Écrire comme une abeille

Nous publions le compte rendu de l’ouvrage de Clémentine Beauvais, Écrire comme une abeille (Gallimard, 2023), rédigé par Hélène Weis, que nous remercions chaleureusement.

Clémentine Beauvais offre ces jours derniers un manuel d’écriture jeunesse aux Éditions Gallimard, qui s’avère une véritable Défense et illustration de l’écriture jeunesse.

Un livre rare, pourquoi ? La littérature jeunesse est désormais un domaine universitaire reconnu, mais constitue aussi un domaine professionnel plus ancien, très vivant, autour de l’édition, des bibliothèques, de la diffusion du livre et des professions de l’éducation. Il faut naturellement y joindre les futurs auteurs pour lesquels existent désormais des masters d’écriture créative, d’édition et de littérature de jeunesse. La composition de manuels répond au besoin réel des étudiants de ces différents domaines, et les productions universitaires ne favorisent pas toujours une transposition efficace des savoirs actuels, en lien avec la production du livre[1].

Placé sous la tutelle de Philip Pullman qui en a inspiré le titre, l’ouvrage témoigne d’une vraie connaissance des corpus, avec une convocation des classiques comme de la fine fleur du roman ado contemporain, en citant souvent l’album, parfois la BD. L’autrice émaille régulièrement son propos de références universitaires récentes, autant françaises qu’anglo-saxonnes, anglaises et américaines, synthèse qui reste encore rare et précieuse, y compris dans les cercles restreints des spécialistes de la littérature de jeunesse. Clémentine Beauvais, rappelons-le, n’est pas seulement un auteur prolifique, mais également une enseignante et une chercheuse britannique qui produit aussi articles et conférences.

Cet arrière-plan présenté dans les importantes bibliographies de chaque chapitre ne s’impose pas à la lecture, fluide, d’une prose qui s’adresse directement à la future « autrice » d’un ouvrage jeunesse, puisqu’aujourd’hui – comme hier d’ailleurs – , ce sont plutôt des femmes qui s’attellent à ces créations. L’objectif est bien de persuader l’ambitieuse et souvent jeune personne, que Clémentine fut d’ailleurs elle-même, de la nécessité absolue de connaître le domaine, de savoir le décrire précisément en termes littéraires, d’en arpenter les formes narratives, le système général, d’en connaître intimement les petits comme les grands personnages et de ne point croire, sous prétexte d’une interface gouailleuse, alerte, à la limite d’une complicité démagogique, que l’entreprise serait facile, parce qu’il s’agit simplement d’écrire pour les enfants. La lectrice en aura pour son argent et plus que pour son argent : arrivée en bout de parcours où on lui aura refait faire dix fois, cent fois sa copie, elle devra encore se lancer dans un atelier d’écriture extrêmement exigeant, et sera donc à même de comprendre que style et ton peuvent être : « visqueux, pétillant, frileux, croustillant, contemplatif, charnu, lascif, millimétré, frivole, gluant, foisonnant ; opaque ou limpide ; terre à terre ou céleste, rocailleux ou lisse, filandreux, bouclé, sucré, enflammé, acrobatique, piquant ou bourbeux » ! Elle devra aussi s’écouter écrire, s’écouter « rimer, rythmer, riffer, rapper », pour une littérature sonore, qui ne refuse pas non plus oxymore et métaphore, pour lesquelles d’ailleurs un petit tuto est prévu, au coin d’un chapitre. On est ravi de rencontrer la longue liste réjouissante de possibles personnages, tous renvoyant à des ouvrages connus. Les exemples d’explication de textes sont choisis avec soin, souvent extrêmement parlants comme par exemple cette scène d’action haletante où deux frères parviennent à enterrer leur mère morte et déjà pourrissante dans Nightwork de Vincent Mondiot. Le parcours se poursuit jusqu’à la publication de l’ouvrage putatif et sa suite en termes de commercialisation, salons et rencontres avec le public, dans les classes ou bibliothèques. Une vraie mise en garde est faite concernant la publication à compte d’auteurs, et l’on y entend une vraie défense du métier d’écrivain, comme droit à être rétribué pour un travail complexe et difficile.

Un chapitre se consacre à la question sensible de l’idéologie, toujours prégnante dans le domaine. Il a déjà été rappelé auparavant qu’un ouvrage ne pouvait « commencer par une petite fille morte », et désespérer le jeune lecteur, selon les préceptes de Marie-Aude Murail, bien que la littérature ado ait pu traverser des périodes beaucoup plus noires, ce dont l’auteur a conscience. On apprécie que Beauvais, qui tout long de l’ouvrage a largement cité ses propres œuvres, décrive une expérience douloureuse dans ce domaine : le but de l’ouvrage est réellement de faire partager une expérience du métier, ainsi que de ses possibles dangers en termes de positionnement, dangers de la censure de tous bords et débordements possibles dans les médias actuels.

Ce dernier point cependant laisse, nous semble-t-il, une porte ouverte dans des plages inexplorées de ce qui reste, malgré le soin apporté aux sources et aux références, un manuel inscrit dans notre époque. De fait, quelles sources réelles d’inspiration pour les auteurs ? Et si tant de jeunes femmes se précipitent dans la carrière, à partir d’expériences maintenant déjà bien construites des fanfictions, n’est-ce pas parce que le domaine semble offrir un moyen d’expression propre à saisir l’identité personnelle dans toute sa fragilité ? Comme Clémentine, elles partent de leur adolescence[2], mais parviennent-elles à devenir ces « marraines-la-bonne-fée »[3] que l’auteur se veut incarner désormais ? Et surtout que dire aux enfants comme aux adolescents, d’une période à l’autre ? Le puzzle ou le mécano du récit, la musique de la langue, les images convoquées s’allient nécessairement à des contenus à interroger aussi. Un tome 2 ?


[1] A ce titre, ce livre vient compléter deux autres ouvrages de vulgarisation parus récemment : Tom et Nathan Lévêque, Enquête d’un grand peut-être, Éditions du Grand-Peut-Etre, 2020.

Comprendre la littérature de jeunesse, le livre du MOOC de l’Université de Liège, 2022

[2] Les Petites Reines, 2015.

[3] Les Facétieuses, 2022



Citer ce billet
C.Noûs (2023, 19 octobre). Écrire comme une abeille. Le magasin des enfants. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r71x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search