Appel à contributions: La littérature jeunesse en temps de guerre

Nous avons le plaisir de publier un appel à contributions pour un numéro de la revue Strenæ qui sera consacré à un sujet tristement d’actualité : La littérature jeunesse en temps de guerre. Le numéro est dirigé par Svetlana Maslinskaia et Kirill Maslinsky, deux chercheurs russes accueillis en France dans le cadre du programme “Pause” dédié aux chercheurs mis en danger dans leur propre pays. Les propositions sont à faire pour le 15 janvier 2024.

Pendant la guerre, pratiquement aucune institution des nations impliquées n’est épargnée, et la littérature ne fait pas exception. Une guerre peut affecter la production littéraire et le contenu littéraire de deux manières. Premièrement, lors d’un conflit militaire, on peut s’attendre à un changement dans les priorités et les valeurs de la société et de l’État. Les dépenses non militaires peuvent être réduites, la propagande devient centrale et les écrivains et les éditeurs doivent réagir. Deuxièmement, une guerre récemment terminée peut relever d’un récit historique national que la littérature se charge souvent d’élaborer et de diffuser. L’accent mis sur l’éducation, la socialisation et l’endoctrinement, typique de la littérature jeunesse, en fait un média particulièrement apte à répondre aux défis de la guerre et de l’après-guerre.

On peut soutenir que les représentations littéraires de la guerre post-conflit constituent un phénomène global plus étendu et qu’elles ont certainement davantage attiré l’attention des chercheurs. Lorsqu’ils travaillent sur les représentations de la guerre dans des œuvres pour enfants, les spécialistes s’intéressent principalement aux images de héros, d’ennemis et de victimes de la guerre. Des dizaines de monographies et d’articles sont consacrés à ces sujets. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une réflexion artistique d’après-guerre entreprise dans le but de parvenir à un consensus public sur l’évaluation de la guerre passée (par exemple Zur 2010, The Representations 2014, Tan, Nelson 2022).

La transformation de la littérature jeunesse en temps de guerre n’est étudiée que sporadiquement et s’avère moins bien comprise. La première question posée ici est de savoir dans quelle mesure et comment exactement le contenu de la littérature jeunesse s’est modifié au cours des guerres. En effet, la plupart des recherches sur le contenu de la littérature jeunesse en temps de guerre discutent de son potentiel de propagande (Agnew, Fox 2001, Paris 2004 ; Marten 2012 ; Olivier-Messonnier 2012 ; Darr 2012 ; Paul, Johnston, Short 2016 ; Budgen 2018 ; Zunino 2019). Cependant certaines études, en s’intéressant à l’ensemble de la littérature jeunesse publiée pendant la période de guerre, ont pu montrer que son contenu pouvait aussi prendre des distances avec la propagande militaire (Galway 2022). La question de la censure en temps de guerre a également fait l’objet de quelques études (par exemple Benner 2015 ; Sinibaldi 2016).

L’intérêt pour la propagande a défini un spectre quelque peu restreint de situations de guerre sur lesquelles la recherche s’est concentrée. Il s’agit principalement de conflits militaires interétatiques majeurs du siècle précédent, lorsque le lectorat auprès des enfants était déjà bien établi et que les enjeux de la propagande d’État étaient élevés. En revanche, il n’existe pratiquement aucune étude portant sur la littérature jeunesse pendant les guerres locales et les conflits antérieurs au XXe siècle (pour un exemple rare, voir Grenby 2008).

Au-delà de la propagande et de la censure, il existe peu de preuves pour fonder des généralisations sur la manière dont les désastres de la guerre peuvent affecter les processus littéraires à destination des enfants. Par exemple, il n’existe pratiquement aucune étude sur les changements intervenus dans la littérature pour enfants en temps de guerre en termes économiques, institutionnels et démographiques. Un gros travail descriptif reste à faire ici. Une meilleure compréhension de divers exemples historiques de transformations dans les institutions et les contenus littéraires pour enfants ouvre la voie à de nouveaux questionnements. Comment mesurer l’ampleur de l’impact de la guerre sur la littérature jeunesse, à la fois quantitativement et qualitativement ? Quelles guerres ont été évoquées dans la littérature jeunesse et lesquelles sont laissées sous silence et pourquoi ? Les effets de la transformation en temps de guerre sont-ils transitoires ou persistent-ils après la fin de la guerre ? Le sort de la littérature militaire de jeunesse dépend-il de l’issue de la guerre ? Nous invitons les auteurs intéressés à se joindre à nos efforts pour combler les lacunes apparentes de l’étude de la littérature jeunesse en temps de guerre et à discuter de ces questions dans ce numéro spécial.

