Appel à contributions: Formes et expressions du temps long dans les albums de jeunesse anglophones d’aujourd’hui

Nous avons le plaisir de publier un appel à contibutions pour un colloque international intitulé « Formes et expressions du temps long dans les albums de jeunesse anglophones d’aujourd’hui ». Il se tiendra à l’Université de Caen Normandie les 29 et 30 novembre 2023.

Thou still unravish’d bride of quietness,
Thou foster-child of silence and
slow time,

Sylvan historian, who canst thus express
A flowery tale more sweetly than our rhyme: […]

Keats, “Ode on a Grecian Urn”, 18201)

A la fois objet commercial et œuvre d’art, l’album de jeunesse se fabrique, se vend, s’achète, s’offre, s’emprunte dans les bibliothèques, se découvre en ligne, se prête ou se collectionne. Il est lu et regardé, re-lu et re-regardé, feuilleté à l’envers, touché et manipulé, comme y invite la dimension multi-sensorielle associée à la matérialité de l’objet livre (Van der Linden, 2006 ; Ouvrard, 2022).

Dans certains cas, le contenu est uniquement pictural (livres sans texte). Ce sont de fait les illustrations qui fondent la nature du genre « album » (Mickenberg et Vallone, 2011)2. Le temps nécessaire pour s’imprégner des détails d’une image ou d’un tableau est d’ailleurs souligné par Felski (2020) dans son ouvrage consacré aux liens affectifs que les individus tissent avec l’art. Browne évoque lui aussi la complexité des images dans Playing the Shape Game (2011), tout comme Bang plus récemment (2016).

Les créateurs d’albums gardent en tête qu’ils s’adressent à des enfants mais, on le sait, ils pensent également aux adultes (Nodelman, 2008) : le parent qui lit à voix haute des histoires à ses enfants ; l’adulte qui lit pour lui-même parce qu’il/elle est bibliothécaire, libraire, critique, enseignant(e), qu’il/elle travaille avec des enfants, et qu’il/elle se familiarise avec le contenu d’un livre nouvellement arrivé.

L’album de jeunesse, comme rappelé par plusieurs chercheurs dans ce domaine (Prince, 2021 ; Mickenberg et Vallone, 20113)), a pour but d’instruire et d’amuser les enfants. Il transmet des valeurs (modifiées au fil des époques), des façons d’envisager le monde et d’être au sein du monde, de percevoir les autres avec leurs manières de vivre ou de se comporter. Il constitue un accompagnement à l’expérience vécue.

Régulièrement, les créateurs et les éditeurs qui travaillent ensemble perçoivent la nécessité de faire évoluer les contenus et les styles des albums à la lumière des changements qui se font jour dans la société (Prince et Thiltges, 2018).

Le colloque propose de réfléchir à la place qu’occupe le TEMPS LONG dans l’album de jeunesse contemporain, depuis 2000, en anglais. Ce temps long, ce « temps lent », pour reprendre l’expression de Keats, s’oppose au temps fractionné par les micro-tâches et fragmenté par les sollicitations qui s’accumulent, au temps consacré à « lutter contre le temps » (Chalanset et Danziger, 1994). Plusieurs pistes d’analyse de corpus pourraient alors être envisagées en ce qui concerne ce TEMPS LONG qui peut impliquer le temps comme thématique et/ou comme esthétique au cœur même des albums mais aussi le temps associé aux moments de lecture, d’observation et d’échanges entre l’adulte et l’enfant, ou encore la qualité, la profondeur, le rayonnement de cetemps-là.

Nous aimerions susciter la réflexion à partir d’exemples d’albums de jeunesse singuliers ou de la mise en réseau d’albums d’un même auteur ou de plusieurs auteurs, illustrant une autre façon de faire l’expérience du temps – étendu, contemplatif, silencieux, inventif, et ainsi une autre expérience du monde et des autres. On peut penser à l’analyse d’un titre en particulier avec des albums tels que Fletcher and the Caterpillar (2021), Little Sap (2021), Another (2019) ou encore Watercress (2021). On peut également songer par exemple aux œuvres de Julie Fogliano, Lane Smith, Kevin Henkes ou encore Nikki McClure (la liste est loin d’être exhaustive). Le colloque est aussi potentiellement ouvert à des traductions d’albums en français vers l’anglais ; Notre cabane de Marie Dorléans (2020) a par exemple été traduit sous le titre Our Fort en anglais (2022).

Les propositions de communication (en français ou en anglais) devront être envoyées à Véronique Alexandre (veronique.alexandre@unicaen.fr) et Elise Ouvrard (elise.ouvrard@unicaen.fr) avant le 31 janvier 2023 et seront accompagnées d’une courte bio- bibliographie d’une quinzaine de lignes.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

BANG Molly (2016) Picture This : How Pictures Work, San Francisco, Chronicle Books.

BROWNE ANTHONY (2011) Playing the Shape Game, Doubleday Childrens.

BECKETT Sandra (2012) Crossover Picturebooks : a genre for all ages, Londres, Routledge.

CHALANSET Alice et DANZIGER Claudie (dir.) (1994) L’attente : et si demain…, Paris, Editions Autrement.

FELSKI Jenny (2020) Hooked Art and attachment, The University of Chicago Press.
MICKENBERG Julia L. et VALLONE Lynne (dir.) (2011) The Oxford Handbook of Children’s Literature,

Oxford University Press.

NIKOLAJEVA Maria et SCOTT Carole (2013) How Picture Books Work, Londres, Routledge.
NODELMAN Perry (2008) The Hidden Adult: Defining Children’s Literature, Baltimore, The Johns

Hopkins University. OUVRARD Elise (2022)

in Bisault Joël, Le Bourgeois Roselyne, Thémines Jean-François, Le Mentec Mickaël and Céline (dir.), Objects to Learn About and Objects for Learning: Which Teaching Practices for Which Issues? London, ISTE Group, pp.

3-20.

PRINCE Nathalie (2021) La littérature de jeunesse, Malakoff, Armand Colin.

PRINCE Nathalie et THILTGES Sébastian (dir.) (2018) Eco-Graphies Ecologie et littératures pour la jeunesse, Presses Universitaires de Rennes.

RUDD David (dir.) (2010) The Routledge Companion to Children’s Literature, Londres, Routledge.

VAN DER LINDEN Sophie (2006) Lire l’album, Le Puy-en-Velay, L’Atelier du poisson soluble.

VAN DER LINDEN Sophie (2021) Tout sur la littérature de jeunesse de la petite enfance aux jeunes adultes, Paris, Gallimard jeunesse.

  1. Keats, « Ode sur une urne grecque », Annal of the Fine Arts, 1820 (Keats, Selected Poems / Poèmes choisis, Traduction de Albert Laffay, Aubier-Flammarion bilingue, 1968 []
  2. “Visual imagery has special resonance for the field of children’s literature. Both illustrated books (in which pictures supplement the text but are not integral to it) and picture books (where the text, if any, is incomplete without reference to illustrations) are among the forms most likely to be labeled “children’s books” (p. 10). []
  3. “With the movement toward a construction of the child as innocent–and a waning of patriarchal authority–came a shift in children’s literature away from didactic and religious instruction and toward works written for children’s enjoyment as much as for their edification.” (p. 16 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search