Le dragon au musée des Beaux-arts de Chartes : une exposition qui enflamme

par Alain Chiron

Le musée des Beaux-arts de Chartes est fermé le dimanche matin et le mardi ; il propose depuis plusieurs années une exposition spécifique au public scolaire qui est toujours visitable de la fin novembre au début octobre de l’année suivante. L’exposition de 2010-2011 débute par le drac languedocien de Beaucaire, un « cousin » de la Tarasque provençale qui sévit en face, sur l’autre côté du Rhône ; il est représenté en volume sortant de sa grotte. Voici le jeune visiteur placé dans l’univers merveilleux mais dangereux du dragon occidental. L’espace suivant est consacré à un artefact de dragon dont la réalisation est due à Eldonia (une entreprise spécialisée en moulage dans le domaine de la paléontologie), quelques éléments de squelettes protohistoriques ou préhistoriques aident à mieux identifier les dragons. Dans une autre salle le dragon occidental, associé au feu et à la terre ainsi qu’au mal en général est présenté en compagnie d’armes et d’armure authentiques appartenant selon la légende aux chevaliers qui combattent les dragons ; ces derniers ont à se protéger principalement des griffes et du feu du dragon. Les personnages de Saint Georges, Saint Michel, Sainte Marthe et Sainte Marguerite ont utilisé diverses armes ou certains stratagèmes pour vaincre le dragon et nous avons à les connaître. Les chasseurs ramenaient parfois une draconite, superbe pierre taillée sensée être un œil de dragon. Un mur est consacré à des blasons de villes qui ont choisi de faire figurer le dragon sur leurs armes, parmi celles-ci une autre cité provençale Draguignan, Pérouges et Bourg-en-Bresse dans l’Ain, cet armorial rappelle que le dragon a sa place dans nombre de légendes attachées à nos régions.

Un dragon chinois long de 21 mètres utilisé pour les fêtes du nouvel an en Extrême-Orient est suspendu dans un espace spécifique au plafond, un magnifique tambour chinois aux dimensions colossales destiné à réveiller le dragon afin de pouvoir passer au printemps. En effet en Chine le dragon, associé au vent et à l’eau, en s’envolant dans les cieux a la capacité de percer les nuages et ainsi de faire pleuvoir. Dans plusieurs légendes chinoises, après avoir été réveillé par un tambour du type de celui présenté, il offre à la terre l’eau souhaitée par les hommes pour une bonne récolte. Dans la  salle d’activités, toujours au plafond, une représentation de la Constellation du Dragon. Les enfants  pourront composer un dragon en lui choisissant une queue, des cornes et des ailes, puis ils le colorieront. Les plus grands pratiqueront l’héraldique ou bien s’initieront aux constellations du zodiaque et mémoriseront en jouant leurs noms à la fois étrange et familier : poisson, verseau, lion… La visite de cette exposition est d’actualité car l’année chinoise du lapin commence le 3 janvier 2011, elle donnera lieu à des festivités où le dragon aura une place non négligeable. Il n’existe pas de catalogue pour cette exposition mais un petit journal qui referme des pages d’informations (le drapeau du Bouthan, frontalier de la Chine, avec son dragon par exemple) qui sont accompagnées de jeux pour les enfants. Un déplacement au musée municipal de Chartes pour cette exposition peut trouver un heureux complément dans cette même ville, sinon à la cathédrale, du moins par la visite des musées du Conseil général d’Eure-et-Loir. Ce peut être celui de l’école avec de très intéressants objets en rapport avec l’enseignement en maternelle (la salle d’asile d’autrefois) ou le Conservatoire de l’Agriculture (dit le COMPA). Ce dernier a fêté ses 20 ans en 2010, Noël Mamère alors présentateur de l’émission « C’est la vie » sur Antenne 2 a joué un rôle dans sa création ; le COMPA présente jusqu’en août 2011 une exposition sur le thème de l’alimentation au niveau mondial.

Pour un prolongement de cette visite par des enfants, nous recommandons personnellement pour ce public les lectures pour le domaine documentaire des Dragons : mythes et légendes de Ragache et Philipps, des Dessous du dragon d’Absalon, Monstres et dragons chez Larousse, des Dragons et serpents édité par Time-Life, ouvrages à mettre en regard d’un faux documentaire le Petit Manuel de dragonologie de Drake. Pour les fictions relevant des cultures chinoises ou indochinoises semblent les plus attrayants et représentatifs du rôle joué dans les contes extrême-orientaux, les albums suivants Dragon bleu, dragon jaune de Ré, Soupault et Li, Dragon de feu de Chen, Le Jeune Homme et le dragon de Richard et Buguet, Sous le Soleil du dragon de Besse et Sabatier.

Musée des Beaux-Arts de Chartes
29, Cloître Notre Dame
Tel : 02.37.90.45.80

Conservatoire de l’Agriculture (le COMPA)
Pont de Mainvilliers
28000 Chartres
Tel : 02 37 84 15 00

Musée Départemental de l’Ecole
1, rue du 14 Juillet

28000 Chartres
Tel : 02.37.30.07.69

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.