Costumes d’enfants : miroir des grands

Article rédigé par Alain Chiron.

Du 20 octobre 2010 au 24 janvier 2011 se déroule  une exposition au musée Guimet Costumes d’enfants : miroir des grands qui couvre un espace géographique large allant de l’Iran au Japon (en passant en particulier par l’Inde, la Corée, les univers autour du Mékong et le monde malais). Cet événement a pu se tenir grâce aux collections léguées au musée par Krishna Riboud, petite-nièce du poète bengali Rabindranath Tagore dont une maxime ouvre l’exposition “Tout enfant vient sur Terre porteur d’un message : Dieu n’a pas encore désespéré de l’homme”. Il s’agit de vêtements  de luxe  d’enfants et toutes les caractéristiques de ces habits avaient pour objectif de projeter le jeune dans le cossu futur que les parents souhaitaient pour lui. Documents iconographiques, céramiques et jouets étayent ponctuellement  cette rétrospective linéaire où le classement se fait par pays.

Un beau catalogue d’exposition édité par la RNM permet pour 39 euros de retrouver sur près de 200 pages des photographies des objets exposés.  Voilà même des idées pour des mères (ou grands-mères) aimant coudre et des créateurs d’habits ou chaussures qui nous sont offertes : chaussures d’enfants à tête de tigres, chapeau de garçonnet à tête de chien … L’Empire du milieu est bien présent, outre dans des points généraux, par  plusieurs chapitres spécifiques. La robe dragon rappelle que dans la Chine ancienne, les couleurs dépendent du principe des cinq éléments et en conséquence sont utilisés le noir, le bleu, le rouge, le blanc et le jaune. Elle apparaît sous la dynastie mongole et des modèles en miniature pour les enfants des dignitaires mandchous sont proposés au regard. Il nous est rappelé que, sur les vêtements des enfants, divers ornements bruyants tels que clochettes, grelots et animaux repoussants comme scorpions, lézards, mille-pattes, serpents, crapauds étaient destinés à éloigner les mauvais esprits de s’emparer du jeune. On note un long développement sur la technique des pieds bandés (dont la taille ne devait pas dépasser dix centimètres). Il s’agit donc de traitements spécifiques que subissent pendant dix siècles, de la dynastie des Song (et non des Tang comme le rapporte la légende) jusqu’à la chute de l’empire, des fillettes à partir d’environ six ans, appartenant uniquement aux classes aisées ou supérieures.

Fait notable, un livre pour enfants fait de 48 pages a été conçu spécifiquement pour accompagner l’exposition ; prenant le genre du carnet de voyage L’Odyssée de Shivaji (au prix de 10 euros) conte le périple d’un garçon hindou qui part apprendre les différentes techniques des tisserands des pays des Moyen et Extrême-Orient. La durée du voyage est d’exactement douze mois et le héros découvre les vêtements précieux des jeunes du pays à travers les croyances, les coutumes et les paysages qui se rattachent à leur conception. Une partie documentaire reprend les dessins des vêtements présents (costumes chamarrés du Gujarat, saris, vestes de lune des Hmong,  robes dragons chinoises, obis japonais nouant le kimono …) dans l’illustration du récit et apporte des renseignements précis sur nombre de qualités qui s’y rattachent. Le succès de ce titre permettrait vraisemblablement la parution d’un second tome consacré aux vêtements originaux d’enfants occidentaux. Xavier Besse, sur un scénario de Rémy Goavec, utilise des encres lumineuses comme Vink dans la série des He Pao ; il a signé diverses BD dont Brumaire qui prend pour décor l’Ouest contre-révolutionnaire au moment du Directoire.

SAMUEL, Aurélie (dir.). Costumes d’enfants : miroir des grands. RNM, 2010. 39 euros.

GOAVEC, Rémy ; BESSE, Xavier. L’Odyssée de Shivaji. RNM, 2010. 10 euros.

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search