Agathe, Louis, Joseph et les autres

par Alain Chiron

Une exposition sur les enfants abandonnés  en Haute-Saône du Moyen-âge au XIXe siècle

Une exposition intitulée Agathe, Louis, Joseph et les autres se déroule jusqu’au 25 mars 2011 aux archives départementales de la Haute-Saône, elle est visible du lundi après-midi au vendredi après-midi jusqu’au 25 mars 2011. Dans un comté de Bourgogne (future Franche-Comté) territoire du Saint-Empire germanique, à Gray (à égale distance de Vesoul et de Besançon) l’ordre des Hospitaliers du Saint-Esprit a un rôle pionnier dans l’accueil des enfants abandonnés dès  1238 et un siècle plus tard la comtesse Mahaut d’Artois (celle passée à la postérité grâce aux Rois maudits de Maurice Druon où sa rivalité avec son neveu Robert d’Artois constitue le fil rouge de l’oeuvre) accorde pour l’entretien de leur établissement un cens pris sur les revenus d’un puits à muire de Salins (qui fournit de l’eau salée). L’exposition insiste sur les changements dus à la Révolution où l’enfant illégitime devient l’enfant de la Patrie et sur le fait que l’organisation de l’administration des enfants assistés à l’époque napoléonienne installe un mode de fonctionnement qui perdure pour une centaine d’années. De l’Empire à la Monarchie de juillet, le nombre annuel d’enfants trouvés a doublé, atteignant 127 000 en 1833. L’intérêt professionnel des divers préfets qui se succèdent en Haute-Saône pour l’orphelinat de Gray, permet de suivre l’évolution des conditions d’accueil, de placement et de surveillance qui concernent cette population. En 1850 ce département salarie le premier inspecteur départemental de l’hexagone qui reçoit la charge de veiller aux conditions dans lesquelles les jeunes sont reçus dans les familles et ateliers où ils font leur apprentissage. Jusqu’en 1892 où paraît une loi qui interdit le travail aux moins de treize ans, certains enfants placés de dix ans font plus de douze heures de travail dans les industries cotonnières, selon les rapports d’un inspecteur fonctionnaire de l’État (sa circonscription couvre tout l’Est industriel). Des initiatives individuelles permettent la création de certains orphelinats et ouvroirs qui secondent des créations dus aux ordres religieux, comme celle des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé qui accueillent, dans l’école dite de réforme Saint-Joseph à Frasne-le-Château (à vingt kilomètres au nord de Besançon), à partir de 1877 des enfants retirés de la responsabilité de leurs parents par les autorités. Outre des documents écrits précieux (comme l’acte de donation de  Mahaut d’Artois daté de 1320), on a plaisir de découvrir une iconographie riche composée entre autres choses d’un tableau du peintre Gérome représentant Saint-Vincent-de-Paul (propriété du musée des Beaux-arts de Vesoul, ville où est né l’artiste) , des pages d’un manuscrit du XVIe siècle, des photographies des pensionnaires et des adultes responsables des orphelinats…  Il faut souligner la présence d’une pendule décorée par la représentation d’une Sœur de la Charité présentant un enfant trouvé à Notre-Dame de la Motte, le sanctuaire dominant la ville de Vesoul. Une brochure de vingt-quatre pages accompagne l’exposition, la deuxième page de celle-ci présente les évènements importants au niveau local et national (du point de vue législatif) qui marquent de 1238 à 2005 l’histoire des enfants assistés.  Sur le sujet on peut lire Les enfants trouvés et abandonnés en Haute-Saône de 1808 à 1855 d’Évelyne Joly, ouvrage édité par la SALSA (1 rue des Ursulines 70 000 Vesoul). Un ouvrage Les enfants du secret. Enfants trouvés du XVIIe siècle à nos jours accompagnait l’exposition qui s’était tenue en 2008 au musée Flaubert et de l’histoire de la médecine, il a été édité par Magellan. Dans un autre cadre géographique l’étude récente Ni père, ni mère chez Seuil est centrée sur les enfants assistés du département de la Seine placés dans des départements de la Vallée de la Loire (principalement le Loir-et-Cher) et dans la Somme écrite par Ivan Jablonka. Au bon cœur des inconnus : les enfants abandonnés de l’Antiquité à la Renaissance paru à Paris chez Gallimard en 1993, œuvre de l’Américain John Boswell, permet de mieux comprendre les enjeux religieux et légaux du sujet. On notera que dans l’œuvre pour adultes de l’écrivain poitevin Ernest Pérochon la figure de l’enfant de l’Assistance publique tient une place non négligeable, il faut dire que jeune instituteur à la Belle Époque, il eut de nombreux élèves placés ; l’héroïne de son prix Goncourt Nêne (dont l’action se déroule vers 1910) et un personnage important des Gardiennes (ouvrage qui rend hommage au travail des femmes durant la Grande Guerre) sont particulièrement à signaler. Les enfants trouvés et plus largement les orphelins abandonnés à leur sort sont des personnages littéraires très communs au XIXe siècle, Sans Famille d’Hector Malot constitue le chef d’œuvre en matière de littérature de jeunesse pour ce thème.  

Archives départementales de la Haute-Saône
14b, rue Miroudot-Saint-Ferjeux
B.P10118
70002 Vesoul Cedex
Tél : 03.84.95.76.30
Fax : 03.84.95.76.31
Mèl : archives@cg70.fr

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.