Hommage à Jean Perrot

par Mathilde Lévêque et Rose-May Pham-Dinh.

Rennes, 2007.

Jean Perrot nous a quittés le 19 décembre 2023. Professeur de littérature comparée à l’Université Paris Nord / Paris 13 de 1981 à 1997, il a été un pionnier de l’enseignement et de la recherche universitaire en littérature pour la jeunesse. Si ce domaine a trouvé sa place et s’est développé à l’université, si la recherche française a pu être connue à l’étranger, c’est à Jean Perrot que nous le devons.

Dès les années 1970, Jean Perrot s’est intéressé à la littérature pour la jeunesse, croisant constamment recherche et enseignement, théorie et pratique. En 1976, il lui consacre un chapitre dans son essai intitulé Mythe et littérature sous le signe des jumeaux (publié aux Presses Universitaires de France). En 1974, il crée une Maîtrise des Sciences et Techniques des Spécialistes Socioculturels de l’Enfant et de l’Adolescent, qui forme des animateur.rices culturel.les. De 1981 à 1989, il est responsable de la Préparation au CAFB (Certificat d’Aptitudes aux Fonctions de Bibliothécaires, Secteur Jeunesse) et membre du DESS (Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées) des Sciences du Jeu et du Jouet, où il tient un séminaire sur les théories du jeu et des structures de l’imaginaire dans leurs applications aux scénarios, livres et objets culturels destinés à la jeunesse jusqu’en 1997. Résolument tourné vers la valorisation des livres pour la jeunesse auprès du grand public également, il rédige en 1985, pour la première édition du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, un texte de présentation intitulé « Le roman dans le sens de l’histoire/ L’album au zénith ».

Auteur de nombreux ouvrages et articles de référence, il crée également les premières collections universitaires consacrées à la littérature et à la culture d’enfance, en 1991 pour les Presses universitaires de Nancy et en 2003 chez P.I.E. Peter-Lang, « Recherches comparatives sur les livres et le multimédia d’enfance », qui publie nombre de travaux de chercheur.euses français.es et étranger.es.

Jean Perrot n’est pas seulement un pionnier, il est un fondateur, un bâtisseur : il n’existait pas, avant les années 1990, d’équipes de recherche ni d’instituts de formation sur la littérature de jeunesse. C’est pourquoi, en 1994, Jean Perrot crée l’Institut International Charles Perrault, jouant avec l’homophonie des patronymes et avec cette gémellité qui le fascinait tant. Situé à l’Hôtel de Mézières à Eaubonne, l’IICP associe l’Université Paris 13, la ville d’Eaubonne, la Bibliothèque départementale du Val d’Oise et bien d’autres partenaires, pour organiser des colloques, des journées d’étude et des formations, et remettre un prix critique et un prix graphique, afin de promouvoir autant la recherche que la création.

Sans l’énergie, la détermination et le travail colossal de Jean Perrot, la littérature pour la jeunesse n’aurait pas aujourd’hui la place qu’elle a trouvée à l’université. Nous lui devons tant que ces quelques lignes d’hommage sont aujourd’hui bien peu par rapport à notre gratitude et à notre peine. Permettez-nous donc de donner un ton plus personnel, en témoignage de notre reconnaissance et de notre amitié.

Rose-May Pham Dinh

J’ai eu la chance de rencontrer Jean Perrot peu après mon recrutement comme maîtresse de conférences au département d’anglais à l’université Paris 13, en 1988. Ma thèse portait sur les lectures des enfants en Grande‑Bretagne dans les années 1980 : il s’agissait d’étudier la contribution de la littérature pour la jeunesse au processus de socialisation et à la construction des identités individuelles et collectives des enfants. Si l’analyse des textes y occupait une grande part, ma recherche s’inscrivait dans le secteur de la civilisation au sein des études anglophones et non dans celui de la littérature, et c’est bien pour assurer des enseignements en civilisation britannique que j’ai été recrutée.

Dès que Jean Perrot a eu connaissance de ma présence dans un département voisin du sien, il a cherché à m’associer à nombre de manifestations, à l’IICP à Eaubonne, bien sûr, par exemple, lors d’un colloque sur l’humour dans la littérature de jeunesse, mais aussi en m’invitant à un premier jury de thèse en 1999. C’est aussi Jean qui m’a incitée à rejoindre l’IRSCL (International Research Society for Children’s Literature) : en 1993, je participai ainsi au congrès organisé à Paris, le premier d’une longue série qui devait me conduire au fil des ans à York, à Dublin, à Francfort, à Brisbane, à Maastricht, à Worcester ou à Toronto. C’est encore lui qui m’a poussée à me présenter au bureau de l’IRSCL en 2009 : il était désireux de continuer à développer les contacts internationaux des chercheurs français tout en affirmant la place de la recherche francophone dans un domaine encore dominé par les collègues anglo-saxons. De 2009 à 2013, mes deux mandats comme secrétaire comptent parmi les années les plus enrichissantes de mon parcours, me permettant de nouer des amitiés durables un peu partout dans le monde.

