La simplicité, une notion complexe ?

Appel à communications concernant la littérature générale et la littérature pour la jeunesse

Dans le cadre de la troisième édition des Journées scientifiques de Juin

Université du Maine (France)

les jeudi 16 et vendredi 17 juin 2011

La notion de simplicité connaît des emplois en linguistique et en littérature, et est même utilisée par les scientifiques. En littérature, elle ne renvoie pas uniquement à un fait littéraire, mais à un idéal où se croisent une dimension esthétique et une dimension axiologique. C’était l’idéal pédagogique d’Erasme. C’est aussi l’idéal qu’illustre de manière exemplaire, mais non exclusive, le goût classique. La notion est propre à réconcilier Anciens (Boileau) et Modernes (Perrault), culture aristocratique mondaine et culture non lettrée, mais elle a aussi des résurgences modernes, avec le classicisme des Romantiques dégagé par M. Bury, et dont les ramifications vont jusqu’à la littérature contemporaine. La notion renvoie dès l’époque classique à une « posture d’enfance », avec Perrault demandant à « Mademoiselle » d’excuser « la simplicité de ces récits »  indignes d’une personne de sa condition, et Mme d’Aulnoy évoquant, par le biais d’un de ses personnages, le « caractère si naïf et si enfantin » de contes qu’on aurait tort de mépriser pour autant : car « je ne laisse pas d’être persuadée qu’il y a de l’art dans cette sorte de simplicité ». La « naïve simplicité » d’histoires empruntées à des gens simples et prétendument destinées à des enfants peut ainsi prétendre à l’art et voudrait toucher une large audience, voire atteindre l’universalité.

Dans le cadre d’une réflexion consacrée à l’histoire de l’interprétation (ANR Hermès), on se demandera ce que recouvre l’art de la simplicité, hier comme aujourd’hui. Renvoie-t-il à un style : épuré, voire minimaliste, austère ? à la quête de « l’exactitude foncière de l’expression » (Raymond Carver) ?  Renvoie-t-il plutôt à un ensemble de choix littéraires et à un horizon d’attente ? à un effet de réception ? à un mode de création ? à un ethos personnel ? Quelles variations de sens se font-elles jour selon que la notion est appliquée à une forme d’expression artistique ou à une autre – plastique par exemple ? Dans le discours critique, à quelles notions cet idéal est-il associé (le naturel ? le dépouillement ?) ou opposé (le bel esprit ? le pompeux ?) selon les débats de circonstance, les polémiques et les époques ? A-t-on cherché à répertorier les mécanismes, les procédés structurels et narratifs sur lesquels il repose ; les genres qui lui sont associés au cours de l’histoire littéraire, comme la nouvelle moderne qui refuse « l’embarras de la construction » (Du Plaisir) et qui recherche la « clarté simple et dépouillée » (R. Carver) ?

La simplicité paraît être au principe même de la littérature d’enfance et de jeunesse : le simple n’est pas le simpliste, et l’effort poétique mis en œuvre chez certains auteurs pour alléger l’œuvre jusqu’à l’épure n’est pas la marque d’un défaut et d’une pauvreté, mais le gage d’une audace dont on peut chercher à noter les principes (retour à l’oralité, importance accordée à l’image, travail sur fond d’archétypes familiers…).

Nous interrogerons la notion de simplicité sur ces bases, sans exclusive culturelle, historique ou générique.

Quelques références :

  • Mariane Bury, La nostalgie du simple. Essai sur les représentations de la simplicité dans le  discours critique du XIXe siècle, Paris, H. Champion, 2004.
  • Raymond Carver, Les feux (1984), trad. fr., Paris, L’Olivier, 1991 (« Les feux » et « De l’écriture »).
  • « Du Plaisir, Sentiments sur l’histoire » (1683), in Nouvelles galantes du XVIIe siècle, éd. M. Escola, Paris, GF Flammarion, p. 472-503.
  • Camille Esmein (éd.), Poétiques du roman. Scudéry, Huet, Du Plaisir et autres textes théoriques et critiques du XVIIe siècle sur le genre romanesque, Paris, Champion, 2004.

Projet de communication (titre et résumé) et CV à envoyer à

patricia.lojkine@univ-lemans.fr

avant le 31 janvier 2011.

Comité d’organisation : Patricia Lojkine (PR lettres), Nathalie Prince (MCF littérature comparée), Brigitte Ouvry-Vial (PR lettres), U. Maine

Comité scientifique : Le comité d’organisation ainsi que Catherine Sellenet (PR Psychologie, U. Angers) et Hope Glidden (PR Langue et littérature française, Syracuse University, New York State, E.U., professeur invitée à l’U. Maine 2010-11).

Équipes ou structures impliquées : Labo3L.AM (Université du Maine, dir. Franck Laurent) ; ANR Hermès (Histoires et théories de l’interprétation, Programme blanc piloté par l’U. Denis Diderot, Paris VII, 2009-2012, dir. Françoise Lavocat) ; Région Pays de la Loire, CPER 10 LLSHS, action Enfance (dir. Catherine Sellenet).


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *