans un contraste de couleur appétissant. Il ne se brise pas par accident, il est cuit, préparé, civilisé en quelque sorte, il est nourrissant. Comme le bébé en quelque sorte, l’œuf n’a plus à voir avec le monde utérin et la promesse de vie, il est advenu au monde et à la culture (il a été préparé, il fait partie du repas, il est présenté sur un coquetier), tout en portant encore en lui une forme de fragilité (la coquille) en but à un environnement qui peut devenir offensif (le couteau, souvent présent). Comme le dit bien Bénédicte Guettier avec L’œuf de Mimosa, non seulement le poussin enfant vit dans un œuf, mais il est l’œuf (il a même le nom d’un œuf). Et si l’imagier est bien une forme de vanité pour les bébés, la coquille de l’œuf, par sa blancheur et sa rondeur, mais également par cette identité sous-jacente avec l’enfant, ne serait-elle pas la figuration du crâne qui semblait absent ? Si l’œuf, au moment de Pâques, symbolise la résurrection du Christ, c’est bien qu’il y a eu, avant la résurrection, la mort. Dans le judaïsme, des œufs sont préparés et mangés lors du deuil d’un proche, en signe également de résurrection.

Fuite du temps, mouvement inexorable, mort et résurrection, l’imagier pour enfants semble bien se présenter, l’air de rien, comme une forme de vanité à hauteur de bébés. On objectera que ni les bébés ni les adultes n’en ont conscience, que c’est une façon peut-être bien compliquée (voire tout à fait tordue) de concevoir un simple livre pour enfants. Mais c’est bien ce qui fait tout l’intérêt de la littérature pour la jeunesse, où tout a l’air si facile mais où rien n’est simple et où, par conséquent, les objets les plus insignifiants sont toujours à interroger, car ce sont eux qui ont sans doute le plus à nous apprendre sur l’enfance et la façon dont elle est perçue.

Bibliographie :

Bertrand Dorléac Laurence (dir.), Les Choses. Une histoire de la nature morte, Musée du Louvre, Paris, 2022

Magne Elisabeth, « De la poule et de l’oeuf… Petite anthologie esthétique de la volaille dans l’art », In: Figures de l’Art. Revue d’études esthétiques, n°8, 2004. Animaux d’artistes. pp. 279-302. DOI : https://doi.org/10.3406/fdart.2004.1349



Citer ce billet
Mathilde Lévêque (2024, 23 février). L’imagier, une vanité pour les bébés ? Le magasin des enfants. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwsd

Mathilde Lévêque

Professeure de littérature - Littérature de jeunesse Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search