Pour ce numéro, nous suggérons de laisser de côté les représentations d’après-guerre et d’aborder les aspects moins étudiés des changements en temps de guerre, en privilégiant notamment des aspects comme :

  • Le contenu littéraire. La production de textes sur la guerre et pour la guerre ; comment évoluent les thèmes et les intrigues de la littérature jeunesse, sous quelles formes se manifestent la propagande militariste et pacifiste ? Ce qui est raconté et ce qui reste silencieux.
  • L’économie et l’édition. Comment la guerre affecte-t-elle la publication de la littérature pour enfants ? Quelles publications sont abandonnées (censure militaire, manque de ressources d’impression), lesquelles sont préservées et lesquelles sont intensifiées ?
  • Le lectorat en temps de guerre. Comment la guerre affecte-t-elle la lecture des enfants, à la fois en termes d’accessibilité au matériel, au contenu et aux contextes de lecture ?
  • La structure institutionnelle. Comment la guerre transforme-t-elle les institutions impliquées dans la production de littérature jeunesse, par exemple l’édition, la censure et la critique ?
  • L’aspect démographique. Quel impact le conflit a-t-il sur les auteurs ? Qui rejoint et qui quitte les rangs des écrivains de guerre ?
  • Les stratégies des auteurs. Comment les écrivains changent de comportement ? Qu’écrivent-ils, que réimpriment-ils, quand commencent-ils à écrire sur la guerre ?

Les propositions (d’une page environ) sont à envoyer avant le 15 Janvier 2024 à strenae@revues.org. Les articles définitifs devront être rendus le 10 Juin 2024.

Bibliographie

Agnew, Kate and Fox, Geoff, Children at War: From the First World War to the Gul, Softcover, London, Continuum, 2001.

Benner, Julia Federkrieg, Kinder- und Jugendliteratur gegen den Nationalsozialismus 1933-1945, Wallstein, 2015.

Budgen, David, British children’s literature and the First World War: representations since 1914, London, Bloomsbury, 2018.

Campagnaro, Marnie, La Grande Guerra raccontata ai ragazzi, Donzelli, 2015.

Darr, Yael, “Nation Building and War Narratives for Children: War and Militarism in Hebrew 1940’s and 1950’s Children’s Literature”, Paedagogica Historica: International Journal of the History of Education, Vol. 48, No. 4, August 2012, 601-613.

Galway, Elizabeth A., The Figure of the Child in WWI American, British, and Canadian Children’s Literature: Farmer, Tailor, Soldier, Spy, New York, Routledge, 2022.

Grenby M. O., “Surely there is no British boy or girl who has not heard of the battle of Waterloo!” War and Children’s Literature in the Age of Napoleon. In: Elizabeth Goodenough and Andrea Immel, ed. Under Fire: Childhood in The Shadow Of War, Detroit, Wayne State University Press, 2008, pp.39-57.

Marten, James (ed.), Children and Youth during the Civil War Era, New York, London, New York University Press, 2012.

Milkovitch-Rioux, Catherine et alii (dir.), Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse, XXe-XXIe siècles, actes du colloque des 18 et 19 octobre 2012, organisé par la Bibliothèque nationale de France, Centre national de la littérature pour la jeunesse, avec l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Centre de recherche sur les littératures et la sociopoétique, UBP-CELIS.

Paul, Lissa et alii (dir.), Children’s Literature and Culture of the First World War, New York, Routledge, 2016.

Olivier-Messonnier, Laurence, Guerre et littérature de jeunesse, 1913- 1919 : analyse des dérives patriotiques dans les périodiques pour enfants, L’Harmattan, 2012.

Paris, Michael, Over the Top: The Great War and Juvenile Literature in Britain, Westport, CT, Praeger, 2004.

Sinibaldi, Caterina, Between Censorship and Innovation: The Translation of American Comics during Italian Fascism, New Readings, 2016, Vol. 16, pp. 1-21.

Roig, Blanca-Ana et alii (dir.), The Representations of the Spanish Civil War in European children’s literature (1975-2008), Peter Lang Edition, Frankfurt am Main, 2014.

Tan, Fengxia, Nelson, Claudia, « Can You Hear My Cry?’ Representing War and Trauma in Picturebooks for Peace from China, South Korea, and Japan », International Research in Children’s Literature, February 2022, vol. 15, No. 1, pp. 1-14.

Zunino, Bérénice, Die Mobilmachung der Kinder im Ersten Weltkrieg Kriegskultur und illustrierte Kriegskinderliteratur im Deutschen Kaiserreich (1911–1918), Berlin, Peter Lang GmbH Internationaler Verlag, 2019.

Zur, Dafna, « Representations of the Korean War in North and South Korean Children’s Literature », In: Korea 2010: Politics, Economy, Society, 2010, p. 271–300.

(Image d’en-tête: UNHCR. https://www.unrefugees.org/news/read-for-refugees-must-read-books-to-understand-the-refugee-experience/)



Citer ce billet
C.Noûs (2023, 16 octobre). Appel à contributions: La littérature jeunesse en temps de guerre. Le magasin des enfants. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r71w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search