Les Voix de la traduction

Le samedi 7 octobre, le séminaire « Littérature et Culture d’enfance » (AFRELOCE/ENS) a ouvert son nouveau programme de l’année 2023-2024 par une intervention de Mathilde Lévêque, professeure à l’Université Sorbonne Paris Nord. Le compte rendu a été rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Introduction

Mathilde Lévêque retrace son parcours de chercheuse en littérature de jeunesse, notamment dans le domaine de la traduction. Elle évoque le projet qui a abouti à son inédit d’HDR sur la traduction en France dans les années 1960 puis à un livre intitulé Les Voix de la traduction, qui vient de paraître aux éditions Classiques Garnier. Elle mentionne l’importance, en amont, des ouvrages de Roberta Pederzoli (2012), Virginie Douglas (2015), Isabelle Nières-Chevrel (2012-2019), et Dorothée Cailleux, Chiara Denti et Lucia Quaquarelli, Sophie Heywood. On pourrait, du reste, envisager une histoire internationale de la traduction pour la jeunesse.

Mathilde Lévêque a fait le choix d’aller vers les archives éditoriales pour mettre en lumière les coulisses des traductions. La recherche se concentre sur les romans, genre prédominant à la fin des années 1960 dans le domaine jeunesse. Qu’est-ce qu’une « voix éditoriale » ? Comment fonctionne la fabrique de la traduction pour la jeunesse, du projet à la réception ?

  1. Le contexte de années 1960

Les années 1960 marquent une reconnaissance institutionnelle et académique de la littérature de jeunesse. Dans le contexte de la reconstruction après 1945, les éditeurs, Hachette notamment, luttent âprement pour conquérir le marché. Quels éditeurs publient des romans traduits et dans quelle proportion ? Pour “Plein vent ” par exemple (Robert Laffont), c’est 80 %.

La traduction est par essence polyphonique : elle implique auteur.e.s, traducteurs.ices, editeurs.ices et critiques.

Parmi les archives éditoriales, Mathilde Lévêque choisit d’en présenter ici principalement deux : celles des éditions Rageot (conservés par l’Heure Joyeuse à Paris) et celles d’Isabelle Jan (éd. Nathan)

2. Méthodologie et corpus

Suivant l’exemple d’Emer O’ Sullivan (2003) et de l’équipe « Fabriques de la traduction » (CRPM, Université de Nanterre), elle a recherché, dans les archives éditoriales, des éléments pouvant éclairer la conception, la confection et la réception des livres. Les résultats dépendent de la richesse des archives conservées.

Isabelle Jan (Nathan) crée en 1968 et dirige une collection constituée au départ uniquement de traductions, la Bibliothèque internationale. De son vrai nom Anne-Isabelle Cassou, elle est également écrivaine et traductrice (on pourra lire le billet publié sur le Magasin des enfants en 2012, écrit par Jean Perrot en hommage à Isabelle Jan).

Emer O’ Sullivan a repris le schéma narratologique de Chapman (1978) pour l’adapter au cas des traductions. Le cas de la littérature de jeunesse y ajoute cette asymétrie : un adulte s’adresse à de enfants.

Mathilde Lévêque adapte encore le schéma en y ajoutant les intermédiaires (lecteurs et lectrices professionnels) et les interventions éditoriales. Pour filer la métaphore théâtrale des coulisses, l’éditeur.ice est en quelque sorte le souffleur ou le metteur en scène de la traductions.

3. Exemples

Chez Rageot, Mathilde Lévêque a pu lire la correspondance de l’éditrice Tatiana Rageot avec Inger Austveg, autrice norvégienne de Dag et ses amis, et avec la traductrice, Marguerite Gay. Ses lettres montrent qu’elle impose des choix (coupures, modifications…) pour adapter le texte à sa collection. Elle mentionne des critiques opposées : la Ligue d’action catholique condamne l’exemple de l’éducation « nordique » trop permissive, quand Natha Caputo, dans la revue L’Ecole et la Nation, proche du Parti communiste, fait l’éloge de leur liberté.

4. Prolongements et suite de recherche

Avec ses collègues de Nanterre (CRPM), D. Cailleux et L. Quaquarelli, Mathilde Lévêque poursuit ses enquêtes sur la “Fabrique de La traduction ” à partir de corpus des années 1970-80, toujours dans les archives Rageot, comme la série Ramona de l’Américaine Beverly Clearly. Dans ces archives plus récentes ont été conservés des tapuscrits de traduction corrigés par la maison d’édition, ce qui apporte de nouveaux éléments à cette recherche toujours en cours.

***

Quelques références bibliographiques

Boulaire Cécile, Les « Petits livres d’or » : des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, Collection Iconotextes, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2016.

Cailleux Dorothée, Denti Chiara et Quaquarelli Lucia (dir.), Expériences de traduction. Penser la traduction à travers ses pratiques, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2021

Douglas, Virginie (dir.), États des lieux de la traduction pour la jeunesse, Presses universitaires de Rouen et du Havre, Mont-Saint-Aignan, 2015.

Ezratty, Viviane, « Les fonds d’archives du Fonds patrimonial Heure Joyeuse de la médiathèque Françoise Sagan : une histoire « humaine » », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1674 ; DOI : 10.4000/strenae.1674

Heywood Sophie, « Modernising and moralising: Hachette’s mass-market fiction series for children, 1950s-1960s », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.1640

Lévêque Mathilde, « Litttérature d’enfance et de jeunesse », in Banoun, Bernard, Chevrel, Yves, Poulin,Isabelle (dir.), Histoire des traductions en langue française, xxe siècle (1914-2000), Lagrasse, Verdier, 2019.

Nières-Chevrel Isabelle, « Littératrue d’enfance et e de jeunesse », in Chevrel, Yves, D’Hulst, Lieven, Lombez, Christine (dir.), Histoire des traductions en langue française, XIXe siècle (1815-1914), Lagrasse, Verdier, 2012.

O’Sullivan Emer, « Narratology meets Translation Studies, or, The Voice of the Translator in Children’s Literature », in Meta: journal des traducteurs / Meta: Translators’Journal, vol.48, n° 1-2, 2003, p.197-207.

Pearson Lucy, The Making of Modern Children’s Literature in Britain. Publishing and Criticism in the 1960s and 1970s, Ashgate, 2013.

Pederzoli Roberta, La Traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse et le dilemme du destinataire, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2012.



Citer ce billet
C.Noûs (2023, 18 décembre). Les Voix de la traduction. Le magasin des enfants. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve7s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search