Entretemps, j’avais accédé au rang de professeur, et là encore Jean a joué un rôle important, en acceptant quasiment au pied levé de lire la totalité de mon dossier d’HDR pour fournir l’avis requis par les instances de l’université de Nanterre préalablement à la soutenance, en pleine période de transition dans les modalités institutionnelles. Il a été dès lors naturel pour moi d’accepter dans la foulée de me présenter pour prendre la direction de l’IICP, qui traversait une période d’instabilité, afin de faire mon possible pour perpétuer l’existence de ce lieu de rencontre entre auteurs, illustrateurs, éditeurs, universitaires, et médiateurs de la littérature pour la jeunesse. C’est une fierté que d’avoir pu réussir, avec l’aide précieuse de collègues et de bénévoles engagés dans cette même voie, à faire vivre ce lieu, malgré de nombreuses difficultés contextuelles, en y organisant des journées d’études ouvertes aux enseignants et aux bibliothécaires, et en y recevant des auteurs dont la rencontre m’a laissé un souvenir impérissable : je pense entre autres à Nadine Brun-Cosme, à Christian Lehmann, ou à Marie‑Aude Murail.

Sans Jean Perrot, il n’est pas sûr que j’aurais continué mes recherches dans le domaine de la littérature de jeunesse. Le jeu des étiquettes institutionnelles aurait pu m’inviter à m’orienter vers des questions plus en rapport direct avec mes enseignements. J’ai d’ailleurs au début de ma carrière travaillé sur les questions éducatives ou le débat sur la place des minorités ethniques dans le contexte du Royaume-Uni contemporain. Ma rencontre avec Jean a été décisive en ce qu’il m’a permis – comme à bien d’autres jeunes chercheuses – de conforter ma conviction de l’intérêt des recherches en littérature de jeunesse et de la nécessité de promouvoir leur reconnaissance. Tout autant que la qualité et l’abondance de ses travaux universitaires, ou peut-être encore davantage, ce sont le regard bienveillant qu’il a toujours posé sur les jeunes collègues, et l’exemple qu’il donnait d’une curiosité toujours intacte, qui ont été et demeurent pour moi source d’inspiration.

Mathilde Lévêque

J’ai rencontré Jean Perrot lors d’un colloque organisé en juin 2004 à Cerisy, un événement fondateur à bien des égards pour tous les chercheur.euses de ma génération. J’étais alors jeune doctorante et, si j’ai été marquée par les interventions des participant.es, je l’ai sans doute été plus encore par l’atmosphère chaleureuse et amicale de l’événement, qui ne lui ôtait en rien son prestige intellectuel, bien au contraire. J’ai le souvenir ému d’une partie de ping-pong avec Jean, de discussions dans le parc du château… Mon deuxième souvenir, plus émouvant encore, est le jour où Jean m’appela pour m’annoncer que l’article que j’avais co-écrit avec Carole Boidin, sur la littérature de jeunesse au Yémen, recevait le prix critique de l’IICP. C’était en 2006, comme une forme d’adoubement dans le monde de la recherche en littérature de jeunesse. En 2008, je fus élue maîtresse de conférences à l’université Paris 13 : Jean avait pris sa retraite depuis plus de dix ans, mais si la littérature pour la jeunesse, en 2008, avait toujours sa place à Paris 13, c’était bien grâce à lui.

Plus tard, lorsque Déborah Lévy-Bertherat et moi créâmes à l’ENS un séminaire de recherche sur la littérature et la culture d’enfance, dans le cadre de l’AFRELOCE, Jean venait très régulièrement aux séances du samedi matin, et je revois avec émotion sa frêle silhouette avançant avec difficulté mais détermination dans les couloirs de la rue d’Ulm. L’AFRELOCE, association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance, dont le siège social est toujours à l’USPN, a été créée sous son impulsion. Présidente de cette association de 2009 à 2023, j’ai le sentiment de me situer dans une forme de continuité, de passage de témoin, avec toute la reconnaissance et la responsabilité qui en incombent. Je retiens sa bienveillance, sa gentillesse et les encouragements qu’il m’a toujours prodigués avec une grande sincérité. Continuer à promouvoir la littérature pour la jeunesse à l’université, dans ses murs et hors de ses murs, avec l’ouverture d’esprit, l’exigence intellectuelle et la curiosité inassouvie de Jean, telle est la mission qu’il nous a confiée, et nous l’en remercions.

L’image d’en-tête de ce billet est un portrait de Jean Perrot par François Place. Il est emprunté à la couverture du livre Du livre au jeu : points de vue sur la culture de jeunesse. Mélanges pour Jean Perrot, paru en 2003 dans la collection “Itinéraires et contacts de culture” des éditions L’Harmattan (dir. Jacques Tramson).

Bibliographie de Jean Perrot: sur le site de l’Afreloce et dans un document du Centre National de Littérature Jeunesse-Bnf.



Citer ce billet
C.Noûs (2024, 2 février). Hommage à Jean Perrot. Le magasin des enfants. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqt5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search